Un coup de pouce financier

Les familles d’accueil reçoivent une rétribution financière pour le rôle qu’elles jouent auprès des jeunes qu’elles hébergent.

« La fourchette est très large, mais on peut parler de 20 000 à 30 000 $ par année », indique Tony Charré, coordonnateur des ressources intermédiaires et des ressources de type familial au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO).

Les sommes versées servent à payer les biens de base devant être achetés pour chaque enfant, mais aussi à leur fournir de l’argent de poche. Des « trousseaux » sont aussi prévus pour certaines choses comme la rentrée scolaire, précise M. Charré.

À LIRE AUSSI: De famille accueillante à famille d’accueil

À LIRE AUSSI: L’Outaouais cherche des familles d’accueil

À LIRE AUSSI: Un horaire chargé

Mère d’accueil depuis sept ans, la Gatinoise Peggy Civil estime que les montants reçus sont suffisants, puisqu’« ils sont ajustés de façon personnalisée aux besoins de l’enfant ».

« Ce n’est pas une paye, c’est vraiment une rétribution, précise-t-elle. Il faut être là 24 heures sur 24, sept jours sur sept. On ne punch pas in ou out. […] Ce n’est pas pour l’argent qu’on devient famille d’accueil, c’est vraiment parce qu’on a le cœur à la bonne place, un esprit extrêmement ouvert et parce qu’on veut s’impliquer. »