Le propriétaire du Dépanneur Rapido, Marc-André Arvisais, en compagnie de son père et fondateur de l'entreprise, André Arvisais. 
Le propriétaire du Dépanneur Rapido, Marc-André Arvisais, en compagnie de son père et fondateur de l'entreprise, André Arvisais. 

Dépanneur Rapido: « Y’as-tu de la bière icitte »

Prétendre que le Dépanneur Rapido brasse de grosses affaires relève de l’euphémisme. Cette entreprise gatinoise du secteur Aylmer vend annuellement l’équivalent de quelque 300 000 caisses de 24 bouteilles ou canettes de bière, ce qui le classe parmi les cinq meilleurs vendeurs du précieux liquide houblonné au Québec. Pas pour rien qu’il fait suivre l’épithète Le Géant de la Bière à sa marque de commerce.

Et n’allez surtout pas dire à son propriétaire, Marc-André Arvisais, que la modération à bien meilleur goût lorsque vient le temps de commenter la vaste sélection de bières offerte à sa clientèle. Blonde, brune, noire ou rousse en provenance des microbrasseries ou des brasseurs traditionnels, plusieurs d’entre elles sont d’ici et beaucoup d’autres d’ailleurs. Plus de 500 marques de bière sont réparties sur un espace commercial de 4000 pieds carrés. Une sorte de multinationale qui fait voyager, à défaut d’avoir pignon sur rue à Berlin, Sydney ou Sapporo.

À LIRE AUSSI:

L'expansion du Dépanneur Rapido

Si la bière assure la notoriété du Dépanneur Rapido, elle compte toutefois pour un peu moins de 50 % de son chiffre d’affaires. Les produits d’épicerie, de charcuterie, du vin, du tabac, des loteries et de la buanderie adjacente à l’édifice attirent aussi les clients.

Les débuts

C’est en 1985 que le père, André Arvisais, aujourd’hui âgé de 80 ans, et sa famille quittent le secteur Gatineau pour aller opérer ce qui allait devenir le Dépanneur Rapido. Et c’est dès l’âge de 13 ans que le fils Marc-André s’implique dans l’entreprise. 

« On comptait les 25 sous de la buanderie, puis on les roulaient dans de petits sacs de bonbons, on travaillait à la caisse et dans les bouteilles vides », se souvient-il.

Tout en continuant à y travailler à temps partiel, Marc-André Arvisais complète un baccalauréat en microbiologie et un certificat en immunologie à l’Université de Montréal. 

La conjointe de Marc-André Arvisais, Sandra Lopes, travaille aussi dans le commerce du secteur Aylmer. 

L’attrait de la business sera néanmoins plus fort que tout et il revient travailler à temps complet au Dépanneur en 1994. 

Puis, en 2001, il fait l’acquisition de l’entreprise familiale, en partenariat avec son frère qui quitte en 2007. 

« Mon père a été malade et ça m’a fait réfléchir. Je ne voulais pas que l’entreprise soit vendue », tranche celui qui a étudié à l’école primaire Raymond et au Collège Saint-Alexandre. 

S’il est rarement présent sur le plancher, Marc-André Arvisais passe la plupart de son temps dans un minuscule local sis au deuxième étage. De là, il administre l’entreprise, assure les relations avec les nombreux fournisseurs et gère le quotidien.