Ameublement Branchaud

Une basse-cour de «p’tits coqs» bien meublée!

La famille Branchaud occupe une place si importante dans le paysage de l’Outaouais qu’on pourrait dire qu’elle fait partie des meubles. 
Le nom de Branchaud évoque d’abord leur bannière phare, Ameublement Branchaud, qui compte huit magasins, de même que des centres de couvre-plancher, d’électroménagers et de matériel informatique. 
L’entreprise a étendu ses activités bien au-delà de la région.

Des succursales d’Ameublement Branchaud ont ouvert leurs portes dans les Hautes-Laurentides et en Abitibi, faisant de l’entreprise l’un des plus importants détaillants de l’ouest du Québec. Et le nom de la famille Branchaud est associé au complexe sportif Branchaud-Brière. Que de chemin parcouru pour cette entreprise familiale fondée il y a 60 ans par Jean-Claude Branchaud.

Le parcours de ce dernier débute en 1944 alors qu’il prête main forte à son père qui dirige le magasin général de Bois-Franc, une petite municipalité située au nord de Maniwaki. Joël, le fils de Jean-Claude, qui est aujourd’hui vice-président financier, raconte: «Mon père a toujours eu de l’ambition. Lorsqu’il a pris la relève du magasin, il a tout de suite voulu diversifier l’entreprise en vendant des électroménagers et des meubles afin de répondre à la demande de la Haute-Gatineau.»

En 1959, Jean-Claude Branchaud, fraîchement diplômé en études commerciales du collège Bourget à Rigaud, s’associe à son cousin Robert, pour fonder un magasin de vente au détail d’appareils électroménagers. Pour se distraire, Jean-Claude aime jouer à la balle-molle. Du haut de ses 5 pieds 2 pouces, il ne s’en laisse pas imposer. C’est ainsi que, sur le terrain de balle-molle, il hérite du surnom de «ti-coq». «Mon père avait le syndrome de Napoléon, il était petit mais il n’avait peur de personne. C’était un "picosseux". Mais ça l’a toujours bien aidé dans la vie. Il a toujours été déterminé», explique à la blague Joël.

En 1963, le «ti-coq» devient officiellement le «coq des prix». «Mon père voulait être le meilleur de la basse-cour des vendeurs de meubles et d’électroménagers», ajoute Joël. En 1970, Jean-Claude est devenu l’unique propriétaire de l’entreprise puisqu’il a racheté les parts de son cousin Robert. Il réussit à amasser les 150 000$ nécessaires pour bâtir un tout nouvel édifice sur un vaste terrain à Egan-Sud, non loin de Maniwaki. L’édifice de 10 000 pieds carrés est inauguré le 19 mars 1970. Cinq ans plus tard, un entrepôt de 15 000 pieds carrés s’ajoute au complexe de la Haute-Gatineau.

À la conquête de l’Abitibi

En 1981, Jean-Claude Branchaud, qui avait toujours le don de flairer la bonne affaire, profite du développement minier pour s’implanter en Abitibi, à Amos plus précisément, où l’on ouvre un magasin de meubles et d’électroménagers. En 1984, on construit un nouvel entrepôt pour desservir le commerce de la ville abitibienne.

L’Outaouais n’est pas en reste, alors qu’en 1987 une nouvelle succursale voit le jour à Gatineau. Le magasin du boulevard Maloney Est s’étend sur 40 000 pieds carrés, dont 36 000 pieds de surface de vente. L’année suivante, en 1988, le malheur frappe alors qu’un incendie détruit l’entrepôt de Maniwaki. Les pertes s’élèvent à 3,5 millions $. «J’étais encore étudiant à l’Université du Québec à Hull à l’époque et je voulais abandonner l’université pour aider mon père. Mais il a refusé. Il a insisté pour que je poursuive mes études», se souvient Joël Branchaud.

