Cuvées d’ailleurs produites par des vignerons d’ici

CHRONIQUE / La semaine dernière, je tarissais d’éloges le Québécois Pascal Marchand, protagoniste du documentaire Grand Cru et vigneron renommé en Bourgogne. Or, il est loin d’être le seul Québécois à s’être expatrié pour faire du vin. Ils sont même plusieurs à avoir déclaré leur amour pour la vigne en sautant à pieds joints dans l’aventure. En voici deux qui roulent leur bosse sur le Vieux Continent!

La Montréalaise Nathalie Bonhomme est probablement la plus connue parmi les vignerons québécois hors province. D’abord exportatrice de vin, elle possède aujourd’hui sa gamme de vins espagnols éponyme, Les Vins Bonhomme, qu’elle produit avec Rafael Cambra à Valence et la famille Juan Gil. Plus récemment, elle a sorti sa nouvelle gamme de vins Caminos, dont le cabernet sauvignon est présentement sur les tablettes de la SAQ en quantité très limitée.

Il semble que l’Espagne réussisse bien aux Québécois puisque Alain Bellemare et sa fille, Sabrina, Montréalais d’origine, possèdent aussi quelques hectares de vignes au nord du pays. Vigneron à Rigaud, en Montérégie, dans une vie parallèle, Alain Bellemare s’est associé en 2012 à une famille aragonaise pour exploiter la Bodega Villa d’Orta. Leurs 50 hectares de vignes certifiées biologiques prennent place au pied des Pyrénées, à 2 h 30 de Barcelone, dans la DO somontano (laquelle signifie littéralement « sous la montagne »). Leur gamme comprend un tinto, un crianza, un reserva, un rosé et un tout nouveau blanc, issu de leurs dernières plantations de chardonnay. Ils possèdent également quelques cuvées en négoce, dont un superbe cava disponible en importation privée au Québec. En 2017, après des années de travail acharné, ils sont enfin parvenus à hisser leur rosé en SAQ, puis leur crianza en 2018 — lequel fait présentement partie des nouveaux arrivages.

Pour le curieux, non, Alain n’a pas de double vie chez Bombardier. Sabrina par contre, alias Sabrina Sabotage Bellemare, vous sera peut-être davantage familière, puisqu’on a pu l’entendre à La Voix et au sein du duo Orange Orange. Entre sa carrière en musique et la représentation du vignoble ici et ailleurs en Europe, elle a l’ambition de se perfectionner en œnologie dans le but de reprendre un jour les rênes de l’entreprise familiale. Serions-nous à l’aube d’une nouvelle génération de vignerons Bellemare? À suivre...

Suggestions de la semaine

Jumilla 2016, Bo Bonhomme, Les Vins Bonhomme (SAQ : 13 284 313 — 13,70 $)

Cette cuvée bio 100 % monastrell (mourvèdre en France) est créée en collaboration avec la Bodegas Juan Gil. Le millésime 2016 fait peau neuve en affichant un taux de sucre qui chute à 3,7 g/l (au lieu de 9,2 g/l en 2015). Une belle fraîcheur et des tannins souples se dégagent du verre. Un rouge qui n’a pas son fruité dans la poche. Un miniprix idéal pour se faire plaisir en milieu de semaine!

Somontano 2017, Rosado, Villa d’Orta (SAQ : 13 211 851 — 16,70 $)

Quand je servais ce rosé au bar à vin, il était toujours très apprécié des clients. Alors en importation privée, il est disponible à la SAQ depuis l’an dernier. L’appellation somontano, très peu connue ici au Québec, est plantée en cépages locaux et internationaux (cabernet sauvignon, merlot, chardonnay). Dans le verre, le cabernet sauvignon donne ici au Rosado une couleur particulièrement intense et un fruité juteux. Comme il est plutôt corsé pour un rosé, on le sert volontiers à table avec une salade de quinoa aux tomates confites. Sortie prévue à la mi-mai en SAQ. Bio.

Sancerre 2016, Le Chêne Marchand, Pascal Jolivet (SAQ : 13 184 232 — 33,75 $)

La philosophie de Pascal Jolivet est claire : faire le vin naturellement. Ce procédé naturel, où l’intervention humaine se fait mécanique, et non chimique, implique de très longues fermentations. Une attente qui en vaut la chandelle puisque le fruit se livre net, avec grande exactitude, en parfaite symbiose avec cette vibrante acidité et toujours avec cette minéralité omniprésente. Le Chêne Marchand offre un gras généreux, une vive acidité et de jolies nuances d’agrumes et de caramboles. De beaux mariages à prévoir avec un tartare de légumes aux courgettes.

Vous avez des questions ou des commentaires? Écrivez-moi à caroline.chagnon@gcmedias.ca.