L'homme d'affaires Eugène Tassé

La foi en la vie et les affaires [EXIT RETRAITE]

La passion du travail, Eugène Tassé en est l’incarnation même. À 93 ans, l’homme d’affaires à la tête des Immeubles E. Tassé ne rate pas une occasion de rentrer travailler.

«Je suis encore sur la job», lance au bout du fil M. Tassé, pour qui travailler n’a rien d’une corvée.

«D’abord, ce n’est pas du travail, c’est une joie de vivre. Moi, je suis heureux ici», poursuit l’entrepreneur nonagénaire au dynamisme contagieux.

Originaire de Bourget, dans l’Est ontarien, M. Tassé dit avoir hérité du sens des chiffres de son père.

«À 25 ans, ma maison était payée. J’ai acheté une maison avec un logis que je louais et un autre dans lequel que je restais», explique le père de famille de neuf enfants, dont plusieurs sont maintenant retraités.

M. Tassé a bâti au fil des ans l’équivalent d’un village de 1000 logements résidentiels à Gatineau, ainsi que huit centres commerciaux. Sa compagnie compte sur une petite armée d’une centaine d’employés.

«Si j’ai 100 employés qui sont heureux, alors je suis heureux moi aussi», affirme le fondateur de l’entreprise.

«Le monde associe travail, affaires et argent. À un moment donné, tu n’as plus besoin de l’argent. Tu sais que tu ne dépenseras jamais l’argent que tu as. Mais c’est le plaisir d’accomplir des choses et de donner du travail au monde», insiste le philanthrope, qui a remis le mois dernier un don de 1 M$ au Carrefour jeunesse emploi de l’Outaouais.

Avec l’aide de son chauffeur, M. Tassé rentre travailler du lundi au vendredi, vers 10 h 30, puis mange avec ses employés sur l’heure du midi, où il en profite pour parler affaires, avant de quitter vers 15 h 30.

Si l’homme à la foi inébranlable ne manque pas une journée de travail, il soutient aussi aller communier à l’église toutes les semaines et en retirer un « grand bien ».

«Moi, je ne m’en fais jamais pour l’avenir. C’est le présent qui m’intéresse. Dans deux ou trois ans, je ne serai peut-être pas là», dit-il avec acceptation.

«Je sais très bien que je ne suis pas immortel, que je peux tomber malade n’importe quand. Mais à date, je fais attention à ce que je mange. Je ne fume pas et ne bois pas. Je ne couraille pas», soutient-il.