Pour le chef 
Jonathan 
Garnier de La guilde culinaire, 
il est maintenant temps de 
cuisiner à notre manière, avec ce que la terre offre autour de nous.

Tendances 2018: puiser dans notre «ADN culinaire»

Pour le chef Jonathan Garnier, de La guilde culinaire, il n’est nul besoin de puiser bien loin pour déterminer les tendances à venir en alimentation : on n’a qu’à regarder chez nous, à puiser dans notre «ADN culinaire», dans nos traditions, pour trouver des outils et des réponses nous permettant de manger mieux.

«On a fait le tour de certaines cuisines exotiques ou fusion. Il est maintenant temps de cuisiner à notre manière, avec ce que la terre offre autour de nous. On a les réponses à nos besoins spécifiques avec des produits locaux, saisonniers, ou encore des coupes de viande “oubliées”, qui sont moins chères», indique M. Garnier, signalant qu’il s’agit d’une façon plus responsable et économique de bien s’alimenter. 

Bien sûr, la diversité dans l’assiette demeure «primordiale», et plusieurs alternatives sont maintenant disponibles pour les gens qui ne mangent pas de viande ou de produits laitiers, notamment. «Les fauxmages sont intéressants, un tempeh bien préparé, ça fonctionne!»

Si la cuisine vegan gagne sans aucun doute en popularité, c’est avant tout le flexitarisme qui est prôné : «la consommation de viande n’est pas un problème, mais il faut mieux la consommer», souligne le chef Garnier. 

Celui qui a cofondé l’école de cuisine La guilde culinaire, à Montréal, constate une évolution dans les habitudes en cuisine : «les gens ne cuisinent pas forcément moins, mais ça dépend du moment». Ceux-ci vont prendre plus de temps la fin de semaine et en faire une activité, tandis que la «corvée» de la semaine est de plus en plus diminuée grâce à des solutions pour gagner du temps, soit les options prêtes à cuisiner ou prêtes à manger. 

«Les paniers préportionnés permettent de réduire le gaspillage alimentaire. Certaines personnes vivent dans de petits appartements, ont des mini-cuisines et doivent partager l’espace… ils ne sont pas obligés de stocker des produits. Ça répond à un manque de temps, d’inspiration et d’espace.»

Buzz noir et cuisine coréenne

Jonathan Garnier signale une «mode» qui est passée inaperçue dans les assiettes québécoises en 2017 : les produits à base de charbon actif. «Je suis surpris qu’on n’ait pas connu cet engouement au Québec, ça ne nous a même pas effleurés. Il y a eu un buzz partout ailleurs chez les glaciers, avec la “crème glacée noire” et les bienfaits associés au charbon actif. Est-ce que ça va venir chez nous ou pas?» se demande le chef.

Si la cuisine de chez nous est à l’honneur, l’influence des Jeux olympiques de PyeongChang devrait toutefois se faire sentir dans nos assiettes. «Il va y avoir une tendance qu’on devra gérer cette année via les Jeux : la cuisine coréenne».  Raphaëlle Plante (collaboration spéciale)

Le chef Jonathan Garnier fait partie d’un panel de 13 experts réuni par la chaîne d’alimentation Loblaw (Provigo) qui a tâché d’identifier ensemble les tendances au menu chez les Canadiens en 2018. Pour en savoir plus :
www.provigo.ca/taste-the-new-next-2018 et goo.gl/giWpag