Quand tendance et écologie 
font la paire

CHRONIQUE - MODE / En cette ère du zéro déchet et d’une conscience écologique collective, la mode recyclée n’a plus nécessairement une connotation grano. Aujourd’hui, on voit le surcyclage (upcycling) comme une pratique tendance, voire essentielle.

Des entrepreneures précurseures de la région se sont lancées dans la fabrication d’accessoires mode faits à partir de matières recyclées pour le plus grand bonheur des dames et de la nature. Vous aimez la mode et l’écologie? Vous aimerez ces découvertes.

Heureux hasard

C’est en voulant donner un coup de main pour une levée de fonds que Marilyn Paillard a créé la gamme de bijoux Trikölo, il y a deux ans. La vente aux enchères a tellement eu de succès qu’elle a décidé d’en faire plus. Son inspiration ? Une image dans un magazine. Depuis, elle fabrique colliers, boucles d’oreilles, bracelets, bagues et porte-clés à partir de magazines qui lui sont donnés ou qu’elle achète usagés. Ça donne une collection ludique où chaque item est unique.

La collection Trikölo est vendue dans deux boutiques à Longueil et à La Prairie. Pour les femmes de la région, c’est par le biais d'une page Facebook que vous pouvez voir et acheter les bijoux. Avis aux intéressés, elle aimerait avoir un point de vente à Gatineau. Récemment, Marilyn Paillard a développé un nouveau produit grâce à une collaboration. Les colliers diffuseurs d’huiles essentielles sont en vente notamment chez Planète bébé et lors des Mamatinées.

Créer sa passion

Ayant fait de la couture pendant plusieurs années, mais n’aimant pas faire des vêtements, Tania Lucas s’est tournée vers la fabrication d’accessoires. Ne trouvant pas de sac à main qui la faisait vibrer, elle a décidé de s’en créer un. C’est en jouant avec les matières qu’est né Talu Créations.

Après avoir testé plusieurs produits, tous faits de matières recyclées, Tania a décidé de se concentrer sur un nouveau produit qui sera lancé ce printemps : la Belle Aphrodite, un sac transformable, tendance et écologique.

N’ayant pas encore de partenariat pour les tissus, des gens lui en donnent et elle en achète dans les friperies à bon marché. À court terme, Tania aimerait trouver des points de vente et de l’aide pour sa production. Un deuxième modèle de sac à main et un portefeuille sont prévus pour l’an prochain, mais vous pouvez toujours vous procurer ses produits antérieurs sur sa boutique en ligne (talucréations.com) d’ici la sortie imminente de ses nouveautés.