Le commerce Bucks Auto Parts, à Maniwaki.
Le commerce Bucks Auto Parts, à Maniwaki.

Frank Buckshot: l’entrepreneur autochtone qui fait rayonner la région

« Ton voisin est ton miroir. » Ce proverbe prend tout son sens lorsqu’il est question de Frank Buckshot, qui vient de remporter le prix d’excellence CANDO comme entrepreneur autochtone de l’année au Canada.

Depuis la fenêtre de son entreprise de pièces et d’accessoires automobiles Bucks Auto Parts, Frank Buckshot, qui y travaille aux côtés de son fils Andrew, peut parfois apercevoir sa fille, Amanda. Cette dernière est la gérante de son autre entreprise, le commerce d’articles sportifs Bucks Sports Shop, situé en face de son commerce du 69, rue Kichi Mikan ( route 105 ), à Maniwaki. Ce sont eux, des passionnés de l’entrepreneuriat comme leur père, qui prendront la relève des commerces. 

Sans le soutien d’Amanda, d’Andrew et de sa femme Marie, qui gère toutes les opérations des entreprises, M. Buckshot avoue que son succès ne serait sûrement pas aussi important. « Je ne me serais pas lancé en affaires comme ça. La famille m’aide beaucoup. »

Lorsqu’il a su qu’il était le récipiendaire du prix d’excellence comme entrepreneur autochtone de l’année du Council for the Advancement of Native Development Officers (CANDO), M. Buckshot est tombé des nues. « Trois-cents commerçants autochtones de partout au Canada participaient au concours. J’ai eu l’appel au téléphone pour dire que j’étais un des deux finalistes, et là, je suis resté bête, j’étais bien content. Avec ma famille, on n’y croyait pas. »

Frank Buckshot, accompagné des membres de sa famille et d'employés de son commerce.

Cette reconnaissance autochtone est d’une importance significative pour M. Buckshot, surtout que bon nombre de ses clients proviennent des communautés autochtones, notamment de la Baie James. « J’ai bien des amis de là, ce sont des gros clients pour moi. Ça m’aide beaucoup. »

Avant le gala annuel du CANDO, qui a eu lieu en octobre dernier au Casino du Lac-Leamy de Gatineau, les finalistes devaient faire une présentation de 20 minutes au jury de sélection. Ce sont Amanda et Andrew qui sont montés sur scène pour expliquer le cheminement de vie de leur père, et par le fait même, lui rendre hommage. 

Une carrière toute tracée

C’est sur lui-même que M. Buckshot a dû compter toute sa vie pour rendre possible sa réussite. Pour lui, pas question de faire autre chose que de travailler à son compte. « On était vraiment pauvre quand on était jeune, et je voulais être sûr de m’en sortir. »

Contracteur en foresterie pendant 25 ans, il voulait s’assurer de pouvoir subsister pendant les temps morts du cycle forestier. C’est ainsi qu’il a décidé de démarrer sa première entreprise de pièces automobiles à Maniwaki. À l’époque, il ne faisait que vendre des pièces et des accessoires. En 2006, il a fait l’acquisition du bâtiment pour son entreprise d’équipement sportif sur la réserve de Kitigan Zibi, et sept ans plus tard, le Bucks Auto Parts déménageait de l’autre côté de la rue. Aujourd’hui, le Bucks Auto Parts offre aussi la réparation. 

C’est son indépendance et ses ambitions qui ont propulsé M. Buckshot vers la réussite. Ayant abandonné le monde académique à l’adolescence, l’entrepreneur a dû compter sur l’expérience comme unique formation. « Mon but, je l’ai toujours vu, dès ma jeunesse. »

***

Inspirer le succès 

Le Council for the Advancement of Native Development Officers ( CANDO ) est une société à but non lucratif enregistrée auprès du gouvernement fédéral. Son mandat est d’encourager le développement économique au sein des communautés autochtones à travers le pays et de soutenir les agents de développement économique qui y oeuvrent. 

CANDO est unique en son genre puisqu’elle est la seule organisation nationale qui se concentre sur l’éducation et le développement professionnel des agents de développement économique travaillant dans les communautés autochtones. 

La candidature de Frank Buckshot au concours a été soumise par l’agent de développement économique de la communauté Kitigan Zibi Anishanabeg, Dylan Whiteduck.