Terre continentale la plus au sud du monde, la Patagonie fait non seulement voyager les aventuriers rêvant de glaciers et de sommets enneigés, mais aussi les amateurs de vins à la recherche de vins frais et de caractère.

Patagonie : les vins de la fin du monde

CHRONIQUE / Terre continentale la plus au sud du monde, la Patagonie fait non seulement voyager les aventuriers rêvant de glaciers et de sommets enneigés, mais aussi les amateurs de vins à la recherche de vins frais et de caractère.

Pourtant, en mettant les pieds dans le vignoble patagonien, ça tombe plutôt à plat. Devant la vallée de San Patricio del Chañar, à 50 km au nord de Neuquén, la scène est vaste et parcourue par les nombreuses tentacules de la Rio Neuquén. Il faudra survoler quelques centaines de km vers le sud pour apercevoir des paysages dignes des grandes expéditions.

Située au sud du 36e parallèle, la Patagonie est non seulement la région viticole la plus méridionale de l’Argentine, mais aussi celle qui abrite les vignobles les plus au sud du monde. Elle s’étend ainsi jusqu’au 45e parallèle sud, qui équivaut à la latitude de la Bourgogne et de l’Oregon dans l’hémisphère nord. 

Tandis qu’elle tire les ficelles du terroir à Mendoza et à Salta, l’altitude prend un rôle de seconde importance dans les provinces de Neuquén, Rio Negro, La Pampa et Chubut. Mais la vigne n’en est pas moins confrontée à des conditions climatiques extrêmes. Soumises au souffle incessant des vents dominants — pouvant dépasser les 100 km/h! — les baies développent une peau plus épaisse. Les anthocyanes se trouvant dans la pellicule des raisins, les vins sont alors plus pigmentés et possèdent ultimement plus de corps.

Latitude faisant, le soleil brille plus longtemps ici qu’à Mendoza, pendant la saison estivale — jusqu’à 45 minutes de plus par jour. Comme la réflexion du soleil est intense et que les nuages sont rares, les plants sont taillés plus haut pour ne pas subir trop la réflexion du soleil. Ajoutez à cela une faible pluviométrie (moins de 200 mm/an), une température inférieure aux zones du nord et de fortes amplitudes thermiques — 20 °C de différence entre le jour et la nuit! — et vous avez là un cocktail climatique qui contribue à forger des raisins à la couenne dure et des vins structurés et frais.

La vallée de San Patricio del Chañar, à 50 km au nord de Neuquén.

Pas que du malbec

Le pinot noir est définitivement le cépage noir à surveiller. Planté en 1927 dans la région, le pinot qui a fait la gloire de la Bourgogne, puis de l’Oregon, a trouvé une terre d’accueil très réceptive dans le sud de l’Argentine. Le climat de la Patagonie lui confère élégance, puissance et grande fraîcheur.

Mais le malbec n’est pas en reste. Le cépage emblématique de Mendoza se comporte différemment dans ce milieu plus frais. Tandis qu’il développe une palette épicée au nord du pays, il brille de mille fruits au sud. D’autres cépages noirs, tels que le merlot et le cabernet sauvignon tirent aussi bien leur épingle du jeu.

Côté blanc, le sémillon étonne et fascine, notamment celui qui compose les cuvées de Riccitelli et Miras. Ce dernier a même été jusqu’à faire une cuvée de trousseau en macération carbonique ainsi que du verdicchio et du riesling. Comme quoi la Patagonie n’a pas fini de nous surprendre!

Patagonia 2017, Malbec, Fin del Mundo
17,80 $ • 11156810
• 14 % • 2,9 g/l 

Que voilà un malbec épicé, délicatement poivré et parsemé de douces notes florales. La texture soyeuse rallie l’acidité et les tanins fermes en un tout bien droit, fourni et équilibré. La finale culmine et s’allonge sur cette note de poivre vibrante.

Argentine, Lady Blanc, Finca Las Moras
12,95 $ • 13575524
• 13 % • 4,8 g/l

Une remontée au nord, dans les provinces de San Juan et de Mendoza nous mène à cet assemblage des plus intéressants de chenin blanc, trebbiano et pinot grigio. Ce blanc sec joue sur la fraîcheur avec des arômes enivrants d’ananas, de fleurs blanches et de pêche. Son acidité marquée, son fruité et sa souplesse nous donnent l’envie de plonger dans l’été. À ce prix, c’est une très bonne affaire!

Vallée d’Uco 2015, Poligonos Paraje Altamira Malbec, Zuccardi
35 $ • 136488359
• 13 % • 1,9 g/l 

Sebastian Zuccardi fait partie de la nouvelle vague de vignerons dynamiques qui prennent la relève en Argentine. Passionné du terroir comme pas un, il consacre beaucoup d’énergie à décortiquer les sols de la vallée d’Uco. Ses vins d’altitude représentent bien le virage stylistique qui s’opère en Argentine. Pas fan de bois du tout, Sebastian a ici plutôt privilégié le béton pour la fermentation aux levures indigènes, de même que pour l’élevage. C’est fin, complexe, élégant avec des notes de fruits noirs et de prunes. La bouche est structurée, ferme, savoureuse et tendue. Superbe!

Caroline Chagnon a été l’invitée de Wines of Argentina en août dernier.