PUBLIREPORTAGE

Partenaires recherchés

Tout ne s’apprend pas à l’école. C’est pourquoi la Fondation des Sénateurs d’Ottawa a mis en place un partenariat avec la ville de Gatineau en 2015, menant à la création de 5 patinoires/aires de jeux sur le territoire de la ville.

En collaboration avec des commanditaires majeurs, ces patinoires offrent aux jeunes l’opportunité de reconquérir les jeux d’extérieur hiver comme été : Patinoire Sénateurs Brigil au parc Gilbert Garneau, Patinoire Sénateurs de Brookfield au Parc Fontaine, Patinoire Sénateurs le Plateau de la Capitale au Parc Central (Aylmer) et Patinoire Sénateurs Traversiers Bourbonnais au Parc Jack Eyamie à Masson-Angers. 

Chacune de ces patinoires est très populaire. « On y joue au hockey l’hiver et on les transforme en aires de jeux l’été : basket ball, Futsall (soccer), bike-polo, tennis et plus », indique le porte-parole de la Fondation, Barry Seller. « En Outaouais, on avait 11 camps d’été qui y ont eu accès l’été dernier. La Fondation y a investi 100 000$. » M. Seller visite d’ailleurs ces camps et lorsqu’il le fait, c’est en grande pompe : structures gonflables, jeux, présence de la mascotte Spartacat et cadeaux remis aux enfants.

Accro du patin

Grâce aux programmes Accro du patin et la Fondation Bon Départ, entre 20 et 40 jeunes de chaque patinoire choisissent leurs patins et casque au magasin Canadian Tire avant d’être inscrits à une session d’apprentissage du hockey durant quatre ou cinq semaines. Le 9 mars, ces enfants sont réunis sur la patinoire du centre Canadian Tire pour patiner et participer à une grande fête avec pizza et gâteau.

« La patinoire du parc St-Gérard de Gatineau était la dernière du programme de partenariat avec la ville », explique M. Seller; « Mais ça ne signifie pas la fin de notre ouverture à d’autres types de partenariats pour d’autres projets avec la ville et des gens d’affaires de la région. »

Va jouer dehors

Les initiatives de la Fondation des Sénateurs d’Ottawa n’ont qu’un but : faire sortir les jeunes afin qu’ils puissent se réapproprier les parcs en délaissant un peu leur cellulaire et jeux vidéo. « Jouer dehors, c’est pas seulement bon pour la santé physique, mais la santé mentale aussi. En jouant en groupe, les jeunes apprennent des habiletés sociales, comment interagir et travailler en équipe. Ils créent et entretiennent des amitiés », croit M. Seller. 

C’est pourquoi la Fondation est ouverte aux propositions de partenaires d’affaires. L’organisme obtient son financement par un tirage 50-50 les soirs de matches, des événements comme les 24h Tremblant ainsi qu’un téléthon (TSN, le 28 février). Des dons peuvent également être faits en ligne au sensfoundation.com.

Vous aussi pouvez aider à changer les choses!