La femme d'affaires, Danièle Henkel

Une dragonne entre beauté et affaires

Danièle Henkel a passé les 20 dernières années de sa vie dans le monde de l’esthétique. Sa passion : aider les fibres du corps, mais avant tout la peau, à rester jeune. Mais celle qui s’est fait connaître du public lors de sa participation à l’émission télévisée Dans l’oeil du dragon a aussi développé au fil des ans une puissante fibre entrepreneuriale. Aujourd’hui, ces deux fibres peuvent vibrer à l’unisson.

Après deux ans de recherche dans ses laboratoires de Pierrefonds, Danièle Henkel s’est lancée cet automne dans une nouvelle aventure commerciale, la création de produits cosmétiques professionnels qui portent son nom.

Ces temps-ci, elle se déplace dans les régions pour vendre ses produits, marché par marché, affrontant ainsi les géants de ce monde, les L’Oréal, Biotherme, Clarins, avec la verve qu’on lui connaît. 

La femme d’affaires a créé une gamme de neuf produits biologiques entièrement fabriqués au Québec. Crème hydratante, sérum, lait nettoyant, des produits haut de gamme mais accessibles. « Je démocratise les produits de beauté », dit-elle, avec son sourire engageant.

Sa passion pour sa nouvelle gamme cosmétique n’a d’égale que son empressement à défendre l’emploi local, un comportement qui favorise la création d’emplois.

« Je crée des jobs ici. J’aurais pu écrire sur mes produits ‘made in Paris’ avec mon nom dessus mais, non, je les fabrique au Québec. » Au fil de la discussion, on sent tout à coup qu’on touche ici à une autre fibre sensible car l’ex-dragonne, d’ordinaire si posée, s’enflamme. « On s’est déresponsabilisé en faisant produire à l’extérieur, comme si ce n’était pas grave ». Depuis la création de sa gamme de produits pour la peau, elle affirme donner de l’emploi permanent à une quarantaine de personnes et à 250 autres de façon indirecte. Sans le dire ouvertement, elle questionne les pratiques du monde des affaires au pays.

« Si nous acceptons de payer 20 $ de plus et ce, une fois semaine, pour des biens fabriqués ici, nous allons créer 100 000 emplois de plus par année au Québec! »

Elle reconnaît toutefois que le manque de main-d’oeuvre qualifiée représente un obstacle pour les entreprises. Madame Henkel est elle-même confrontée à ce défi, elle dont les activités touchent autant à la télévision, les conférences, un réseau de distribution de produits médico-esthétiques, le gant Renaissance, l’Académie Danièle Henkel, l’écriture...

Bien qu’elle poursuive cet automne sa tournée régionale pour faire connaître ses produits cosmétiques, l'ancienne dragonne continue en même temps de les promouvoir à l’étranger. « Nous sommes en négociations pour les exporter à Dubaï, au Maroc, en Algérie (le pays de son enfance). J’ai bon espoir d’y arriver l’an prochain », lance-t-elle, confiante.

Parallèlement, elle préside le Conseil de développement Canada-Algérie, dont l’objectif est aussi de stimuler les échanges commerciaux entre les deux pays et plus particulièrement avec le Québec où elle vit depuis 27 ans.

Parcours atypique

Les marchés étrangers, elle les connaît bien. Avant d’arriver au Québec en 1990, madame Henkel avait agi à titre de conseillère politique et économique pour l’ambassade des États-Unis, un rôle qui lui a permis de se frotter au monde du business. Femme élevée dans la religion catholique, elle a été mariée à un musulman dont le choix a été fait par son frère! Lorsque le climat politique en Algérie a commencé à se détériorer, elle a finalement immigré au Québec avec sa famille.

Elle a tracé son sillon dans le domaine des affaires assez rapidement mais sa carrière a pris un essor remarquable grâce à sa participation en tant que juge, pendant cinq ans à l’émission Dans l’oeil du dragon, où cinq multimillionnaires ont le choix d’investir dans des entreprises en démarrage.

Cette expérience télévisuelle a permis à Danièle Henkel de devenir partenaire d’un grand nombre de compagnies, dans des domaines très diversifiés tels que les bijoux pour enfants, la téléphonie, l’énergie solaire, les culottes absorbantes et la conception de cache-oeil! Autant d’entreprises créatrices d’emplois au Québec.

Madame Henkel connaît très bien la peau, comment la régénérer, réveiller les cellules endormies, l’hydrater tout à fait naturellement, de façon non invasive. Des produits naturels, conçus après deux années de recherche à Montréal, notamment avec sa fille Linda, qui est vice-présidente de la compagnie.

« Vous savez, je ne peux pas arrêter l’effet du temps, mais on peut le ralentir en traitant bien sa peau ».