Joël Martel
Thumper
Thumper

Stadia: une console à distance

CHRONIQUE / La semaine dernière, le géant Google a pris tout le monde par surprise en annonçant qu’il offrait gratuitement deux mois d’abonnement à sa plateforme de jeux vidéo Stadia. Comme plusieurs internautes, je n’ai pas pu résister à la tentation de profiter de l’occasion afin de tester ce service et ne faisons pas durer inutilement le suspense : j’ai vraiment adoré l’expérience jusqu’ici.

Le concept de Stadia est particulièrement révolutionnaire, car à la différence de Sony, Microsoft et Nintendo, qui exigent que vous possédiez une console, la plateforme de Google est accessible à quiconque possède une bonne connexion Internet, ainsi qu’un ordinateur, et ce, peu importe sa carte graphique ou même son processeur. Grosso modo, on peut dire que c’est un peu comme si Stadia vous fournissait une console de dernier cri à distance.

Cette offre de deux mois gratuits est donc non seulement alléchante pour ceux et celles qui désirent faire l’essai de cette plateforme, mais en plus, Stadia nous propose une intéressante ludothèque afin d’explorer efficacement ses possibilités.

Ainsi, les amateurs de jeux de course pourront se frotter à Grid, tandis que les fous de la gâchette pourront se défouler avec Destiny 2 ou les rééditions de Serious Sam.

Thumper

Pour ma part, je me suis particulièrement concentré sur deux titres, dont un pour lequel j’ai dû débourser quelques dollars, puisqu’il ne faisait pas partie de l’offre de départ.

En ce qui concerne le titre gratuit sur lequel j’ai investi plusieurs heures, il s’agit de Thumper, un jeu de rythme visuellement hallucinant, dans lequel on incarne une espèce de véhicule qui file à toute vitesse sur un rail diabolique. Des pièges nous attendent dans chaque détour.

Certaines personnes souligneront peut-être que Thumper n’est pas ce qu’il y a de plus récent comme titre – il est quand même disponible sur Steam depuis 2016 –, mais sa mécanique de jeu très rapide donne toutefois un excellent aperçu de l’efficacité de Stadia.

Lost Words: Beyond Page

Lost Words: Beyond Page

J’aurais très bien pu me contenter de la ludothèque fournie par Stadia, mais ma curiosité m’a poussé à débourser quelques dollars afin de faire l’acquisition de Lost Words : Beyond Page, notamment en raison du fait qu’il s’agit pour le moment d’une exclusivité réservée à Stadia.

Disons-le, Stadia frappe très fort en proposant ce titre, car en plus d’offrir une mécanique de jeu particulièrement originale, Lost Words démontre avec brio qu’un bon récit peut devenir un élément-clé dans l’expérience de jeu. Il faut savoir que dans Lost Words, le texte du récit fait littéralement partie du jeu et ainsi, on s’étonne de faire bondir notre personnage d’une phrase à l’autre, comme s’il s’agissait de plateformes.

Comme je ne souhaite pas gâcher l’expérience de ceux et celles qui s’y frotteront, je me contenterai de vous dire que Lost Words, c’est l’histoire d’une jeune fille qui a comme meilleure amie sa grand-mère. Or, lorsque la grand-mère est frappée par la maladie, la jeune héroïne décide de s’évader dans son imagination afin d’arriver à faire face à la dure réalité. Je tiens d’ailleurs à vous avertir que cette histoire écrite par Rhianna Pratchett pourrait vous tirer une larme ou deux.

Bien que Lost Words soit de courte durée – un peu plus de quatre heures de jeu –, on n’a jamais le temps de s’y ennuyer et chaque chapitre nous réserve de nombreuses surprises, lesquelles font en sorte qu’on arrive à pardonner très facilement cet aspect du jeu.

Découverte de la semaine

Old School Musical, ou OSM pour les initiés, est un titre qui a fait son apparition en septembre 2018, mais ce n’est que tout récemment que j’en ai fait la découverte lors d’une vente sur Steam.

OSM consiste en un jeu de rythme à la Guitar Hero, dans lequel des pièces musicales se succèdent et où il faut relever le défi de toucher sur les boutons de votre manette au bon moment.

Rien de bien innovant jusqu’ici, mais là où OSM se distingue, c’est dans les tableaux qui sont de véritables concentrés de culture vidéoludique. À titre d’exemple, on peut commencer un tableau dans un univers faisant référence à la série Megaman, pour ensuite explorer des égouts qui ressemblent étrangement aux décors de la légendaire version NES de Teenage Mutants Ninja Turtles.

Bref, un excellent jeu pour ne pas se casser la tête et oublier ses tracas pendant quelques heures.

À acheter sans la moindre hésitation... dès qu’il sera à nouveau en vente sur Steam !