Raymond Brunet est entouré à sa gauche, par son gendre Ali Torabi, sa fille Sophie Brunet, et à sa droite, sa conjointe Murielle Brazeau, ainsi que son fils Sébastien Brunet.

Les Brunet, une lignée de grands bâtisseurs

Lorsqu’on retrace le parcours de l’entreprise Ed Brunet et Associés, on revisite de larges pans de l’histoire de l’Outaouais. Cent dix-huit ans après sa fondation, l’entreprise est moderne et en pleine expansion.

C’est en 1901 qu’Édouard Brunet fonde l’entreprise qui porte encore aujourd’hui son nom. Dans les années 1920, Édouard cède les rênes de la compagnie à son fils Raymond. Ce dernier déménage le siège social dans l’édifice actuel de la rue Dumas, dans le secteur Hull de Gatineau. Raymond Brunet voit grand. Sous sa direction, la compagnie connaît une croissance rapide.  Plusieurs édifices prestigieux sont construits à cette époque et occupent encore une place importante dans la collectivité. On pense aux maisons du Quartier-du-Moulin près de la CIP dans le secteur Gatineau, à l’hôpital Pierre-Janet (1936), au Centre de détention de Hull (1938), à La Fonderie de Hull (1942) et au Centre Robert-Guertin (1957).

Raymond Brunet était avant-gardiste. De façon générale, la règle chez les constructeurs était de fermer les chantiers l’hiver. Mais pas chez Ed Brunet. Raymond avait développé des techniques de chauffage des fondations pour faciliter le mûrissage du béton. Cela explique pourquoi on l’avait surnommé « Monsieur Winter », raconte son petit-fils Raymond Brunet, l’actuel président d’Ed Brunet et Associés, qui se dit doublement fier de porter le nom et le prénom de son grand-père qui était un homme plus grand que nature.

Plus qu’un entrepreneur, Raymond Brunet a marqué l’histoire de l’ancienne Ville de Hull. Il a occupé le poste de maire, de 1940 à 1948, à une époque où Hull jouissait d’une réputation peu enviable avec ses nombreux bordels et maisons de jeux illégales. Dès son arrivée en fonction, le maire Brunet a procédé à l’assainissement des mœurs de la ville. Mais la paix fut de courte durée et, après son règne, Hull est vite retombée dans ses mauvaises habitudes.

En 1962, c’est le fils aîné de Raymond, Gilles, qui prend la relève. Suivant les traces de son père, Gilles Brunet continue de faire croître l’entreprise, érigeant des centaines de bâtiments commerciaux, industriels et résidentiels au Québec et en Ontario. Parmi ceux-ci, citons le Centre Asticou en 1967 et l’École secondaire Philemon Wright en 1970.

En 1984, le jeune Raymond Brunet, diplômé en génie civil de l’Université d’Ottawa, se joint à l’entreprise de son père après avoir travaillé au ministère de l’Approvisionnement et des Services Canada pendant quatre ans. Cette expérience enrichissante l'emmène vivre pendant un an à Saint-Louis, dans l’État du Missouri, où il occupe le poste d’agent d’achats pour les avions de chasse F-18. Il a eu aussi l’opportunité d’agir en tant que conseiller spécial du ministre pour la période des questions à la Chambre des communes. « Mon expérience au fédéral m’a beaucoup aidé dans ma carrière car cela m’a permis de mieux connaître le fonctionnement de l’attribution des contrats au gouvernement », de dire Raymond Brunet.

En 1995, Raymond prend le flambeau des mains de son père, Gilles, après avoir recruté deux partenaires clés, Jim Wilson et Philippe Houle. À la même époque, Raymond et Jim s’engagent, un après l’autre, dans le programme exécutif de maîtrise en Administration des affaires à l’Université d’Ottawa et ils obtiennent leur MBA en 1997 et 1999 respectivement.

Le président d'Ed Brunet et Associés, Raymond Brunet

L’entreprise continue de croître et de se moderniser sous leur gouverne. Menée par des ingénieurs civils et gestionnaires, l’entreprise se lance dans des projets de construction plus complexes et stimulants comme des aqueducs, des usines d’épuration d’eau, et tant d’autres.

Au cours des années, Raymond Brunet et Jim Wilson se sont impliqués bénévolement et de façon importante dans leur industrie, au sein de différentes associations en Outaouais, à Ottawa, et à la grandeur du Québec. Raymond a même occupé le poste de président de l’Association canadienne de la construction en 2007. Le duo continue d’encourager les membres de leur équipe à s’impliquer de la même façon.

