La propriétaire de la boutique Béatrice et chocolats, Gaëtane Osborne.

Gaëtane et la chocolaterie

« Parce que c’est bon ! » Assise dans l’arrière boutique de son petit commerce du Vieux-Aylmer, Gaëtane Osborne, propriétaire de Béatrice et Chocolats, balance cette réponse comme l’évidence même. En seulement quatre mots, elle vient de traduire la raison d’être de sa modeste entreprise. Depuis six ans, elle adore partager son amour du chocolat avec sa clientèle. « Une des raisons pour laquelle je suis toujours en affaires et heureuse de l’être est la proximité avec la clientèle et l’écoute des clients. »

Tenir commerce rue Principale à Aylmer est d’ailleurs synonyme de proximité. La boulangerie Aux 2 frères, le Saucissier William J. Walter, le Café Mulligan, la galerie d’art Espace 33, la boutique La Nomade, la crêperie Beurre salé, la maison de thé Sérénithé, le bistro L’autre Oeil, l’hôtel British, l’Auberge Symmes et les restaurants Antonyme, L’Aubergiste Bambou, Mexicana, Vitalia et La lanterne du Szchewan, souvent nichés dans des bâtiments centenaires, ont su créer avec quelques autres une expérience marchande unique à Gatineau. Le tout à quelques « encablures » de marche de la rivière des Outaouais, de la marina et du parc des Cèdres.

Cette proximité n’est pas pour déplaire à Gaëtane Osborne. « Aylmer, c’est une clientèle très fidèle, des commerçants artisanaux. Les gens m’ont vraiment accueilli à bras ouverts », d’affirmer la chocolatière qui, souffle-t-elle, n’a aucun projet d’expansion pour son entreprise. « J’aime le fait que je fais tout.  Les gens me voient, ils me questionnent. Plus on grandi, plus nous pouvons perdre cette proximité avec la clientèle. » 

Entrepreneure, mais pas totalement

Femme d’affaires depuis mai 2013, Gaëtane Osborne a baigné dans l’entrepreunariat dès son jeune âge. Ses parents, Gaëtan et Lise Osborne, opéraient coin St-René et Main la boutique ProPhoto, un laboratoire de photos couleurs. « C’est donc un peu dans mes veines. L’entrepreunariat était bien ancré dans mon sang », illustre-t-elle.

Quelques-uns des nombreux délices chocolatés que l'on retrouve dans la boutique située sur la rue Principale, dans le secteur Aylmer.

Mais ne devient pas entrepreneure qui veut.  Si elle aime bien tenir boutique et rencontrer la clientèle, Gaëtane Osborne avoue bien candidement que « la comptabilité et l’administration, c’est pas ma force. » C’est donc Maman Lise qui s’occupe de cet aspect de l’entreprise.

Exploiter un petit commerce artisanal n’est pas chose facile, convient celle qui a étudié à l’école Jean XXIII ainsi qu’à la polyvalente Nicolas-Gatineau. « Les heures de travail sont souvent longues. À Noël et à Pâques, ça peut aller de 80 à 100 heures par semaine. »  

Le chocolat comme plan d’affaires

Après des études au Relais de la Lièvre-Seigneurie et à l’École Hôtelière des Laurentides, d’où elle obtient une spécialisation en pâtisserie en 1997, Mme Osborne occupera divers boulots dans différents établissements, à Montréal, dans les Laurentides et en Outaouais, notamment chez ChocoMotive à Montebello. « Dans la pâtisserie, ce qui m’allumait le plus, c’était le chocolat. »

Sa passion pour le chocolat l’amène à ouvrir son propre commerce dans le Vieux-Aylmer. « J’ai regardé trois fois le local avant de louer. »

Et c’est sans aucun plan d’affaires qu’elle se lancera tête première dans cette aventure chocolatée. « J’aimais mieux vivre un regret que de ne pas le faire », dit-elle six années plus tard.

Chocolats à la praline, aux framboises, au caramel orangé, à la noix de coco ou encore miellé, c’est plus d’une centaine de produits qui sont offerts bon an mal an à la clientèle de Béatrice et Chocolats. Ils sont confectionnés de manière artisanale, sans agent de conservation, ni arôme artificiel. « Ce que j’aime, c’est la spécialisation.  Les gens viennent ici uniquement pour le chocolat », confie Gaëtane Osborne.

Et pour ceux qui se demandent qui est Béatrice, il s’agit de sa grand-mère à qui elle a voulu rendre un hommage... bien chocolaté.