Chronique publicitaire

Est-ce qu’on vous vole du temps?

Capitales Studio
Une réalisation du service de la promotion
Vous est-il déjà arrivé d’entrer dans le bureau d’un employé et de constater qu’il/elle était sur Facebook ou un autre réseau social, plutôt que de s’affairer à sa tâche? De voir un commis penché sur son cellulaire de longues minutes? Et que dire de celui ou celle qui accapare votre temps pour vous raconter sa fin de semaine?

Le temps est une des commodités les plus prisées en ce début de siècle, à tel point qu’on lui accorde parfois plus d’importance qu’à l’argent dans les conditions d’embauche. Pour le workoholic, celui qui perd du temps est un paresseux qui nuit à l’entreprise. Le vol de temps est un problème sérieux, évidemment, mais attention de ne pas tirer de conclusions trop hâtives.

  • Les tâches de bureau sont-elles longues, accaparantes et répétitives? Il est normal et même souhaitable de faire une pause pour se changer les idées.
  • Vos employés moins performants présentent-ils un trouble du déficit de l’attention (TDA) qui rend difficile de garder le focus sur une seule tâche à la fois?
  • Votre personnel est-il bombardé par une multitude de courriels qui le concernent peu ou pas?
  • Les tâches à accomplir sont-elles claires et bien réparties?
  • Souffrez-vous de « réunionite aigüe »?

Changez la routine

Comme vous le voyez, avant de pointer un doigt accusateur envers le collègue fautif, il convient de procéder à un examen de l’environnement de travail. Pourquoi les réseaux sociaux sont-ils si populaires? Parce qu’ils offrent du contenu sans cesse changeant et savent stimuler le sentiment de plaisir.  Votre entreprise devrait elle aussi offrir des défis stimulants. Encouragez les rétroactions constructives, source de motivation. Assurez-vous que le travail soit encadré par des attentes claires et renouvelées quant aux délais et aux tâches à accomplir. 

Il reste que certains employés sont peut-être sous-utilisés, ou alors ils vivent des problèmes familiaux. Certains ne sont simplement pas « sur leur X », c’est-à-dire dans le bon emploi. Il convient d’en discuter avec eux et d’apporter les ajustements nécessaires. Un suivi permettra d’évaluer l’éventuelle amélioration ou non de la situation.

Éric Joanisse, CPC, CRHA, Vice-président C.L.A. Personnel

Conseil d’expert

Gardez en tête que l’interaction sociale fait partie de la vie au travail. Se lever pour marcher un peu, s’étirer, prendre un café avec un collègue ou visionner une vidéo sur le web peut être bénéfique pour permettre de reprendre le travail là où on l’avait laissé, avec les idées plus claires et un regard neuf.

Pour plus d'informations : clapersonnel.ca
370, boul. Gréber (suite 205),
Gatineau QC J8T 5R6
819 771-0830