Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Charles-Antoine Hallé
Charles-Antoine Hallé

Le Défi48 au coeur de la relance

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une entreprise de l’Outaouais organise un concours afin d’aider à rétablir la fibre entrepreneuriale qui s’est quelque peu effritée en raison de la situation sanitaire.

Le Défi48 est une compétition entrepreneuriale panquébécoise à travers laquelle une équipe doit lancer une entreprise ou une initiative durable à partir d’un seul dollar, et ce, en 48 heures. Le concours, organisé par l’entreprise de l’Outaouais Apprends & Entreprends, se déroulerait dans six villes à travers la province, dont Gatineau.

À partir du dollar, les équipes participantes devront passer de l’idéation à la production, puis à la commercialisation de leurs produits. 

«  Ce n’est pas fictif. Ce n’est pas une simulation. C’est du concret  », lance le fondateur d’Apprends & Entreprends, Charles-Antoine Hallé. «  On en a fait plusieurs Défi48 dans la région par le passé et je dirais qu’en moyenne, les équipes étaient capables de générer entre 1500 $ et 2000 $ en 48h, en plus d’être capables de lancer des commerces qui sont solides et qui vont se poursuivre après le défi.  »

Le gagnant de la compétition est choisi en fonction du montant amassé, mais aussi du nombre d’individus touchés par la nouvelle initiative.

Les gagnants vont participer à la finale qui aura lieu le 22 août à Drummondville. Les équipes seront appelées à peaufiner leur projet en vue de mériter le grand prix d’une valeur de 15 000 $.

Briser les barrières psychologiques

Apprends & Entreprends travaille surtout à éduquer et à aider avec le démarrage de jeunes entreprises. M. Hallé note d’ailleurs un réel essoufflement dans la fibre entrepreneuriale de la région, particulièrement en raison du contexte pandémique. Le Défi48 se veut ainsi une façon d’inciter de jeunes entrepreneurs à lancer leurs entreprises.

«  Le désir de se lancer semble moins présent. On dirait que les gens sont moins pressés à cause de la pandémie, ce qui est tout à fait normal. Nous ce qu’on veut faire, c’est prouver qu’il est toujours possible de faire beaucoup avec très peu. On veut briser les barrières psychologiques qu’on se met souvent nous-même. On se dit “je n’ai pas le temps” ou “je n’ai pas les moyens”. On prouve qu’en 48 heures, c’est possible de lancer une entreprise viable à partir d’un dollar.  »

Des projets comme celui du Défi48 sont d’autant plus importants dans le contexte de la pandémie de la COVID-19 alors que les commerces locaux souffrent fortement des mesures sanitaires en place pour freiner la propagation du virus. «  Le Défi est un réel moteur qui permet de réinvestir dans l’économie locale et d’encourager des commerces d’ici. C’est gagnant pour les commerçants, c’est gagnant pour les participants et c’est gagnant pour les municipalités aussi.  » M. Hallé confirme d’ailleurs que des entreprises phares de la région ont déjà confirmé leur participation et leur soutien financier à l’événement. 

Financement participatif

Un campagne de financement participatif, en collaboration avec La Ruche et le Fonds Mille et Un, a été lancée afin d’appuyer la réalisation de l’événement et d’en faire un événement panquébécois dès cet été.

L’objectif de campagne pour le Défi48 est de 90 600 $. L’argent amassé permettra aussi d’assurer la pérennité du projet et de créer quatre emplois durables.

«  Le but c’est non seulement de pouvoir tenir le défi en 2021, mais aussi de répéter l’expérience l’an prochain et ajouter d’autres villes participantes. On veut toucher tout le monde. On veut que tout le monde se sente impliqué  », espère M. Hallé.