PUBLIREPORTAGE

« Nous pouvons tous être de grands bâtisseurs » Anticiper les tendances, depuis 35 ans déjà.

Le 35e anniversaire de Brigil commence bien. Gilles Desjardins, président du Groupe Brigil, a reçu en février le Prix Grand Bâtisseur de l’Outaouais – décerné pour la première fois – de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) de la région de l’Outaouais et Nord-Ouest.

En chiffres, Brigil, c’est avant tout plus de 10,000 familles logées dans la région de la capitale nationale du Canada depuis 35 ans. Ce n’est que le début. Selon les derniers recensements fédéraux et provinciaux, la population de la région augmente d’environ 25,000 résidents chaque année.

Afin d’anticiper les besoins générés par cette croissance, l’entreprise prévoit la mise en chantier de 1 600 unités à Ottawa-Gatineau d’ici la fin 2020, et la livraison de plus de 8 400 logements d’ici cinq ans.

Le moins que l’on puisse dire de Gilles Desjardins, c’est qu’il est visionnaire. Il y a déjà 20 ans, il avait prévu où seraient aménagées les constructions à haute densification. « On a fait des études. J’ai acquis des terrains à l’époque et on a travaillé fort pour obtenir le bon zonage. Parfois, ça prend plus de temps que prévu, mais aujourd’hui ces projets arrivent à maturité. »

L’homme d’affaires donne pour exemple le site de la ferme Columbia, acquis en 2006 et pour lequel il a obtenu le feu vert de la ville en 2016, soit 10 ans plus tard. La construction, qui a débuté en novembre 2019, permettra l’aménagement de 240 unités qui assureront à la fois la protection du joyau patrimonial que représente la ferme Columbia, et le renouvellement d’un des plus importants quartiers de Gatineau.

Gilles Desjardins (à droite), accompagné de son fils Jessy,  et de sa conjointe Céline Bériault.

Une demande en pleine évolution

Avec ses nombreuses gammes de produits, Brigil permet d’assurer une belle qualité de vie aux gens venus de tous les milieux socio-économiques. Fier de bâtir une qualité de vie, c’est bien plus qu’un slogan. C’est une mission : nous méritons chacun une qualité de vie dont nous pouvons être fiers.

Récemment, une nouvelle demande se pointe à Ottawa: un désir pour des logements locatifs plus luxueux, développés pour simplifier la vie de ses résidents. C’est pour cela que Brigil mise tant sur la réalisation du 121 Parkdale, un édifice de 35 étages comprenant 283 unités, ainsi que la construction en juillet prochain d’une tour voisine de 28 étages, l’une des plus luxueuses de la capitale. 

La rive gatinoise verra aussi sa nouvelle part de luxe, avec la phase III du projet du Vieux-Port. Mis en branle au printemps 2020, le site conservera 70% de son état naturel, grâce notamment à une réduction du nombre d’édifices construits, pour allier luxe, simplicité et préservation de l’environnement.

Bâtir, c’est rassembler

Pour Gilles Desjardins, bâtir des communautés doit avant tout passer par le rassemblement et la collaboration. C’est pourquoi il souhaite la création d’une table ronde regroupant les constructeurs, les municipalités, les intervenants sociaux ainsi que les environnementalistes afin de développer ensemble une vision commune pour les 20 prochaines années. 

« Qu’on mette les priorités de tous sur la table et qu’on construise un avenir qui marie la qualité de vie, l’accessibilité et le respect de l’environnement, et qu’on fasse front commun pour assurer une université et des établissements de santé à la hauteur de nos besoins. D’ici 15 ans, la grande région d’Ottawa-Gatineau comptera 2 millions de personnes. C’est maintenant qu’il faut planifier », dit-il.

L’invitation est lancée. Gilles Desjardins, lui, continue; Brigil a encore 35 années de plus à dessiner.