Préservons le patrimoine

Les dirigeants d’Ed Brunet et Associés démontrent aussi un intérêt particulier pour la préservation du patrimoine. L’entreprise a d’ailleurs réalisé plusieurs projets de restauration et de rénovation d’édifices à caractère patrimonial dans la région, notamment à Rideau Hall pour le compte de la Commission de la capitale nationale (CCN) et sur la colline parlementaire pour le gouvernement du Canada. Elle a aussi assuré les travaux de rénovation du Moulin de Wakefield au début des années 2000. Il y eut aussi l’école Larocque, dans le secteur Hull, qui a été convertie en résidences pour personnes âgées et la Fonderie de Hull qui connaît une seconde vie grâce au Centre multisports.

C’est un juste retour des choses, car c’est le grand-père Brunet qui avait construit la Fonderie dans les années 1940. Il en va de même pour la construction du projet Zibi auquel participe activement Ed Brunet et Associés depuis le tout début. D’ailleurs, l’entreprise est très fière du nouveau bâtiment de condominiums qui vient tout juste d’ouvrir ses portes. L’entreprise est aussi responsable de la construction du projet de la Ferme Hendrick à Chelsea, un endroit reconnu pour son caractère unique et ses belles résidences situées autour d’un jardin biologique à l’orée du parc de la Gatineau.

La construction de la Fonderie en 1942 et sa rénovation en 2004, deux chantiers menés par l'entreprise Ed Brunet et Associés.

Raymond Brunet a la réputation de s’entourer de gens solides et dévoués à qui il transmet son sens de l’éthique et ses valeurs d’intégrité. Grâce à ses qualités de leadership, il réussit aisément à motiver son équipe. Il a toujours prôné l’équilibre travail-famille tant pour lui-même que pour ses employés. Il favorise la mixité et la diversité au sein de ses troupes et se dit très fier d’avoir recruté une grande proportion de femmes au sein de son entreprise. Dès les années 1990, Ed Brunet et Associés fut d’ailleurs très avant-gardiste en mettant en place un programme visant à compenser la différence de salaire de ses employées féminines pendant leur congé de maternité.

L’ensemble des valeurs que véhicule Raymond Brunet fait en sorte qu’il gagne rapidement l’engagement et la loyauté des membres de son équipe qui ne connaît qu’un très faible roulement. D’ailleurs, il y a quelques années, l’entreprise a été reconnue comme étant un des 20 meilleurs employeurs de la région. Dans cette veine, les dirigeants d’Ed Brunet et Associés ont également ouvert l’actionnariat de l’entreprise à certains employés clés et ils continuent à favoriser des mesures de ce genre qui assurent la rétention des membres l'équipe.

Vers une cinquième génération 

Depuis deux ans, l’entreprise vit une croissance importante. Elle compte une cinquantaine d’employés à temps complet et mène plusieurs projets d’envergure tant dans la région de la capitale nationale, qu’à l’extérieur. Parmi les plus grands chantiers en cours et à venir, Raymond Brunet cite l’usine de culture de cannabis biologique TGOD (The Green Organic Dutchman) à Salaberry-de-Valleyfield et le campus Outaouais de la faculté de médecine de l’Université McGill qui ouvrira en août 2020.

Raymond Brunet a également réussi à transmettre sa passion pour la construction à la cinquième génération de Brunet. En effet, sa fille aînée, Sophie, et son gendre Ali, tous deux architectes, ont joint l’entreprise il y a près de quatre ans. Son fils, Sébastien, qui travaillait à temps partiel pour la compagnie depuis l’adolescence, vient d’obtenir son diplôme d’ingénieur et a rejoint récemment l’entreprise de façon permanente. L’an dernier, Raymond a convaincu sa conjointe Murielle Brazeau de joindre l’entreprise après 30 ans de service comme avocate et haut fonctionnaire dans la fonction publique fédérale.

Malgré un horaire fort chargé, Raymond Brunet et Murielle Brazeau trouvent le temps et l’énergie pour s’impliquer dans la communauté. Raymond préside le conseil d’administration de la maison Mathieu Froment-Savoie. Sa conjointe agit comme vice-présidente de Centraide Outaouais. C’est sans compter la Fondation Brunet qui finance diverses causes dans la région associées à la santé, à la pauvreté et aux enfants. « C’est important pour nous de redonner à la communauté. On a le sentiment de bâtir quelque chose de durable pour des causes qui nous sont chères », disent-ils. Mais leur plus grand défi reste de préparer et d’assurer la relève de l’entreprise pour la conduire vers la cinquième génération.