Depuis 2017, le Salon des vins et de la gastronomie d'Ottawa (photo) est en veilleuse. Mais un nouvel événement culinaire, Crave, se tiendra en avril au Centre Shaw. 

Le réveil de la scène culinaire d’Ottawa-Gatineau

CHRONIQUE - SCÈNE CULINAIRE / La scène culinaire régionale est-elle en train de s’éveiller ? Nous en avons quelques indices, et c’est bienvenu !

Au cours des dernières années, la Chaîne des rôtisseurs, un club de gastronomes établi dans la capitale depuis plus de 50 ans, a cessé ses dîners mensuels. Momentanément, peut-être.

Le Salon des vins et de la gastronomie d’Ottawa, mieux connu sous son nom anglais  Wine and Food Show  a lui aussi fait une pause depuis 2017. Il avait commencé en 1985 au Centre des congrès d’Ottawa, et a duré 33 ans. Dans ses belles années, dans les années 1990 et 2000, c’était l’événement à ne pas manquer à l’automne.

Idem pour le Rendez-vous des saveurs de l’Outaouais, qui regroupait une dizaine de restaurants depuis 1995. Ce festival, toujours organisé à Gatineau, a duré une vingtaine d’années, d’abord à la Maison du citoyen, puis au Casino du Lac-Leamy. 

Enfin, dernier signe des temps, les dîners gastronomiques que des restaurants accueillaient ponctuellement se faisaient plus rares. Il n’y avait plus que le championnat culinaire, à Ottawa tous les mois de novembre, qui survivait. Mais c’est un événement plus guindé qui a longtemps été connu sous le vocable des Gold Medal Plates. La finale régionale, qui ne durait qu’une journée, a laissé place à la finale nationale, répartie sur trois jours en janvier.  

La popularité des microbrasseries les a remplacés avec de multiples dégustations de bières tant au printemps qu’à l’automne. Les foules continuent d’y accourir. Mais des soirées culinaires, cela semblait mort et enterré.

Jusqu’à tout récemment.

Soudainement, il y a comme une renaissance qui est en train de s’opérer.

Un nouveau happening culinaire s’organise en avril au Centre Shaw, là même où le Wine and Food Show a vécu tant de belles années. Cette nouvelle célébration de tout ce qui est vins et nourriture s’appelle Crave et est organisé par DNA Live, une firme de production d’événements, en collaboration avec Ottawa Venues, qui détient des participations dans plusieurs restaurants autour du marché By.

« Nous voulons recréer l’excitation qu’il y avait de bien s’habiller et de venir au Centre Shaw pour une délicieuse soirée », a résumé Ali Shafaee, directeur exécutif de DNA Live. C’était vraiment chose à voir, sauf lorsque les soirées chics se métamorphosaient en de trop fréquentes beuveries. DNA Live dit qu’elle veillera au grain.

M. Shafaee prévoit compter sur un minimum de 60 kiosques, dont environ 25 réservés pour des restaurants. C’est un pari ambitieux à si courte échéance.

Il s’attend à environ 7000 visiteurs qui seraient disposés à payer 20 à 25 $ chacun pour entrer. Si ça fonctionne bien, M. Shafaee prévoit déjà tenir un autre week-end du même genre, mais à l’automne. On s’informe à craveottawa.ca

Du nouveau au CNA

Le Centre national des Arts ( CNA ) s’est aussi mis de la partie en lançant une nouvelle série d’événements culinaires baptisés « Chefs en résidence - Resident Chefs ». 

L’idée du directeur de la restauration, Nelson Borges, et du chef exécutif Kenton Leier, est d’offrir la salle à manger totalement rénovée du CNA pour tenir, tous les deux mois, des soirées exclusives en compagnie de chefs de partout au pays. Déjà le CNA a accueilli deux chefs de talent, mais méconnus. Établi en Saskatchewan, Rich Francis a été le premier mis en vedette, en septembre 2019. Ses origines autochtones bien franches ont séduit plusieurs convives. Puis, Ryan Hotchkiss a pris la relève en janvier. Son carpaccio de daurade ( oui, un poisson, par un Albertain ! ) a frappé l’imagination, bien plus que le contrefilet de boeuf de l’Ouest en plat principal.

Le restaurant Le 1 Elgin du Centre national des arts, à Ottawa. 

À la mi-mars, la chef Helena Loureiro, Portugaise d’origine et Montréalaise d’adoption, sera la troisième à venir épicer le 1 Elgin, ainsi que l’on appelle l’ancien Le Café.

À 149 $ par personne pour le repas, les boissons et le service, c’est une aubaine dans l’écrin velouté du restaurant du CNA.

En mai, l’exploration culinaire pan-canadienne prendra fin avec le chef Jonathan Gushue, de Terre-Neuve. Les attentes sont élevées pour celui qui dirige les cuisines du Fogo Island Inn, un parfum d’humanité sur une île inhospitalière. 

Il reste maintenant à compléter ce programme « renaissant » avec d’autres soirées et événements culinaires. Une relance de la Chaîne des rôtisseurs, ou une amitié gustative quelconque est toujours possible. Ça se parle toujours.