Tout miser sur le végé-pâté

CHRONIQUE / Ornées d’une jolie feuille de Laurier, les rondelles de végé-pâté Bio-Bon sont facilement repérables sur les tablettes réfrigérées des épiceries. Elles sont aussi de plus en plus populaires. En octobre dernier, 15 ans après son incorporation, Bio-Bon a franchi le cap significatif du million de chiffre d’affaires. Une première pour l’entreprise coaticookoise qui a fait du végé-pâté son produit phare. Vendu dans plus de 420 points de vente, celui-ci se retrouve désormais sur les tables de toute la province.

Pas mal pour un plat qui a fait ses débuts à toute petite échelle, dans le giron du marché public de North Hatley.

« Quand j’ai commencé à faire du végé-pâté, au début, j’en vendais une douzaine d’unités par fin de semaine », se souvient la propriétaire de l’entreprise, Pasquale Beauvais.

À l’époque, celle-ci confectionnait aussi des pâtisseries et des produits de boulangerie.

« J’avais décidé de faire du végé-pâté parce que l’artisane qui en vendait au marché avait cessé d’en confectionner. Il y avait une demande de la clientèle et comme j’avais développé une bonne recette, j’avais ajouté le produit à ma palette. »

Celui-ci a séduit les papilles d’un nombre grandissant de clients. Au terme de la saison estivale, comme le marché fermait boutique pour l’hiver, plusieurs ont demandé où ils pourraient dorénavant trouver le savoureux produit.

« Petit à petit, pour répondre à cette demande, j’ai développé la commercialisation du végé-pâté Bio-Bon », résume l’entrepreneure, qui a aussi tenu les rênes d’une boulangerie à Compton pendant de nombreuses années, jusqu’à ce que le rythme devienne intenable.

« Je me levais la nuit pour faire le pain, je travaillais le jour. C’était trop. »

En 2012, elle a choisi de fermer boulange et de tout miser sur son pâté végétal en emménageant dans de nouveaux locaux, à Coaticook.

« Au début, on a pris deux des quatre locaux du Motel agroalimentaire. On se demandait comment on ferait pour occuper l’espace. Aujourd’hui, on se déploie dans les quatre pièces. Et on manque de place! »

Pas que pour les végés

Chaque semaine, c’est environ 10 000 végé-pâtés qui sortent des fours de Bio-Bon. Le produit à base de légumes et de graines de tournesol est vendu dans les magasins d’aliments naturels autant que dans les grandes bannières d’alimentation. Et il ne plaît pas qu’aux végétariens.

« Les gens sont souvent étonnés quand je leur dis que moi, personnellement, je ne suis pas végétarienne. Au départ, je ne voyais d’ailleurs pas mon végé-pâté comme un produit végé. J’ai développé ma recette en voulant qu’elle soit aussi satisfaisante pour ceux qui mangent de la viande que pour ceux qui n’en consomment pas. »

La partie n’était pas gagnée d’avance. Parce que les saveurs étaient au rendez-vous, mais les consommateurs étaient parfois frileux.

« J’ai beaucoup travaillé en dégustation pour faire découvrir le végé-pâté, se souvient Pasquale. Avec l’intérêt grandissant des gens pour le végétarisme et le végétalisme, ces dernières années, il y a moins de préjugés, mais pendant longtemps, plusieurs étaient réticents à prendre une bouchée dès lors qu’on prononçait le mot végé. »

Les temps changent. Le terme ne fait plus peur à grand monde. Et les tests de goût suffisent à convaincre même les plus réfractaires.

« On fait un produit haut de gamme, sans jamais lésiner sur la qualité des ingrédients qu’on utilise, sans faire de compromis. J’ai un grand respect pour les producteurs agricoles, je connais personnellement mes fournisseurs. On a aussi la certification Eco-Cert, on a ce souci d’être une entreprise écoresponsable. »

Offert en version « traditionnelle » et sans gluten le produit vedette de la compagnie continue de faire de nouveaux adeptes.

« Les wraps végés de la chaine Van Houtte sont préparés avec notre végé-pâté. On peut compter sur un bon réseau de distribution dans l’ensemble du Québec, on a même un point de vente à Toronto. Le marché d’ici n’est pas saturé, on a encore du terrain pour faire grandir l’entreprise avant de viser le territoire canadien, ce qui viendra peut-être. »

Pour poursuivre sa croissance, l’entreprise devra toutefois déménager à nouveau.

« Le prochain défi qui nous attend, c’est celui de passer d’un mode artisanal à un mode industriel afin de pouvoir répondre à la demande. C’est un gros virage, mais mon but et ma mission d’entreprise ne changeront pas. Je suis très exigeante à ce chapitre parce que depuis le tout début, ce que je souhaite avec mon entreprise, c’est nourrir les gens avec des aliments sains et bons au goût. »

Fait avec amour

C’est un détail et ce n’en est pas un. L’inscription « Fait avec amour » qui figure sur chaque emballage des produits Bio-Bon est une promesse autant qu’un engagement. « Certains trouveront peut-être ça quétaine. Ça reste un élément-clé, une couleur de l’entreprise. Ici, on fait bien les choses. On travaille dans la bonne humeur, avec le sourire et dans le plaisir. J’ai le souci que les gens qui œuvrent ici soient heureux au travail. L’ambiance est très familiale. Sans cette belle équipe, l’entreprise n’aurait jamais fait tout ce chemin », insiste Pasquale Beauvais, qui peut compter sur un solide noyau de 15 employés.  

Du végé-pâté à toutes les sauces

On a l’habitude de le servir sur du pain ou des craquelins, avec ou sans moutarde de Dijon, c’est affaire de goût. On a moins le réflexe de l’utiliser en cuisine. Pourtant, le végé-pâté s’apprête de plusieurs façons, insiste Pasquale. « On peut l’employer à la place de la viande hachée, dans un burger, par exemple. Ou bien on peut en mettre dans une sauce à spaghetti, dans le riz, dans un guacamole ou dans une trempette au yogourt et à la crème sure. On peut aussi le glisser dans une pâte feuilletée avec du fromage et de la moutarde de Meaux, ou bien l’ajouter à une recette de muffins salés », dit l’entrepreneure, qui propose aussi de le déshydrater pour obtenir une version croustillante qui remplace avantageusement le bacon dans les salades ou les sandwichs. Parce que son imagination culinaire n’a pas de limite, elle nous partage son originale version de pogos végés sans gluten. 

Pogos au végé-pâté Bio-Bon (recette de Pasquale Beauvais)

1 t. ½ de farine de riz brun

2 c. à thé de poudre à pâte

2 c. à thé de sel¼ c. à thé de poivre

2 œufs

1 t. ½ de lait

1 ½ c. à table d’huile

1 végé-pâté de 200 gr.

Tamiser la farine avec la poudre à pâte, le sel et le poivreDans un autre bol, battre les œufs avec le lait et l’huile. 

Ajouter les ingrédients secs tamisés. La consistance sera celle d’une pâte à crêpes. Couper le végé-pâté en huit pointes. 

Enfiler chacune des pointes sur des bâtons de bois. 

Enfariner chaque pointe dans un peu de farine de riz brun avant de tremper dans la pâte. 

Cuire dans l’huile chaude (350 degrés F) environ cinq minutes, ou jusqu’à ce que le tout soit doré. Servir avec une mayonnaise, une gelée de fruits, un ketchup maison ou tout autre sauce sucrée, salée ou pimentée