Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Natalie Richard
La Tribune
Natalie Richard
La pêche au homard est débutée depuis la fin avril. Cette nouvelle saison marque le 10e anniversaire de l’identification des homards pêchés en Gaspésie, une approche de traçabilité unique au monde qui met les consommateurs en relation avec le pêcheur qui a capturé son homard, en inscrivant le numéro du médaillon sur le site monhomard.ca.
La pêche au homard est débutée depuis la fin avril. Cette nouvelle saison marque le 10e anniversaire de l’identification des homards pêchés en Gaspésie, une approche de traçabilité unique au monde qui met les consommateurs en relation avec le pêcheur qui a capturé son homard, en inscrivant le numéro du médaillon sur le site monhomard.ca.

À boire avec le homard

Article réservé aux abonnés
Quand la pêche au homard débute, c’est signe que les beaux jours s’en viennent! C’est un grand privilège que nous offre notre terroir québécois de pouvoir se régaler des délices saisonniers de la mer, surtout quand ça coïncide avec une occasion spéciale comme celle de célébrer nos mamans. Pour que le plaisir se partage harmonieusement du verre à l’assiette, voici quelques belles suggestions pour accompagner la chair tendre, à la fois sucrée et saline de nos délicieux crustacés marins.

Un de mes coups de cœur rosé de l’année, la cuvée 2020 de L’Orpailleur, vignoble pionnier des Cantons-de-l’Est qui pressait son premier rosé en 1997. Tout un défi à l’époque, car c’était le tout premier vin rosé à être élaboré au Québec. Pour plusieurs de ses millésimes, le vigneron Charles-Henri de Coussergues utilisait majoritairement le seyval noir qu’il a marié cette année avec du vidal, dans un assemblage particulièrement réussi. Cette douceur fruitée de petits fruits rouges sur une touche acidulée aux saveurs de pamplemousse rose en fait un rosé idéal pour l’apéro, tout autant que pour accompagner les coquillages et les crustacés.

L’Orpailleur 202016,45 $ • 14721950 • 12,5 % • 4,2g/l

À la fois floral et salin, croquant et ample avec des notes de fruits blancs qui parfument sa texture soyeuse, voilà un sauvignon blanc hors normes. Ce mariage des saveurs et des textures, pourvues des justes teintes d’agrumes au final, fera honneur à votre homard, surtout si vous l’accompagnez de légumes saisonniers comme les asperges grillées et les têtes de violons.  

Jean-François Mérieau Touraine L’Arpent des Vaudons 201920,20 $ • 12564233 • 12 % • 1,6g/l

Une savoureuse découverte à garder au frais en tout temps. Aux arômes de fleurs blanches et de peau de pêche, c’est une clairette à la fraîcheur citronnée, enjolivée de zeste de mandarine sur une texture veloutée et riche, grâce à l’apport de 20 % de roussanne. Un vin qui nous ravie les papilles tout autant que l’âme quand on apprend que la famille Colombo protège aussi les abeilles et partage cette philosophie de vie sur chaque bouteille : « Je souhaite que chaque verre soit un hymne aux plaisirs simples et forts de la vie : la nature, la table et le partage. » Amen Monsieur Colombo.

Les Abeilles de Colombo Côtes-du-Rhône 2019 18,60 $ • 14077228 • 13,5 % • 1,5g/l

Éloges aux Vignerons des Grandes Vignes de la Coopérative de Prissé, Sologny et Verzé, la plus importante unité de production dans le sud-mâconnais qui regroupe 400 membres pour environ 1000 hectares de vignes. L’aligoté qui est un des cépages blancs permis en Bourgogne, peut parfois être surprenant comme dans cette cuvée Les Fossiles où on ne s’ennuie pas du chardonnay. Du beau fruit à l’aspect minéral, avec une touche vanillée et saline, parfait pour la saison du homard et à servir en tout temps à l’apéro. 

Vignerons des Grandes Vignes Bourgogne Aligoté Les Fossiles   15 $ • 14168648 • 12 % • 1,2 g/l

Il y a confusion – et avec raison –

entre *Stag’s Leap, Stags’ Leap, et Stags Leap sans apostrophe qui est un des districts AVA de Napa, bordé à l’est par les rocailleuses Montagne Vaca. Les deux autres Stag’s et Stags’ sont des vignobles de cette région. Le premier qui fut fondé en 1970 est aussi celui qui remporta les honneurs au Jugement de Paris de 1976 et appartient aujourd’hui au groupe de Château Ste.Michelle. Celui que je vous présente aujourd’hui, Stags’ Leap est beaucoup plus ancien, installé sur un vignoble planté originalement en 1893, il appartient aujourd’hui au groupe Treasury Wine Estates qui regroupe des domaines réputés comme Penfolds, Beringer et Sterling. On y produit également de fabuleux vins, comme ce chardonnay typiquement californien qui offre la fraîcheur nécessaire sur une matière ample et juste assez beurrée pour accompagner un homard grillé et même son filet mignon, dans l’esprit 

surf n’turf.   

*À titre de référence, Stags Leap signifie « saut de cerfs ». 

Stags’ Leap Chardonnay 2019  36,60 $ • 747444 • 14 % • 2,5 g/l

On termine avec un classique, le brandy le plus réputé d’Italie, distillé à partir du raisin trebbiano, qu’on connait aussi sous le nom d’ugni blanc en France et qu’on utilise pour faire le Cognac. Soyeux avec beaucoup de finesse et une large palette aromatique se déclinant de l’abricot séché aux épices douces, soutenues par des notes de café, de cardamome et de caramel salé. Et oui, le brandy accompagne merveilleusement le homard. Surprenant? Essayez-le!

Vecchia Romagna  28,45 $ • 286807 • 40 %