Le propriétaire de Pilon Ltée, Roland Lavoie

Pilon pour la vie! [EXIT RETRAITE]

Depuis maintenant 77 ans, Roland Lavoie est marié à Pilon Ltée, qui lui a permis de décrocher son premier boulot à l’adolescence, avant de gravir les échelons jusqu’au sommet, d’où il tient les rênes de l’entreprise depuis quatre décennies.

«Pilon me tient en vie et ma femme aussi», soutient l’homme d’affaires aguerri de 94 ans, pour qui le mot «retraite» ne fait pas partie de son vocabulaire.

«Qu’est-ce que je ferais ici, à attendre quoi? Attendre la fin du monde? À 94 ans, tu n’as pas grand temps à aller. Tu le sais ça», poursuit l’entrepreneur nonagénaire, sous le ton de la confidence.

M. Lavoie ne s’en cache pas, il n’a d’yeux que pour sa femme Lorette, avec qui il a eu sept enfants, ainsi que pour l’entreprise spécialisée dans la vente de bois, de matériaux de construction, de revêtements extérieurs et de maçonnerie.

«Ça représente toute ma vie, s’exclame-t-il. Tu te réveilles en pensant à Pilon. Tu ne penses pas à autres choses. Et tu ne sais pas si tu vas penser à Pilon demain matin», dit-il avec un réalisme désarmant.

Tous les jours, le propriétaire de l’entreprise gatinoise plus que centenaire veille à assurer la pérennité de cette institution fondée en 1898 par Joseph Pilon. C’est en 1976 que M. Lavoie en est devenu le président-directeur général et actionnaire principal, soit bien après avoir fait ses premières armes à 16 ans comme commis. À l’époque, il avait été embauché à 12,5 cents l’heure, alors que les autres employés étaient payés à un taux horaire de 25 cents.

«Ce dont je suis le plus fier, c’est d’avoir commencé au bas de l’échelle, lance-t-il sans hésiter. Ce n’était pas un échec.»

Ce qui fait aussi la fierté de M. Lavoie, c’est notamment le fait que l’entreprise du boulevard Montclair compte maintenant plus de 80 employés, 17 véhicules et six camions-girafes et plus de 10 000 produits en inventaire. Les choses ont bien changé depuis ses débuts, où les chevaux étaient utilisés pour le transport, alors que la comptabilité se faisait au crayon et où Pilon Ltée comptait un moulin à scie.

Depuis seulement deux ans, le président de Pilon Ltée a toutefois commencé à travailler de la maison, en restant quotidiennement en contact avec son directeur général et homme de confiance, Stéphane Nadon.

«M. Lavoie me donne carte blanche, mais toutes les décisions d’affaires passent par lui», explique M. Nadon.

Tous les jours, vers 13h, les deux hommes se parlent au téléphone et, chaque vendredi, M. Nadon se rend au domicile du président pour lui faire une mise à jour des chiffres, des marges de profit et de l’inventaire.

«Ensemble, on passe en revue les ventes et les comptes recevables, explique M. Lavoie. C’est ça le plus important, car si tu ne collectes pas, tu ne payes pas et donc tu es saisi. On a toujours vécu selon nos moyens», fait valoir l’homme d’affaires.