Un petit monde parallèle… [11 PHOTOS]

Francis Higgins
Francis Higgins
Le Soleil
Vous déambulez dans les rues de Malmö, en Suède. Ou peut-être à Bayonne, en France. Et vous tombez au détour d’un coin de rue sur une étrange façade miniature et illuminée, à vos pieds, intégrée au bas de la devanture d’un immeuble. Là un magasin de disques d’à peine quelques centimètres de hauteur, ici un charmant petit bistro ou encore une adorable boutique de vêtements (taille extra extra small!). Sans qu’on sache qui les a mis là, ni pourquoi. Et, chaque fois, le logo du groupe AnonyMouse…

Comme si Banksy, Dickens et Disney s’étaient unis pour bâtir au cœur de la ville de superbes petits commerces destinés aux souris de la cité. Des façades de bâtiments faites à la main avec des matériaux du quotidien : «Un bouchon de champagne devient une chaise, un peigne devient une échelle, des écouteurs pour des haut-parleurs, une boîte d’allumettes est transformée en table», explique un des membres de ce mystérieux collectif anonyme.

Justement, qui est AnonyMouse? La réponse ne fait qu’épaissir le brouillard : «Nous sommes un réseau de souris et d’hommes. Et comme nous n’avons aucune motivation spécifique, nos identités sont sans importance.»

Ce qu’on apprend, toutefois, c’est que ce très sélect groupe d’individus a fabriqué et secrètement installé son premier repaire de souris parmi les humains en 2016. Ses concepteurs — qui sculptent le bois, travaillent le métal, peignent ou dessinent, selon leur spécialité — sont fortement inspirés des œuvres des écrivaines Astrid Lindgren (créatrice de Fifi Brindacier) et Beatrix Potter ainsi que des films de Walt Disney et de l’animateur et réalisateur Don Bluth.

«Nous pensions que ça donnerait un peu de joie aux piétons qui passeraient par là, mais c’est devenu quelque chose de plus grand.»

Pour en voir plus, visitez @anonymouse_mmx sur Instagram.