Domaine du Mas Bécha

Les vins catalans du sud de la France

CHRONIQUE / S’il n’était pas la douce moitié du Languedoc, on n’aurait probablement peu ou pas idée de sa situation géographique. Et pourtant, le Roussillon, confortablement vautré entre les Pyrénées et la Méditerranée, produit des vins secs, gourmands et minérals dotés d’une grande buvabilité.

Ça bouge dans le monde du vin. Les tendances évoluent et les vignerons doivent continuellement s’adapter à la demande s’ils souhaitent rester dans le coup. Depuis quelques dizaines d’années, les vins mutés, au même titre que les vins de dessert (et tout ce qui est sucré d’ailleurs), perdent en intérêt auprès des œnophiles. Un virage qui a eu une forte incidence sur le Roussillon, puisqu’il produit 80 % des vins doux naturels (VDN) de la France. Tellement que la région a perdu la moitié de son vignoble en 50 ans.

Bien que leurs VDN soient incroyables et intemporels, au propre comme au figuré — comme en témoigne cet impeccable Rivesaltes L’Amédée 1949 du Domaine des Bescombes, aux notes de fruits secs et remarquablement long en bouche —, c’est de leurs secs dont on doit impérativement se parler dans le blanc des yeux. Des vins d’un sérieux panache qui sont montés dans les ligues majeures, à notre insu.

Le prix bon marché des parcelles et les conditions climatiques idéales ont attiré ces dernières années une jeune génération de vignerons passionnés en Occitanie. « Conditions idéales », toutes les régions viticoles du monde s’en réclament. Affirmatif. Sauf qu’ici, c’est vrai. Le Roussillon remporte la palme du vin bio en France. La vigne se plaît naturellement ici, sans pesticides ou presque.

Située dans la partie la plus méridionale du midi de la France, l’un des points les plus chauds du pays, la région est délimitée au sud par la frontière espagnole, à l’ouest par les Pyrénées, au nord par le massif des Corbières et à l’est par la mer Méditerranée. Un environnement au potentiel immense à n’en point douter, qu’un vigneron comme Emmanuel Cazes cultive en bio et en biodynamie depuis déjà 20 ans.

Véritable paradis du géologue, le Roussillon renferme une impressionnante diversité de sols : des sols noirs de schistes feuilletés à l’argile rouge en passant par le quartz et le marbre. Plus d’une vingtaine de cépages d’origines méditerranéennes et catalanes y plantent leurs racines afin d’offrir des possibilités de combinaisons infinies.

Autre particularité unique : la proximité avec l’Espagne souffle sur la région une indéniable effervescence catalane. À Perpignan, surnommée « La Catalane », la culture, la langue et la gastronomie en sont teintées. Une Influence qui se ressent jusque dans les vins, créant un style unique qui ne ressemble en rien à ce qui se fait ailleurs en France. Des rouges et des blancs très énergiques, grâce à ce climat chaud, sans surextraction, ni abus de barrique. Des vins sans lourdeurs, parfaitement secs, aux tanins dépourvus d’agressivité, distingués, gourmands et minérals pour les meilleurs d’entre eux. Bref, des cuvées de caractère dotées d’une grande buvabilité.

Découvrez les vins roussillonnais avec ces trois excellentes cuvées!

Côtes du roussillon villages 2013, Château Les Pins (SAQ : 864 546 — 19,85 $)

Le Château Les Pins est tout simplement sublime sur le millésime 2013. Les grenache, mourvèdre et syrah laissent un intense sillon de cerises noires, épices et cacao.

Un côtes du roussillon village à la texture infiniment soyeuse, aux tanins ronds et à l’élégance certaine. S’il ne devait y avoir qu’un seul vin de BBQ, ce serait assurément celui-ci. Comme il a été victime de son succès, les caisses se sont épuisées rapidement. Il serait peut-être mieux de couper court à votre lecture afin de vous rendre à la SAQ. Nouvel arrivage prévu à la mi-juin.

Côtes du roussillon Les Aspres 2014, Excellence, Domaine du Mas Bécha (SAQ : 12 891 701 — 34,50 $)

Les Aspres, qui signifie « très aride » est une dénomination géographique complémentaire de l’AOP côtes du roussillon. Le Domaine Mas Becha, à quelques kilomètres de la frontière espagnole, prend racine dans un sol d’une incroyable richesse géologique. Grand soucieux de la biodiversité, le jeune Charles Perez, propriétaire depuis 2008, y conduit la vigne en agriculture bio. Ici, les grenache et mourvèdre complètent joliment une syrah racoleuse, minérale, poivrée et florale. Un rouge savoureux aux tanins arrondis, à la fois puissant et élégant. Du muscle dans un gant de velours.

Collioure 2015, Les Clos de Paulilles, Domaine Cazes (SAQ : 13 475 582 — 24,95 $)

Établies sur des terrasses très étroites aux abords de la Méditerranée, les vignes de collioure sont 100 % non mécanisables. L’ensoleillement intense, les sols schisteux et l’influence maritime créent un microclimat propice à la confection de rouges puissants et un cran plus tanniques. Au nez, la cerise, la violette et le cacao se succèdent suavement. Les tanins s’imposent vigoureusement, sans négliger cette finesse qui persiste et signe.