Le leader national de KPMG, Grant McDonald

Dossier Défense: une chaîne alimentaire

Le leader national de KPMG, Grant McDonald fait valoir que la défense est un secteur à l’échelle globale, raison pour laquelle, dit-il, plusieurs compagnies étrangères comptent une filiale canadienne et un siège social à Ottawa, dans l’espoir de décrocher d’importants contrats du fédéral.

Bon nombre de ces multinationales ont aussi comme clients de petits fournisseurs de services locaux. Cela est d’autant plus vrai que la politique fédérale sur les retombées industrielles et technologiques oblige les compagnies remportant les contrats militaires à réinvestir un montant équivalent au Canada.

«C’est comme la chaîne alimentaire, où tout le monde nourrit le suivant. Les plus grand joueurs de cette industrie sont donc très favorables aux plus petits. Ils veulent qu’ils réussissent, parce qu’ils veulent une source d’approvisionnement locale», indique M. McDonald.

Un employeur majeur

Selon M. Battista, l’impact économique régional de l’industrie de la défense et de la sécurité est sans aucun doute significatif, puisque c’est à Ottawa que le gouvernement fédéral prend les décisions quant à l’octroi de contrats touchant la Garde côtière, les Forces armées, la GRC et les services de renseignement.

L’influence du fédéral explique aussi la présence de centres académiques et d’organisations qui se penchent sur les questions de la défense, telle que la CAD, qui regroupe 45 associations, dont plusieurs sont établies dans la région.

M. Battista souligne aussi le fait que la Défense nationale demeure «le plus grand employeur de la région». Selon les données transmises par le ministère, le nombre de civils et de militaires en poste à Ottawa et à Gatineau, en 2018, s’élève à 20 542 personnes, dont un peu plus de la moitié portent l’uniforme.

Une étude interne produite par la Défense nationale, d’après les données de Statistiques Canada de 2014-2015, révèle par ailleurs que la présence de ces employés et de leurs familles a bel et bien un impact économique dans la région, que ce soit sur le secteur de l’habitation, des taxes et de la présence dans les écoles.

Selon l’étude, la masse salariale annuelle net et avantages de l’ensemble des employés, soit civils, militaires, réservistes en poste dans la région totalisaient 1,3 G $. Les dépenses locales totales de l’installation militaire de 1,4 G $ génèrent quant à elle un impact total sur le PIB estimé à 2,2 G $. Les forces militaires régulières et les employés civils représentent environ 3 % de la demande de logements dans la communauté d’accueil.