Créer un environnement pour les petites entreprises ontariennes

Dans son quatrième rapport annuel publié le 26 février dernier, la Chambre de commerce de l’Ontario ( CCO ) suggère des pistes de solution afin de créer un environnement plus propice à la réussite des petites entreprises de la province.

L’expansion des offres numériques, l’investissement dans le service à la clientèle ainsi que la rationalisation de la réglementation et du système de conformité en font notamment partie.

En suivant ces recommandations, «  l’Ontario peut améliorer sa concurrence tout en aidant les petites entreprises à prospérer  », peut-on lire dans le rapport.

«  On sait que les petites entreprises sont importantes pour l’économie de l’Ontario puisqu’elles représentent 30 % du produit intérieur brut de la province  », commente l’auteur du rapport et directeur des politiques à la CCO, Daniel Safayeni, lors d’un entretien avec Le Droit AFFAIRES.

Daniel Safayeni, directeur des politiques à la Chambre de commerce de l'Ontario

Ces entreprises constituent également 98 % de toutes les entreprises de la province, en plus d’employer près de trois millions d’Ontariens.

«  Compte tenu de la part de l’économie que ce secteur représente, ignorer leur concurrence est comme ignorer la concurrence des entreprises globalement  », estime le président de la CCO, Rocco Rossi.

Ainsi, un nouvel outil, l’Indicateur de convivialité des petites entreprises, a été utilisé afin d’évaluer la facilité de réaliser des affaires en Ontario selon le point de vue des petites entreprises. Pour l’année 2020, la province a reçu une note de -9 sur une échelle de 100 à -100, ce qui indique que l’environnement commercial pose certains défis pour les entreprises composées de 99 employés et moins.

«  Ça nous démontre qu’il y a place à amélioration », affirme M. Safayeni en précisant que seulement trois des sept différents paramètres mesurés ont reçu un score positif. On parle ici de la serviabilité de la province pour démarrer une entreprise, de la facilité de livraison de permis ainsi que de la prestation de programmes de formation et de réseautage utiles provenant de diverses sources.

Rocco Rossi, président de la Chambre de commerce de l'Ontario

« Je suis optimiste quant au futur et la Chambre de commerce de l’Ontario l’est également parce qu’on a maintenant des informations spécifiques à fournir aux décideurs politiques qui se basent sur l’opinion des membres des petites entreprises. »
Roco Rossi

Par ailleurs, les résultats de l’Indicateur de convivialité des petites entreprises indiquent que 83 % des petites entreprises sondées utilisent les sites web du gouvernement pour se conformer à la réglementation ou encore pour trouver de l’information.

«  Les petites entreprises bénéficieraient d’une plus grande quantité de services en ligne  », conclut M. Safayeni.