Le président d'Eskalad Stratégie Marketing, Martin Caron

Le pouvoir des poignées 
de main

Le troisième mercredi de janvier revêt toujours un aspect particulièrement festif pour les entrepreneurs de la région de la capitale nationale. En fait, on pourrait même avancer qu’il s’agit là du Premier de l'an des gens d’affaires d’ici.

Lors de cette soirée particulière, près de 1000 entrepreneurs, professionnels et travailleurs autonomes se rencontrent dans la Grande Galerie du Musée canadien de l’histoire, pour un 5 à 7 de réseautage intense. 

En fait, le grand manitou de cet happening, Martin Caron, président d’Eskalad Stratégie Marketing, considère l’événement du 17 janvier prochain comme étant la plus grosse rencontre de réseautage d’affaires au Québec. 

Durant près de trois heures, des cadres d’entreprises et d’associations d’affaires et des recruteurs de contacts d’affaires de tous genres se côtoient dans une ambiance conviviale et décontractée. Pas de discours, pas de lignes de conduite, que le pouvoir des mots, des sourires, des poignées de main et l'échange de cartes d'affaires.

Seule une équipe de «maîtres réseauteurs» clairement identifiés s’occupe d’accueillir les nouveaux «réseauteurs», afin de bien comprendre ce qu’ils cherchent, de briser la glace pour eux et de leur présenter les personnes-ressources adéquates. Car, confie Martin Caron, près de 30% des visiteurs du 5 à 7 annuel du Rapprochement des associations sont des entrepreneurs qui en sont à leur première expérience de réseautage.

«Il y a une structure pour aider les gens qui ne sont pas familiers avec le réseautage. La peur de se retrouver dans un groupe de personnes qu’on ne connaît pas est très grande pour beaucoup de gens. C’est très inconfortable d’aller dans un 5 à 7 quand tu ne connais personne et de te retrouver dans ton coin avec ton verre de vin (rires); tu ne te sens pas à ta place. Alors, le 5 à 7 du Rapprochement, c’est ça sa mission. C’est d’aider les gens qui ne réseautent pas à venir réseauter pour une première fois», raconte Martin Caron, président du conseil d’administration du Rapprochement des associations. Cette table informelle regroupe huit grandes associations de gens d’affaires de la région qui se réunissent aux six semaines pour discuter d’actualité entrepreneuriale et économique, et échanger. 

Le 5 à 7 annuel du Rapprochement est la seule activité publique de l’organisation. Le regroupement met également en commun un calendrier d’activités répertoriant rencontres d’affaires et campagnes de financement dans la région. Près de 10 000 personnes le consultent. 

Martin Caron se retrouve donc avec deux chapeaux à porter : celui de président d’Eskalad, une boîte en marketing, design et communication de Gatineau, et celui de président du Rapprochement des associations. «Avec Eskalad, j’aide les entreprises à grandir; avec le Rapprochement, on valorise la communauté locale d’affaires», explique-t-il.

Le président d'Eskalad Stratégie Marketing, Martin Caron

M. Caron a participé à l’organisation du 5 à 7 du Rapprochement pendant près de six ans. Puis, en mars 2016, la direction sortante du conseil d’administration lui a proposé la présidence de l’organisme. Il y œuvre depuis, tout en demeurant à la barre de sa firme de stratégie-marketing. Dès sa prise en charge, Martin Caron a insufflé au Rapprochement des associations une vision plus large et des objectifs plus précis, tout en coordonnant toujours le fameux 5 à 7 – «une soirée extraordinaire pour les gens d’affaires», résume-t-il, visiblement emballé par la prochaine édition du fameux cocktail d’affaires qui en sera à sa vingtième année d’existence.

Compte-t-il organiser quelque chose de spécial pour ce 20e anniversaire? Il ne veut pas en dire trop, mais on peut s’attendre à «des éléments qui vont animer la foule. On va rendre ça plus ludique, plus grandiose», promet-il. L’homme d’affaires s’attend à une foule record, peut-être même à près de 1200 entrepreneurs.

«On sait que l’Outaouais est malmenée sur le plan économique et mal connu du reste du Québec. Pourtant, Gatineau, c’est la quatrième plus grande ville du Québec. Il y a des chefs-d’œuvre économiques ici, il y a de belles grandes entreprises qui ont un rayonnement international, de belles grosses réussites. L’Outaouais n’a pas la lumière qu’elle mérite au niveau économique au Québec. Moi, le véhicule que j’ai pour participer à cette équation-là, c’est le Rapprochement», estime Martin Caron.

Selon ID Gatineau, un organisme économique mandaté par la Ville de Gatineau pour répondre aux besoins des entreprises,  plus de 7 000 compagnies sont actives en Outaouais et encore davantage, si l’on ajoute celles gérées par des entrepreneurs franco-ontariens de l’Est de l’Ontario et d’Ottawa.

En Outaouais seulement, 23 000 personnes environ seraient sur le point de lancer une nouvelle compagnie ou de reprendre une entreprise déjà existante. N’y manque donc qu’une bougie d’allumage pour que des rêves deviennent réalité et que tout cela se concrétise. Et le 5 à 7 du Rapprochement des associations pourrait bien en être une.

***

POUR Y ALLER

Le mercredi 17 janvier 2018 à 17 h.

La Grande Galerie du Musée canadien de l’histoire, 100, rue Laurier, Gatineau.

Événement gratuit. Seule une carte d’affaires est exigée aux guichets.