La directrice générale de Re-Source Intégration, Caroline Charette

35 ans d'économie sociale

Le ministre québécois du Travail, Jean Boulet, a été clair sur le sujet : tous les bassins de population doivent être mis à contribution afin d’atténuer la pénurie de main-d’oeuvre qui afflige plusieurs pans de l’économie. Ces bassins, ce sont les femmes, les jeunes, les personnes judiciarisées et les gens qui présentent des limitations.

Et c’est justement là qu’intervient Re-Source Intégration, une entreprise gatinoise d’économie sociale sans but lucratif qui célèbre ses 35 ans cette année. 

«On fait partie des solutions pour remédier à cette pénurie de main-d’oeuvre. Une entreprise peut nous donner en sous-traitance une partie de son travail à faire ici, soit un produit à emballer, à transformer, avec une manipulation spéciale à faire», explique la directrice générale Caroline Charette.

Re-Source Intégration, c’est 110 employés dont 60% ont un handicap intellectuel, des limitations physiques ou encore des troubles de santé mentale. Pour la grande majorité des autres employés, ils font de l’accompagnement, de l’encadrement ou de l’administration. 

C’est aussi trois entreprises dont La Source des Aubaines, avec ses deux adresses sur le boulevard Gréber et la rue Lois, des endroits où on peut notamment se procurer à rabais des articles en provenance à majorité de Costco et qui sont soit des fins de ligne, soit des retours de marchandise.

C’est également Cèdres Recyclés, un service de cueillette de retailles de cèdres destinées à l’extraction de l’huile essentielle qui sera par la suite expédiée ailleurs, au Mexique principalement, pour l’industrie pharmaceutique ou le secteur des cosmétiques.

Et c’est aussi le 312, rue St-Louis, siège administratif de l’entreprise, là où quelque 70 travailleurs manipulent, emballent, transforment et expédient toutes sortes d’articles. 

Monnaie et brosses à dents

En outre, l’entreprise d’économie sociale emballe minutieusement des pièces de collection pour la Monnaie royale canadienne.  Elle emballe aussi pour expédition des produits d’Ola Bamboo, une compagnie de Gatineau qui se spécialise dans la fabrication de brosses à dents écologiques. «À ce moment-là, ils n’ont pas à embaucher des employés, à encadrer des employés. On peut offrir ça, que les gens décortiquent et envoie une partie de leur production ici», résume Mme Charette.

La mission de Re-Source Intégration est de créer des emplois pour les personnes handicapées en leur offrant une expérience de travail réelle et valorisante, tout en améliorant leur condition de vie, entre autres par l’acquisition d’une indépendance financière. 

Le mandat de Re-Source Intégration ne se limite pas qu’à offrir de l’emploi aux personnes vivant avec un handicap. «La formation de travailleurs pour les préparer au marché du travail qu’ont dit régulier, ça fait aussi partie de notre mission. Des gens sont ici pour développer leur employabilité en apprenant de saines habitudes de travail, insiste Mme Charette. On offre aussi de la location de main-d’oeuvre. On accompagne notre employé en entreprise, on apporte alors le support et l’encadrement.»

Mme Charette estime que 5% des travailleurs ayant une limitation vont joindre le marché du travail régulier après une période de un à cinq ans passés à Re-Source Intégration. «Nos employés, ce sont des gens qui sont productifs et travaillants, mais qui ont besoin d’encadrement», dit-elle.

Et non, Re-Source Intégration ne souffre pas de la pénurie de main-d’oeuvre, pour le moment du moins. «Et on est capable de répondre à la demande», termine Mme Charette  

Organisme à but non lucratif, Re-Source Intégration compte sur les compétences des sept membres de son conseil d’administration, dont le président Robert Racicot. Son budget d’exploitation provient de Services Québec d’une part, et de ses revenus d’opération d’autre part. Et c’est aux organismes La Relance et L’Envol que revient la tâche de référer de potentiels employés à Re-Source Intégration.