Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Quel avenir pour le commerce de détail?

Sandrine Vieira
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
Un an après le début de la pandémie, l’avenir de l’industrie du commerce de détail est toujours incertain. Les différents variants du virus et le succès de la campagne de vaccination auront un impact important sur un éventuel « retour à la normale » pour les détaillants. Entretien avec le président du Conseil canadien du commerce de détail ( CCCD ), Marc Fortin.

La pandémie de COVID-19 a complètement révolutionné les comportements des consommateurs depuis son apparition l’année dernière : beaucoup moins de visites en magasin, des paniers plus grands, plus d’articles dans les paniers et une explosion des ventes en ligne. En effet, le confinement, le couvre-feu et les mesures sanitaires ont rapidement bouleversé les habitudes d’achat. Au moment où la vaccination des citoyens prend de plus en plus de vitesse, peut-on espérer un retour à la normale dès cette année ? « Il y a toujours des éléments imprévisibles, comme les variants. On ne sait pas encore quel genre d’impact ça va avoir sur notre société », craint M. Fortin.

Selon lui, un retour à la normale dépendra ultimement de l’évolution de la pandémie et de la rapidité à laquelle la population atteindra l’immunité collective. « Si tout va comme prévu, d’ici au mois de septembre, les tournées de vaccins devraient être terminées, et d’ici le mois d’octobre, il devrait y avoir un relâchement des mesures sanitaires », anticipe-t-il.

Cependant, la vaccination n’entraînera pas un retour à la normale immédiat.


« On pense que les gens vont rester inquiets et que certaines mesures sanitaires vont rester en place, comme le lavage des mains, même si la vaccination est terminée. »
Marc Fortin
Marc Fortin

Miser sur le commerce en ligne ?

Chose certaine pour M. Fortin, le commerce en ligne est là pour rester. « On a été propulsé cinq ans en avant au niveau du volume qu’on pensait avoir en 2020. On est davantage en 2025 ( en termes de volumes de vente projetés ) en ce moment. »

Selon Statistique Canada, les ventes au détail totales ont diminué de 17,9 % de février à mai 2020. Les ventes au détail du commerce électronique, elles, ont presque doublé ( + 99,3 % ), certains détaillants s’en remettant davantage à cette méthode de vente. Le mois d’avril 2020 marquait un point culminant, la proportion des ventes du commerce électronique passant de 3,8 % en avril 2019 à un niveau record de 11,4 %. L’avenir du commerce de détail serait-il donc entièrement en ligne ?

« Le commerce en ligne va être aussi important que la présence en magasin. Plusieurs entreprises qui ont démarré seulement en ligne ont développé une présence en magasin, car ils ont remarqué que cela manquait à leur expérience », laisse entendre M. Fortin.

Ainsi, les détaillants pourraient sélectionner quelques emplacements stratégiques pour leurs points de vente physiques tout en misant sur la vente en ligne en parallèle. « Ce n’est pas un ou l’autre, c’est l’équilibre des deux qui va faire en sorte que les détaillants vont se démarquer du lot », conclut-il.