Sexologie

Sexualité adaptée

CHRONIQUE / Ils sont différents, indéniablement. Asexués pour autant? Pas nécessairement.

Parlons de ces gens qui présentent une déficience intellectuelle, un trouble cognitif, une pathologie dégénérative, un traumatisme crânien ou encore un handicap physique quelconque. Bien qu’un droit acquis, leur sexualité étonne, crée des malaises, indispose ou dérange trop souvent, comme s’il s’agissait d’une impossibilité. Pourtant! Comme pour monsieur et madame Tout-le-monde, ces gens sont aussi à l’affût de leurs désirs, et de leurs besoins physiques et émotionnels. Une réalité tolérée? Pas toujours d’emblée.

Chroniques

Une libido à des kilomètres

CHRONIQUE / L’amour à distance est rarement jojo comme situation ! Aux allures effervescentes, de par ses lunes de miel répétitives, sachez qu’une vie conjugale exempte de routine comporte aussi son lot de difficultés, tel que vous me le témoignez.

Dans votre présente question, plusieurs points peuvent expliquer votre manque d’envie, d’intérêt ou d’énergie pour toutes activités sexuelles. Voyons-y.

Sexologie

Encore une séparation…

CHRONIQUE / Vous aviez donné une seconde chance à ce couple qui perdurait. Après avoir refait votre vie, cru encore une fois aux rouages de l’amour, donné cette prise deux à Cupidon et tous les autres, vous voilà séparé, encore...

Une fois, ça va, se diront les plus cartésiens, s’appuyant probablement sur un ratio statistique approximatif voulant qu’un couple sur deux en vienne à cette conclusion. Mais quand l’histoire se répète deux fois, voire trois, et pourquoi pas même quatre, « ça fera », se diront les autres. Mettre un terme, à nouveau, à la vie de couple, une réalité à considérer ? Voyons-y.

Chroniques

La semaine écarlate

J’ai fait mes calculs ! Oui, j’ai tout évalué sur une base annuelle. Si, mesdames, vous êtes menstruées en moyenne une semaine par mois, ceci équivaut à 84 jours, 12 semaines, 23 % ou encore quasi le quart des pages du calendrier de vos approximatives 30 années de fertilité. C’est long ça ! Encore plus si vous vous abstenez de sexualité lors de cette période. Est-ce votre cas ?

Parce qu’il y a de ces femmes, de ces hommes, voire de ces couples qui refusent d’être actifs sexuellement parlant lors des menstruations. Y a-t-il effectivement lieu de crier à « l’alerte rouge » et de mettre sur pause tous rapprochements physiques ? Et si cette suspension était tout simplement la résultante de tabous ? Voyons-y...