Éric Gosselin, professeur de relations industrielles à l’UQO
Éric Gosselin, professeur de relations industrielles à l’UQO

Conseils d'experts pour se doter d’une politique anti-harcèlement au travail

Dominique La Haye
Dominique La Haye
Collaboration spéciale

« Le conflit est inhérent à la nature humaine. Il y a des conflits dans tous les milieux. Donc dans les milieux de travail, il ne peut pas y avoir d’organisations sans conflits, mais il peut y avoir des organisations sans harcèlement psychologique. C’est possible si on permet aux individus d’exprimer les situations qu’ils vivent, parce que la majeure partie des cas de harcèlement psychologique sont un conflit qui dégénère. »

- Éric Gosselin, professeur de relations industrielles à l’UQO

+++

« Les hauts gestionnaires doivent croire en leur politique. S’ils y croient, alors c’est que la mentalité de l’entreprise, ce n’est pas zéro plainte, mais plutôt zéro victime de harcèlement. Ce n’est pas la même chose. Ça veut dire qu’on fait de la formation pour avoir des bonnes pratiques (…) et les bonnes pratiques ont du cœur; ce ne sont pas que des papiers. »

- Katherine Lippel, juriste et membre de la Chaire de recherche du Canada en droit de la santé et de la sécurité du travail à la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa

+++

« Ignorer le problème, c’est probablement la pire chose. Donc, il ne faut surtout pas passer ça sous le tapis et il faut agir dès le début. Ça c’est au niveau de la gestion des situations. Mais la première chose à faire est de plancher au niveau de la prévention. On a l’obligation d’avoir une politique écrite, alors on devrait l’avoir, la communiquer et s’assurer que tout le monde la comprend. »

- Marc Thibodeau, chef d’équipe chez Samson RH

+++

« Premièrement, c’est de reconnaître l’existence (du harcèlement au travail) et de savoir aussi que ça n’ira pas en diminuant, parce que ce n’est pas vrai qu’on va reculer comme société. Deuxièmement, c’est de se conformer à la loi, parce qu’il y en a beaucoup qui ne se sont pas conformés à la loi en mettant en place une politique. Ensuite, c’est de diffuser cette politique-là et de profiter de sa diffusion pour rappeler les valeurs de l’organisation et les exigences et les attentes qu’on a comme employeur pour que les employés soient en phase avec l’organisation. »

- Jean-François Tremblay, professeur de relations industrielles à l’UQO