Publireportage

Nathalie Charette, mentore de l’année !

« Être choisie par ses pairs pour une telle reconnaissance a été une belle marque de confiance », avoue Nathalie Charette. Coach professionnelle, formatrice et conférencière pour NOMADIA Synergies et Académie C-FAME. « Ce prix couronne mon implication dans le mentorat depuis 2005. J’en suis très honorée! »

Durant ces 15 dernières années, Mme Charette n’a pas chômé : elle-même a mentoré 16 entrepreneures, est impliquée dans le Mentorat au féminin, forme les animateurs en codéveloppement professionnel ainsi que les mentors du Réseau M, elle a animé le Club des leaders et représente l’Outaouais en participant aux rencontres des formateurs du Réseau M.

Le titre de Mentore de l’année et son accréditation en tant que mentor de niveau « diamant » s’ajoute à sa mise en candidature au Prix Aline et Marcel Lafrance, la plus haute distinction du Réseau M, soulignant la qualité de son travail et son apport exceptionnel à soutenir l’entrepreneuriat québécois par le mentorat.  Mme Charette est également l’une des 6 marraines et parrains de mentors en Outaouais.

Donner au suivant

Si elle est devenue mentore en 2005, c’était pour mieux remettre ce qu’elle-même avait reçu : « Je crois énormément à l’entreprise locale. J’ai un grand désir de la voir réussir. J’ai eu quatre entreprises et j’ai bénéficié de l’aide de huit mentores jusqu’à présent. Il est important pour moi de redonner à la communauté d’affaires », dit-elle.

Déformation professionnelle, Nathalie Charette sait dès qu’elle entre dans un commerce si l’entrepreneur a besoin d’aide. « Quand l’expérience d’achat laisse à désirer, tu sais que l’entreprise a besoin d’ajustement. Toutefois, le mentor n’est pas là pour dire comment gérer; il stimule plutôt un savoir-être entrepreneurial. Il amène l’entrepreneur à se poser les bonnes questions pour accélérer son développement. C’est une écoute, un échange d’égal à égal où l’on amène une expérience et non une expertise. Par ricochet, l’entrepreneur développe sa posture entrepreneuriale et de meilleurs réflexes d’affaires et c’est l’ensemble de son entreprise qui en bénéficie »



Marc Patry, chef mentor de la cellule de Gatineau 
et Nathalie Charrette, mentore de l’année 2019.

Beau temps, mauvais temps

Le rôle du mentor ne se limite pas à l’appui lors de moments difficiles. « Parfois quand les choses vont bien, le mentoré pense qu’il n’a pas besoin du mentor. Au contraire! C’est le meilleur moment pour parler de l’avenir, des projets stimulants et pour clarifier ses besoins les plus fondamentaux », estime la mentore. « Un mentoré pourrait par exemple être en faillite, mais s’il réfléchit aux apprentissages et qu’il s’en sort avec dignité et encore plus fort pour rebondir vers d’autres projets, on peut parler d’un mentorat réussi. »

Pour bénéficier de l’encadrement du Programme de mentorat de la Chambre de commerce de Gatineau (CCG), il faut être en affaires depuis au moins un an pour le mentorat individuel ou être dans sa première année et en phase de démarrage pour avoir accès au mentorat de groupe. Par ailleurs, la CCG est constamment en recrutement de mentors et de mentorés. Pour vivre cette expérience enrichissante, on peut obtenir plus d’informations auprès de la CCG : 

Nadine A. Archambault
Responsable du Programme de
mentorat pour entrepreneurs
819-243-2246 poste 225
responsablementorat@ccgatineau.ca