Éric Gaudreault et Isabel Thériault de Vision Centre-Ville

L’effervescence au centre-ville de Gatineau

La transformation de Vision Centre-Ville en société de développement commercial n’est pas pour demain.

«On se donne un horizon de trois ans pour y parvenir», avance son directeur général, Stefan Psenak. Il précise que le projet de transformer l’organisme en société de développement commercial devra être soumis à un processus référendaire auprès des gens d’affaires du territoire visé.

Bon an mal an, VCV gère un budget d’opération qui oscille entre 250 000 $ et 300 000 $ annuellement.  Ses 180 membres déboursent 100$ chacun par année.  La Ville de Gatineau, elle, verse à VCV une enveloppe annuelle de 170 000$, le reste du budget provenant de ses revenus autonomes ( commandites, partenariats et autres ). « Nous sommes le principal interlocuteur de la Ville en ce qui concerne la revitalisation du centre-ville de Gatineau », rappelle Mme Thériault.

À LIRE AUSSI: Le grand chantier de Vision Centre-Ville

Le social et le culturel

Née des cendres d’une association de gens d’affaires de l’ancienne Ville de Hull, Vision Centre-Ville est derrière une foule d’événements, à titre de promoteur ou de collaborateur.  Citons entre autres le Sentier culturel, le projet WiFi, l’application mobile Go Centre-Ville Gatineau, la patinoire du ruisseau de la Brasserie, le Festival Lavolley, La p’tite St-Jean, et l’Auto Show sur la rue Eddy. « On ne peut plus faire des affaires en ignorant les aspects social et culturel », admet d’emblée M. Gaudreault. 

Tous s’entendent pour dire que le centre-ville de Gatineau n’est qu’au début de sa renaissance. « Il existe un climat d’effervescence au centre-ville avec le projet Zibi, l’acquisition de Place Cartier par le groupe Brigil et les très nombreux projets immobiliers », insiste M. Psenak qui voit en l’arrivée d’une SDC une façon de se donner de plus grands moyens d’action pour affronter harmonieusement ce bouillonnement économique.