Un premier portrait de l’économie sociale

CHRONIQUE — PHILANTHROPIE / Nous savions tous que l’économie sociale joue un rôle fort important dans le développement de nos communautés. Or, grâce à l’Institut de la statistique du Québec et au ministère québécois de l’Économie et de l’Innovation, le premier portrait statistique de l’économie sociale québécoise l’a confirmé.

Cette enquête lève le voile sur des données probantes. Onze mille deux cents entreprises d’économie sociale, dont 380 en Outaouais, créent de la richesse. Parmi ces entreprises, 75% sont des organismes à but non lucratif, 22% des coopératives non financières et 3% des coopératives financières ou des mutuelles d’assurance et de formation. Ce qui est encore plus impressionnant, c’est qu’elles sont réparties dans toutes les régions et dans de nombreux secteurs d’activité économique du Québec dont  l’enseignement, les services de garde, l’habitation, les arts, les loisirs, le tourisme, le commerce de détail, les services de proximité, les télécommunications et l’agroalimentaire. Elles ont toutes des activités marchandes, génèrent 47,8 milliards $ de revenus, emploient 220 000 travailleurs et ont 13 millions de membres ou d’adhérents.

Alliant rentabilité économique, mission sociale et réponse aux besoins de la collectivité de membres ou d’usagers, elles sont gouvernées de façon démocratique. La majorité sont de petites entreprises, car 65% ont moins de 10 employés salariés et 64% ont des revenus annuels inférieurs à 500 000 $. Toutefois, 2,3% de ces entreprises emploient 100 travailleurs salariés ou plus et 3,5% ont des revenus de 10 M $ ou plus.

L’économie plurielle

Plusieurs méconnaissent la vitalité et la longévité de ces entreprises. Pourtant 39% d’entre elles existent depuis plus de 30 ans, alors que 15% ont moins de 10 ans et 46 % ont entre 10 et 30 ans.

Il y a plusieurs années, le gouvernement du Québec a choisi d’investir dans le développement de la culture entrepreneuriale québécoise plurielle (privée, publique et sociale). En allouant les ressources professionnelles pour analyser et diffuser des informations statistiques officielles, objectives et de qualité sur l’économie sociale, il confirme que son investissement à de l’impact. Reconnaissant qu’il y a 10 000 entreprises sociales sur son territoire, nous espérons que le gouvernement de l’Ontario investira dans son économie plurielle.

Ethel Côté est présidente de MéceneSS & Institut social.