Loin de se décourager, le «ti-coq» se retrousse les manches et fait face à l’adversité. Dès le lendemain, Jean-Claude Branchaud déclare: «Nous rebâtirons!» Chose promise, chose due! Dix mois à peine après l’incendie, le nouvel édifice ouvre ses portes.

Le vice-président financier d'Ameublement Branchaud, Joël Branchaud

À la fin des années 1990, la conquête de l’Abitibi se poursuit. Après Amos, Ameublement Branchaud jette son dévolu sur Val-d’Or. En 1998, on inaugure un édifice de 17 000 pieds carrés dans la capitale de l’or. En 2001, c’est au tour de Rouyn-Noranda d’accueillir un magasin d’Ameublement Branchaud. Avec cinq magasins, l'entreprise Branchaud est mûre pour se doter de son propre service de transport. C’est ainsi que Transport Branchaud voit le jour en 2001. La compagnie compte maintenant 12 camions et 20 remorques et emploie 25 personnes. En 2002, Ameublement Branchaud construit à Maniwaki un vaste centre de distribution de 32 500 pieds carrés pour desservir l’ensemble de ses magasins.

Cap sur les Laurentides

Après l’Outaouais et l’Abitibi-Témiscamingue, Ameublement Branchaud se lance à la conquête des Hautes-Laurentides. Le 10 février 2006, l’entreprise fait officiellement l’acquisition des deux magasins Armand Pagé situés à Mont-Laurier et à Mont-Tremblant. À l’été 2008, la construction d’un entrepôt de 6 000 pieds carrés adjacent au magasin de couvre-plancher Branchaud à Maniwaki s’impose et permet de franchir une autre étape dans la distribution du couvre-plancher pour l’Outaouais, la Haute-Gatineau et les Hautes-Laurentides. Le «p’tit coq» continue de faire des petits. En juillet 2010, les Entreprises Branchaud complètent l’acquisition d’Ameublement Lefebvre de Buckingham.

Jean-Claude Branchaud a toujours eu le sentiment de devoir redonner à la communauté. C’est dans cette optique qu’il crée en 1996 la fondation Jean-Claude Branchaud dont le but visé est de venir en aide à la jeunesse. «Mon père a toujours dit que l’avenir appartient à la jeunesse. Je me souviens d’un ami de la famille qui avait eu un grave accident. C’est pour l’aider que nous avions d’abord mis sur pied cette fondation. Puis nous avons continué à financer d’autres causes. Mes frères Louis-Arthur, André et moi sommes fiers de poursuivre l’œuvre qu’il a créée», insiste Joël. Depuis ce temps, près de 1,5 M$ ont été amassés et versés en dons.

La relève des poussins

Mais le Complexe sportif Branchaud-Brière est certainement l’œuvre dont la famille Branchaud est la plus fière. C’est en 2013 que les Branchaud s’associent au hockeyeur gatinois Daniel Brière et à l’ancien entraîneur Alain Sanscartier pour construire, au coût de 33 millions $, le Complexe Branchaud-Brière, un centre multisports adjacent à la polyvalente Nicolas-Gatineau. «C’est notre plus beau projet pour la jeunesse. On aime mieux voir les jeunes dans les arénas que traîner dans les rues», de dire Joël qui dirige l’entreprise familiale avec ses deux frères aînés Louis-Arthur, qui assure la présidence, et André qui est vice-président marketing. 

Les frères Branchaud tiennent mordicus à ce que la relève prenne les commandes de l’entreprise familiale dans les règles de l’art. Pour ce faire, la «basse-cour» Branchaud fonde ses espoirs dans ses «poussins», Roxanne Branchaud (fille de Louis-Arthur), qui est directrice achat meubles, Joanie Branchaud (fille d’André), conseillère meubles, et Miguel Branchaud (fils de Joël), contrôleur adjoint, qui volent déjà de leurs propres ailes.

Le «ti-coq» Jean-Claude, qui est décédé en 2001, serait fier de voir tout ce que sa descendance a accompli.