Ghislain Guindon et Andrée Labrosse

Couples en affaires: la communication, le nerf de la guerre

En amour comme en affaires, la communication est un aspect primordial.

«Je pense que le nerf de la guerre dans tout ça, c’est la communication et aussi le respect de chacun. Chacun peut faire des erreurs, mais il faut être capable de les corriger et de passer par-dessus et d’aller de l’avant», estime M. Guindon.

Il ne faut pas hésiter, comme entrepreneur, à faire appel à une aide professionnelle et à suivre des formations continues en gestion, croit M. Latreille.

«On va se chercher des outils pour faire de la gestion et même entre nous, dans le couple, on applique ces outils comme on le ferait avec les employés», explique-t-il.

C’est aussi l’avis des propriétaires de Multi Luminaire, Carole Alain et Richard Lamarche, qui ont ouvert ensemble un premier magasin en 1987, à Gatineau, et plus récemment, un second sur le chemin Innes, à Ottawa, avec leur fils Charles Alain Lamarche. Ce dernier gère maintenant les deux commerces, même si le couple continue à veiller sur l’entreprise.

Un mot: respect

Pour Mme Alain, le succès des couples en affaires se résume en un mot : «respect».

«Richard et moi, on est comme des vases communicant. S’il y en a un de nous qui a le goût de s’emporter, l’autre dit: "Regarde, on réfléchit et on revient". Il y en a tout le temps un des deux qui calmait l’autre et là on voyait plus clair», précise-t-elle.

Si le couple travaille maintenant quatre jours par semaine et quelques mois à distance, depuis leur seconde résidence en Floride, il fut un temps où la conciliation travail-famille faisait partie de leur quotidien.

«La période où les enfants étaient plus jeunes, je mettais beaucoup plus d’heures. Carole en mettait aussi au magasin et passait prendre les enfants chez la gardienne et s’en occupait le soir. Moi, je revenais pas mal plus tard et, souvent, elle couchait les enfants et faisait de la comptabilité après», explique M. Lamarche.