Miser sur l'entreprise collective

Le départ à la retraite des entrepreneur(es) provenant de la génération des baby-boomers sera d'une telle ampleur qu'il s'agira d'un phénomène majeur aux conséquences sociales et économiques catastrophiques. La génération qui la suit est beaucoup moins nombreuse et ne dispose pas toujours des ressources financières et des compétences nécessaires pour acheter ces entreprises qui ont pris parfois plus d'une trentaine d'années à se développer.
Des statistiques qui incitent à l'innovation
La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante soulignait que plusieurs milliers d'entrepreneur(e) s se retireront des affaires d'ici 2018, laissant des milliers d'entreprises sans preneur naturel ou relève. De son côté, Statistique Canada indique que 80% des entreprises privées au Canada sont des entreprises familiales et qu'environ 200 000 entreprises canadiennes seront affectées par un transfert de propriété dans les 10 prochaines années. 
Ce n'est pas évident, mais il y a des solutions !
Le transfert de l'entreprise peut être émouvant et compliqué, ce qui explique pourquoi plusieurs entrepreneur(e) s ignorent ce défi jusqu'à ce que cela devienne un problème. 
Pensez-y un peu, la fermeture d'une entreprise affecte les hommes et les femmes qui y travaillent, mais aussi les partenaires, les fournisseurs, les professionnels qui la conseillent et les commerçants des environs. 
Innovation successorale : l'entreprise collective
S'accorder assez de temps pour réfléchir à l'avance, puis formuler un plan de relève efficace est la clé de la réussite.  Dans un contexte où la relève familiale ne représente plus la seule alternative pour le transfert d'entreprise et où les repreneurs semblent moins nombreux que les cédants, la formule de l'entreprise collective représente une option plus qu'intéressante. 
Imaginez si vous cédiez votre entreprise à des gens qui la tiennent réellement à coeur ! 
Grâce à la propriété collective de l'entreprise, celle-ci est à même d'assurer la pérennité des opérations, d'éviter toute délocalisation et de permettre un maintien d'emplois en région et un ancrage dans le milieu. Vous pouvez envisager de vendre aux membres de votre famille, aux employés, à un groupe d'immigrants de la communauté, à un collectif de jeunes. Toutes ces personnes se prendront en main, se formeront, consulteront les experts, réaliseront un plan d'affaires, mobiliseront les fonds pour entreprendre ensemble et autrement afin de créer ou maintenir leur emploi, préserver les services ou la vente de vos produits, favoriser leur intégration dans la société ontarienne, etc. 
En se regroupant, en unissant leurs forces et en mettant leurs compétences à contribution, ces personnes deviennent des gens d'affaires aguerris et le repreneur collectif de votre entreprise. N'hésitez pas à consulter le Conseil de la coopération de l'Ontario (CCO) et la Coopérative de développement régional (CDR) Outaouais-Laurentides pour obtenir des informations stratégiques et pratiques importantes en achat d'entreprise et de développement entrepreneurial collectif.
Ce texte est une adaptation tirée du guide Trajectoire écrit par Ethel Côté, qui est la présidente de mécènESS & Institut social.