Rose-Anne, Paule et Éloise Charette

Studio 157: une transition faite en beauté

Où chercher le bien-être pour contrer la fin de l'hiver ? Plonger dans un bain thérapeutique aux huiles essentielles ? Se faire dorloter de la tête aux pieds en toute sérénité ? Somnoler dans un fauteuil vibrant pour une sieste à la mélodie marine ? Dans la famille Charette, on cultive l’hospitalité de mère en filles et cela dure depuis près de 30 ans. Escapade cocooning au Studio 157, un spa familial à la longévité exceptionnelle où il fait toujours bon se ressourcer.

Il ne faut pas se fier à son enseigne, le Studio 157 est situé au 348 de la rue Main, à Gatineau. Il a conservé le numéro de son ancienne adresse mais se tourne résolument vers les soins et traitements en vogue : neurospa, pressothérapie, balnéothérapie, microtolyse, laser... Sur trois étages chaleureuses, on s’adonne à tous ces rituels qui font du bien au corps et au reste, sans délaisser les services de beauté traditionnels ou la coiffure.

« Nous avons été l’un des premiers centres de massothérapie de la région, le précurseur aussi dans l’utilisation d’électrolyse par microscope », présentent fièrement les deux soeurs propriétaires, Paule et Éloise Charette.

Zen et contemporain

La petite institution gatinoise mise sur les lignes épurées et l’ambiance zen: une verrière intérieure en salle d’attente, du mobilier contemporain immaculé, des mantras ici et là à méditer au premier étage. Des clientes en séjour touristique côtoient des habitués du lieu, parfois fidèles depuis plusieurs générations.

« Quand notre mère Monique a ouvert son entreprise en 1980, elle offrait les soins esthétiques elle-même tandis que sa soeur s’occupait de la coiffure », raconte Paule Charette, alors aide administrative dans l’entreprise familiale.

À la disparition brutale de la fondatrice du spa, en l’an 2000, Paule et Éloise reprennent naturellement le flambeau, en toute légitimité. Des rénovations majeures, un repositionnement de l’entreprise sur le marché afin de promouvoir le bien-être plutôt que les services cosmétiques leur assurent une transition en beauté.

Le tandem féminin chapeaute désormais, avec un professionnalisme avenant, une maison d’une soixantaine d’employés. Les certificats d’aptitude dans différentes spécialités esthétiques dernier cri ornent fièrement les salles de soins. « Nous tenons à ce que notre personnel soit formé et certifié »,  insiste Paule Charette.

Jouer des coudes

Dans un secteur fortement concurrentiel où les pratiques à domicile se développent de plus en plus, parfois à l’abri des contingences fiscales, où les bons de réductions en ligne courtisent les consommatrices de soins esthétiques, l’entreprise a dû réapprendre à se distinguer, « à faire sa niche » comme on dit.

« La qualité du service et le temps alloué à chaque client tendent à nous démarquer, soutient Éloise Charette. Quand un soin de pieds dure en moyenne 60 minutes, le nôtre s’étend à 90. Nous prenons aussi le temps d’accueillir convenablement les clients pour les massages, auxquels nous octroyons du temps supplémentaire avant et après le soin. »

Les deux soeurs en sont convaincues : malgré la notoriété du lieu, malgré sa longévité, «il ne faut jamais prendre sa clientèle comme acquise ». Celle-ci, justement, ne se fait pas prier pour émettre ses commentaires, positifs ou négatifs , une preuve incontestable de son attachement au lieu.

« La constance dans la qualité du service est primordiale », insiste Éloise Charette.

Un secteur en plein essor

Fondée en 1980 sur le boulevard Saint-René, l’entreprise a été relocalisée sur la rue Main huit ans plus tard puis s’est agrandie en 1993, à l’achat de la maison adjacente. Il a fallu trouver le bon endroit, le bon concept pour avoir des chances de survivre dans ce milieu.

Les frangines font très vite le pari de l’innovation et de l’agrandissement : elles défendent un service d’excellence axé sur la diversité de l’offre. Le spa est désormais déployé sur deux salons, dont le second a ouvert en 2012 à l’hôtel Double Tree by Hilton, sur le Chemin d’Aylmer.

« La clientèle y est plus anglophone, analysent-elles. Ce deuxième spa attire également des résidents du secteur qui ne se déplaceraient pas jusqu’à la rue Main. »

Le Studio 157 jouit d’une certification d’excellence Spas Relais Santé, une carte de visite exceptionnelle dans le secteur du bien-être au Québec. À cet état des lieux déjà pimpant, il faut ajouter le souci d’utiliser une gamme de produits québécois, ainsi que l’adhésion aux salons greencircle pour réduire l’impact environnemental.

Réussite en famille

Si elles rêvaient de devenir leur propre patronne, de faire perdurer l’héritage maternel, Éloise et Paule Charette sont aussi conscientes des limites de leurs compétences. Techniciennes de formation, elles doivent gérer les projets d’expansion de l’entreprise tout en s’adaptant à l’évolution galopante du marché. Pour cela, elles ont fait appel à la fille de Paule Charette, Rose-Anne Payer, diplômée en administration des Hautes études commerciales et nouvellement nommée directrice générale du spa.

Leur point commun ? Un sens de l’accueil et de l’hospitalité tel que l’on se sent illico adopté par cette famille chaleureuse et énergique. Car le moins que l’on puisse dire, c’est que chez les Charette, on ne se repose pas sur ses lauriers.