La mystérieuse vodka

CHRONIQUE / Avec le printemps arrivent aussi les soirées belles soirées sur les terrasses, des moments qui se feront de plus en plus nombreux et ce, souvent à même le confort de notre chez-soi. Un spiritueux qu’il vous faut pour ce genre de soirée est sans contredit la vodka, une boisson alcoolisée versatile et parfois très fine. Même s’il s’agit d’un produit très populaire, c'est un spiritueux mystérieux et incompris. D’ailleurs, tout comme la poutine, on débat encore sur son pays d’origine, à savoir la Pologne ou la Russie?

J’ai envie de vous démontrer que non, les vodkas ne sont pas toujours pareilles. Regardons ensemble quelques exemples qui nous permettront d’en découvrir davantage.

Actuellement, le monde québécois de la micro distillation est très difficile. Les jeunes entreprises veulent et doivent gagner des revenus rapidement. Pour ce faire, on fait appel à ce que l’on nomme un alcool à grains neutres d’une grande entreprise. 

Cet alcool, à 96% par volume, demande simplement d’être raffiné grâce à l’expertise et au savoir-faire d’un distillateur. C’est le cas de l’excellente Houper & Frère de la distillerie québécoise Tower Hill. En ayant recours à une telle recette, on a tout de même l’essence même de la distillerie puisqu’elle peut se permettre de choisir le type et l’origine du grain. Dans le cas de cette belle vodka, on a opté pour un maïs québécois. On a donc droit à une vodka onctueuse, fraîche, un brin amer avec une touche d’agrumes.

Bien que ce soit une industrie difficile, certaines entreprises procèdent avec la méthode « grains à la bouteille », une procédure encore plus artisanale et plus dispendieuse. C’est le cas de la distillerie montréalaise CIRKA. On prend du maïs que l’on fermente pendant quelques jours, que l’on distille, que l’on dilue et que l’on filtre finement. Le résultat est très différent, mais ô combien délicieux ! Le grain se fait bien présent dans les arômes et un petit côté sucré fait son apparition lors de la dégustation. Une vodka unique pour vos cocktails et une vodka fortement agréable sur glace pour certains amateurs de whisky.

Bien sûr, on doit regarder ensemble la méthode traditionnelle dite à base de pomme de terre. Ce type de vodka génère un profil plus végétal, plus terreux. Le meilleur des exemples est sans contredit la vodka Chopin, d’origine polonaise. Créée en 1992, cette vodka est le résultat d’une fermentation de pommes de terre, préalablement chauffées avec la pelure, que l’on distille plus de quatre fois et que l’on filtre de façon très intense. Le résultat offre une vodka avec un aromate végétal, un peu résineux, avec une faible, mais agréable amertume. Très intéressante comme vodka, surtout pour connaître cette culture qu’est celle de la vodka de pomme de terre.

Vous désirez en connaître davantage sur l’univers de la vodka ? Rendez-vous sur www.yanaube.ca