Le monde pour lieu d'affaires

Repartis le 15 septembre dernier, Le Droit les a joints à La Paz, capitale de la Basse-Californie du Sud au Mexique. Cette fois, les jeunes disaient être occupés près de sept heures par jour dans l’appartement qu’ils y ont loué pour répondre aux exigences de leurs multiples chapeaux : Maya donne des cours d’anglais à des Chinois de Beijing par Internet, pendant que Gabriel répond à des appels d’offres, trouve des clients sur LinkedIn et décroche des contrats d’optimisation et de référencement de sites web.

Nos deux micro-entrepreneurs ont aussi de la suite dans les idées pour trouver de quoi mettre dans leur assiette : ils commencent à vendre des photos de voyage sur iStockphoto, une banque d’images détenue par Getty Images; ils ont également ouvert boutique sur Etsy, un site de vente en ligne spécialisé dans les créations personnelles et le vintage. Ils y vendent des vêtements usagés.

Ils ont aussi lancé ce qu’ils appellent une «web-série de voyage» sur YouTube qui compte déjà 93 clips amateurs d’éditos personnels sur leurs pérégrinations. 

Les deux aventuriers avouent ne pas faire fortune, mais assurent manger à leur faim.

«Ce n’est pas pour tout le monde. Y a des gens qui le prennent mal et qui pensent qu’on dit que c’est la clé ultime du bonheur et que les autres vivent mal leur vie», explique Maya qui avoue que sa famille ne comprend pas vraiment ses choix. 

«Ça prend du temps, ça prend peut-être même quelques années pour construire quelque chose comme ça, mais tu peux le faire.
C’est presque du bénévolat pour les premières années, mais lentement, graduellement, ça se développe, ça devient ton entreprise.  Faut être vraiment sûr que c’est ça que tu veux faire, que ça soit ta passion.  Ça a l’air un peu quétaine à dire, mais tu vas surtout être riche dans l’âme», conclut Maya qui, comme son copain, est aussi musicienne, chanteuse et compositrice.

Durant ce second périple, après le Canada, la côte ouest des États-Unis et maintenant le Mexique, nos nomades espèrent aller rejoindre des amis au Guatemala. 

Devraient suivre, le Moyen-Orient, l’Asie, l’Europe et… Gatineau, d’ici cinq ans, si tout va bien.