Dossier: les milliards de la défense

Si l’industrie de la défense représente un puissant carburant pour l’économie canadienne avec des ventes annuelles de 10 G $, elle l’est également pour la région de la capitale nationale, où du haut de la tour de la Paix, Ottawa fait pleuvoir les milliards de dollars en contrats d’achats militaires.

Au cours des cinq dernières années, le fédéral a octroyé des contrats totalisant au moins 3,8 G $ à des fournisseurs situés sur les deux rives de la rivière des Outaouais, pour l’achat notamment de munitions, d’armes, de véhicules blindés, de camions de transport moyen et lourd, de navires, d’avions ou d’hélicoptères militaires, d’uniformes et d’équipements personnels tels que sacs à dos, tentes et autres.

C’est ce que révèlent les données transmises au Droit AFFAIRES par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC), ministère qui octroie les principaux contrats gouvernementaux. Ce montant serait en réalité plus élevé, puisque ces informations excluent les contrats que la Défense nationale a aussi pu accorder, mais dont il n’a pas été possible d’obtenir une répartition régionale auprès du ministère.

Haute technologie

Cette manne de contrats n’est pas étrangère au fait que la capitale nationale possède une main-d’oeuvre qualifiée dans ce domaine. D’après un sondage réalisé par Investir Ottawa,
une agence de développement économique locale, la région compterait 190 compagnies oeuvrant dans les secteurs de la défense, de la sécurité
et de l’aérospatial, totalisant plus de
10 000 employés.

« Le secteur technologique est un secteur extrêmement important, parce qu’un avion, c’est une auto qui vole. Ce qui importe, c’est ce qu’il y a dedans, à savoir l’électronique, la tour de contrôle, les armements, la façon de ramasser et d’intégrer l’information », explique l’ancien directeur général de la Conférence des associations de la défense (CAD), Tony Battista, également conseiller principal en matière de défense et de sécurité chez IBM.

« C’est la même chose pour les navires et les avions de chasse ou tous les autres systèmes militaires. On ne les voit pas, mais ces capacités industrielles sont produites en bonne partie dans la région », poursuit-il.

Effervescence

En poste à Ottawa, le leader national du groupe aérospatial et défense de la firme KPMG, Grant McDonald, prévoit que l’industrie continuera de croître dans la région et ailleurs au pays, notamment en raison de la nouvelle politique de défense du gouvernement fédéral, dévoilée en juin dernier, et dans laquelle on retrouve une centaine d’initiatives.

« Ça crée de l’effervescence dans l’industrie de la région et de l’attention de compagnies étrangères qui sont ici et qui veulent prendre de l’expansion ou alors chez celles qui ne sont pas encore établies ici », explique cet expert.

L’industrie de la défense est un secteur fort important chez KPMG qui, selon M. McDonald, compte plus d’une dizaine des principaux joueurs de la région comme clients. Les experts de la firme offrent des services-conseils sur l’industrie, notamment en cas de fusions ou d’acquisitions d’entreprises et en matière de fiscalité.