La présidente de Steamatic Canada, Nancy Raymond. 
La présidente de Steamatic Canada, Nancy Raymond. 

Les avantages d'une franchise, selon Nancy Raymond

Dominique La Haye
Dominique La Haye
Collaboration spéciale
La présidente de Steamatic Canada, dont le siège social est situé à Gatineau, voit pour sa part plusieurs bénéfices pour un franchisé.

«L'avantage d’être dans une franchise est que tu as plein de services offerts par le siège social, fait valoir Nancy Raymond. Tu peux alors te permettre de vraiment t’occuper de tes propres opérations et ressources humaines sans avoir à t’occuper du développement des affaires, d’aller chercher des clients, de savoir soumissionner etc. C’est vraiment un beau modèle d’affaires pour un entrepreneur qui a l’esprit d’équipe. »

Mme Raymond est devenue, il y a trois ans, la maître-franchiseur de Steamatic au Canada, une entreprise de reconstruction après-sinistre qui a vu le jour il y a un peu plus de 50 ans.

« Depuis la nouvelle administration, il y a trois ans, le cœur de nos opérations est vraiment le service total après un sinistre, donc de l’urgence à la reconstruction complète », explique-t-elle.

Ce nouveau virage a toutefois nécessité, dit-elle, un « ménage » au sein des franchisés de Steamatic Canada, afin d’assurer une meilleure conformité des services offerts à l’échelle du pays. 

À LIRE AUSSI: 

Les franchises: acheter son emploi

Plus de profits et moins de créativité avec une franchise

« La première année a été d’apprendre à se connaître entre la nouvelle administration et les franchisés existants dans le réseau. Au fil du temps, on a fait un ménage. Si les franchisés n’offraient pas le service que nous voulions en matière de service total de A à Z ou encore qu’ils n’adhéraient pas à la nouvelle vision, bien à ce moment-là on se séparait», indique la présidente.

Cette conformité est essentielle, précise Mme Raymond, qui dit ainsi pouvoir assurer la fiabilité du service partout au pays aux compagnies d’assurance avec lesquelles elle négocie des contrats.

« Pour pouvoir leur garantir une satisfaction de service, la relation de confiance avec le franchisé est primordiale. Donc moi je dois pouvoir être capable de référer n’importe lequel de mes franchisés à travers le Canada les deux yeux complètement fermés », soutient-elle.

Trois ans plus tard, Steamatic Canada est passé de 32 à 45 franchisés au pays. Mme Raymond souhaite élargir davantage les tentacules de son réseau. Elle courtise des prospects en Nouvelle-Écosse, un endroit où l’entreprise est absente et espère éventuellement compter une dizaine de franchisés.

M. Lévesque souhaite aussi élargir encore davantage son réseau de franchisés au Québec. Il prend ainsi à l’occasion son « bâton de pèlerin » et participe à des salons de fournisseurs, où il peut rencontrer entre 200 et 300 investisseurs potentiels.

Sa première expérience en tant que franchiseur dans un salon l’a d’ailleurs pris par surprise. 

« Moi j’allais là pour présenter mon produit, mais ce n’est pas cela que les gens voulaient savoir », se remémore-t-il. « Les questions étaient vraiment différentes. J’ai donc dû m’ajuster, car derrière mon kiosque au salon, il y avait Coors, Tim Hortons, Pizza Hut, Boston Pizza et autres », poursuit-il.