Intelligence artificielle: secteur effervescent dans la région

Alors que les Google, IBM, Amazon et Facebook - pour ne nommer que ces géants – mènent une véritable course à l’intelligence artificielle (IA), des entreprises d’ici rivalisent d’algorithmes pour créer des technologies autonomes dans les secteurs manufacturiers, de l’automobile, de la comptabilité et autres.

Il n’y a pas de doute, le sujet est dans l’air du temps. La preuve: une centaine de développeurs, dont plusieurs à la tête de «startups» locales, sont réunis par un soir d’octobre au Centre d’innovation d’Ottawa. Au menu, des discussions animées sur l’intelligence artificielle autour de sandwiches, cafés et crudités.

Tous les mois, des rencontres de réseautage de ce type avec panels d’experts ont lieu dans cet édifice du chemin Bayview, situé près des plaines LeBreton, où des mordus d’intelligence artificielle échangent entre eux.

Le président-directeur général de Raven Telemetry, Martin Cloake, et Braden Stenning, un membre fondateur de l'entreprise

«Il y a plein de personnes ici qui ont aussi leur propre compagnie, alors on jase ensemble et c’est une occasion d’entendre parler d’intelligence artificielle, car ces temps-ci, c’est vraiment énorme», fait valoir le président-directeur général de Raven Telemetry, Martin Cloake.

«Notre entreprise est en train de s’agrandir très vite, alors on est ici pour chercher des talents intéressés à joindre notre gang», poursuit-il. 

L’IA au profit du secteur manufacturier

L’entreprise ottavienne qu’il a fondée en 2013 avec ses deux partenaires d’affaires compte une vingtaine d’employés qui mettent l’IA au profit du secteur manufacturier. 

Passer plus d’heures assis dans un bureau à faire l’analyse de données sur des fichiers Excel, plutôt que de superviser les employés sur le plancher, est une situation que M. Cloake connaît bien. L’ingénieur mécanique se l’est d’ailleurs fait reprocher par son employeur, du temps où il travaillait au Marché du store à Montréal il y a plus de dix ans.

Selon lui, l’analyse de données est néanmoins plus que jamais incontournable pour améliorer le rendement des entreprises manufacturières. C’est d’ailleurs pour concilier «données» et «plancher» qu’il a fondé Raven Telemetry. 

L’entreprise conçoit des logiciels semblables à des GPS qui, une fois transposés sur de petits appareils mobiles, permettent de détecter, sur place et en temps réels, les failles dans l’interaction qu’ont les employés avec les machines. 

«Avec les résultats de cette analyse, on donne des avis aux clients pour les guider et travailler de façon plus efficace», explique-t-il. Il ajoute que le recours à cette technologie d’IA a permis à l’un de ses clients d’accroître sa productivité de 18 % en l’espace d’un seul mois. 

Tenir compte des cols bleus

L’entreprise Contextere a pour sa part développé, il y a près de deux ans, une technologie similaire avec comme principal objectif d’accroître la sécurité et la productivité des cols bleus.

Gabe Batstone, cofondateur de Contextere

Le cofondateur de l’entreprise, Gabe Batstone, fait valoir que la révolution technologique a laissé de côté cette catégorie de travailleurs. «Aux États-Unis, en moyenne 13 employés par jour perdent la vie sur leur lieu de travail et environ 1000 par année», fait-il valoir. 

Contextere a donc créé des appareils portatifs d’IA qui, dit-il, agissent comme des «mentors virtuels» qui guident les employés en temps réel à l’aide de données. Ces technologies, qui peuvent se porter comme une montre au poignet, tiennent aussi compte de l’environnement de travail dans lequel l’employé évolue.

L’entreprise compte quelques clients dans le secteur municipal, l’industrie pétrolière et gazière, ainsi que dans la défense et l’aéronautique, dont notamment Lockheed Martin.