Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

Le budget Ford louangé par la Chambre de commerce

Le gouvernement du premier ministre Doug Ford s’est récemment fixé comme objectif de sabrer à la hauteur de 25% les exigences administratives actuellement supportées par les entreprises qui brassent des affaires en Ontario. Les mesures du dernier budget de la province s’inscrivent principalement dans cette continuité de non-intervention, prônant une plus grande autonomie pour les entreprises.

En outre, le budget dévoilé en avril dernier par le gouvernement progressiste-conservateur met un frein dans les dépenses publiques en général, une mesure qui n'a pas tardé à être applaudie par la Chambre de commerce de l’Ontario.

«Nous sommes ravis de constater que le budget confirme un ralentissement des dépenses. Nous croyons qu’il faut absolument contrôler la dette. Un déficit aujourd’hui, c’est un fardeau pour nos marges de manœuvre commerciales de demain. Ce budget entretient de meilleures manières d’investir», constate le président de la Chambre de commerce de l'Ontario, Rocco Rossi. 

La Chambre accueille aussi favorablement les nouvelles mesures gouvernementales mises en place pour affronter la pénurie de la main-d’œuvre. «C’est vraiment un enjeu, puisque 75% de nos membres éprouvent de la difficulté à attirer et à retenir les talents dans leurs entreprises. La modernisation du programme spécialisé d’apprentissage et la révision des qualifications des immigrants sont des mesures significatives pour notre croissance commune», claironne M. Rossi.

Le président de la Chambre de commerce de l'Ontario, Rocco Rossi

Le gouvernement ontarien entend aussi supporter les entreprises en gelant à 14$ l’heure le salaire minimum, ce qui d’après lui évitera de pénaliser les employeurs et ainsi mettre en péril la création d'emplois. Les entreprises auront également droit à des amortissements plus rapides en ce qui a trait aux investissements en immobilisations et à une réduction de la paperasse.