Anne Chabot et Ramsey You, propriétaires de Fidélice

Fidélice: Gatineau et Phnom Penh à l’unisson

Deux mai 1964, à Phnom Penh au Cambodge, naît Rasmey You. Le même jour, à plus de 13 000 kilomètres de là, vient au monde à Québec la future gatinoise Anne Chabot. Vingt-trois ans ans plus tard, en 1987, les deux futurs complices qu’un continent et un océan séparaient deviennent un couple. Et en octobre 1989, à l’âge de 25 ans seulement, le duo se lance en affaires et ouvre une première pâtisserie Fidélice à Gatineau.  Coup du sort ou du destin ? Une chose est certaine, tous deux voulaient vivre une passion et c’est ensemble qu’ils y sont parvenus.

Tout jeune, Ramsey You vendait déjà du pain sur les trottoirs de la capitale cambodgienne et rêvait d’ouvrir son propre commerce un jour. En janvier 1981, il arrive à Montréal comme réfugié après avoir fui, avec sa famille, le régime sanguinaire et génocidaire du premier ministre Pol Pot et ses Khmers rouges. « Je n’avais jamais vu de Blancs ou d’Africains avant d’arriver à Montréal. »  Embauché dans une pâtisserie montréalaise comme plongeur, il s’initie lentement au travail de pâtissier. « Je n’avais jamais entendu parler de pâtisserie, je ne connaissais ni le français ni l’anglais. Je n’avais jamais goûté à la crême avant d’arriver ici, je n’en avais jamais entendu parler », se souvient-il.  Un an plus tard, la décision était prise : il allait opérer sa propre pâtisserie.

Toute jeune, Anne Chabot rêvait elle aussi de pâtisserie. C’est en regardant sa mère faire qu’elle prend goût à la préparation des desserts. « À l’adolescence, je m’achetais déjà des revues de pâtisserie. » Cette passion l’a conduite à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec à Montréal. « Dans dix ans, j’aurai ma pâtisserie », se dit-elle alors.

LA RENCONTRE

Avec une tel rêve commun, il fallait bien que les deux futurs partenaires se rencontrent un jour.  Et c’est à la pâtisserie où M. You travaille qu’arrive Mme Chabot, à titre de stagiaire. « Déjà, quand on s’est rencontré, lui avait un projet, moi j’avais un projet », précise Mme Chabot.

« En 1987, même après six ans au Québec, je n’étais pas encore à l’aise, explique M. You. Quand on parle de Noël, de la Saint-Valentin et de Pâques, je ne savais pas c’était quoi. Je ne me sentais pas encore assez prêt. C’est là que je me suis dit qu’il me fallait un partenaire qui connaît la culture du pays. »

« Moi, je voyais l’ouverture d’un commerce pour plus tard et lui voulait ouvrir.  Je complétais les connaissances qui lui manquaient », témoigne Mme Chabot. 

« J’avais plein d’énergie et de volonté, je pouvais travailler 24 heures sur 24. J’ai été entraîné par le régime des Khmers rouges », raconte M. You. 

Deux ans plus tard, un premier magasin Fidélice ouvre ses portes sur le boulevard Saint-René.

La succursale Fidélice sur le boulevard de la Gappe, à Gatineau

LA PASSION

Fidélice aujourd’hui, c’est trois succursales sises sur les boulevard de La Gappe ( secteur Gatineau ), Saint-Joseph ( secteur Hull ) et chemin Vanier ( secteur Aylmer ).

C’est aussi une passion et des valeurs communes qui animent les deux propriétaires. « Nos valeurs de vie sont pas mal similaires. Nous sommes des gens qui aimons faire du bien à autrui et nous avons cette même vision en affaires. Nous offrons des produits de qualité, le service aux clients est important. On veut que ce que vous goûtez aujourd’hui soit la même chose demain. On veut une continuité, une stabilité », résume Mme Chabot.

« Nous participons et facilitons les célébrations de nos clients. C‘est de rendre nos clients heureux », ajoute M. You.

En couple dans la vie comme en affaires, Ramsey You et Anne Chabot y voient de nombreux avantages. « On va les deux dans la même direction, comparé à des associés qui, des fois, tirent dans des directions opposées. Lorsqu’il me dit qu’il faut qu’il reste une heure de plus à la pâtisserie, je comprends ce qu’il me dit. Si j’avais été juste sa conjointe, j’aurais probablement plus de misère à l’accepter », avance Mme Chabot  

LA RELÈVE

Encore très impliqué dans l’entreprise, Anne Chabot se concentre davantage sur la gestion alors que Ramsey You est plutôt actif dans la pâtisserie. « C’est lui le visionnaire de l’entreprise, le côté artistique », souligne Mme Chabot.

Fidélice, comme plusieurs autres commerces, est aussi frappé de plein fouet par la rareté de la main-d’oeuvre qui sévit au Québec et ailleurs au Canada. « On a mis sur la glace nos projets d’expansion car la pénurie de main-d’oeuvre nous freine en ce moment », dit Anne Chabot qui confirme que l’entreprise a songé à l’ouverture de nouvelles succursales, à Ottawa et Chelsea notamment. Cette pénurie de main-d’oeuvre nuit aussi à la croissance des ventes qui, bien que toujours en constante augmentation chez Fidélice, pourrait être supérieure.

Parents de deux enfants âgés de 27 et 24 ans, le couple You-Chabot ne pense pas encore à la relève. Le garçon est pâtissier au Yukon. « Il revient occasionnellemnt pour développer de nouveaux produits », dit Anne Chabot. Et leur fille évolue dans le domaine de la santé. « Elle a beaucoup d’aptitudes. Elle pourrait gérer les trois magasins sans problème. On verra. », ajoute-t-elle.