Conférencier lors de la conférence Commerce et droits humains, le professeur Patrick Leblond était accompagné de Susan Aaronson, professeure de recherche en affaires internationales à la George Washington University's Elliott School.

Le commerce et les droits humains: un sujet controversé

L’enseignant universitaire Patrick Leblond réalise que l’aspect du respect des droits humains dans un contexte d’accords commerciaux est très controversé.

La grande question, selon M. Leblond, est de savoir s’il est opportun d’avoir un chapitre portant sur les droits humains lors de signatures d’accords commerciaux ?

«Certaines personnes croient que les droits humains devraient être gérés séparément. Il y a un argument raisonnable derrière cette logique, mais ultimement, si les accords commerciaux sont à propos des humains, alors il devrait y avoir un lien. Et si nous lions les accords commerciaux et les humains, nous pouvons créer des politiques plus effectives »,  a-t-il expliqué lors de la conférence.

S'allier à des partenaires

Reste à savoir ce que doit faire le Canada pour supporter la cause des droits humains par le biais du commerce international ? « Le Canada peut être un leader, il peut mettre des idées de l’avant, mais nous sommes quand même un petit joueur, estime M. Leblond. Si nous voulons pousser les droits humains, ils nous faut des partenaires plus grands, comme les Européens et idéalement les États-Unis. »

Patrick Leblond pense aussi à la Chine et il croit que le Canada doit penser de façon stratégique pour briser le fameux « Great Firewall » chinois, cette Grande Muraille technologique qui permet aux autorités chinoises de surveiller et censurer Internet. « Évidemment, quand on parle de droits humains et de la Chine, c’est un défi qui sera difficile à vendre, soutient M. Leblond. Même chose pour le commerce numérique, car nous savons que les Chinois protègent leur marché, que ce soit pour des raisons de sécurité, mais aussi pour privilégier leurs firmes. »