Sexologie

Des orgasmes ralentis par la maladie

LE COURRIER DES LECTEURS / Bonjour Mme Bouchard, Jamais je n’aurais cru énoncer cette affirmation qui me fait tant souffrir. Du courage? Non. Du désir de vouloir trouver une solution même si je ne suis pas certaine qu’il y en a une? Oui. J’ai toujours aimé le sexe et mon partenaire, mon amoureux, mon mari, est un amant extraordinaire. Le hic, et il est gros, est que je suis atteinte de la sclérose en plaques. Le sexe, ça fait mal. Tous l’ignorent, mais les gens souffrants le savent, eux. Mon corps me fait mal de partout. Difficile alors de se laisser aller. Je fume une puff, ou deux, ou trois avant, mais les sensations sont diffuses. Au moins, je souffre moins. J’arrive à avoir un peu de plaisir. D’ailleurs, les orgasmes sont minimes, si ce n’est qu’absents. Autre particularité de la sclérose que l’on n’entend pas souvent parler. Dommage, car avant tout, je suis une femme qui aime faire l’amour avec mon amoureux. Celui-ci me fait sentir tellement sexy même dans mon corps qui m’est étranger. Merci

CHRONIQUE / Ce témoignage est révélateur de la réalité sexuelle de ces individus victimes de ce mal lancinant, hypothéquant, impossible à oublier, mais surtout, installé pour rester. La douleur chronique, il est grand temps qu’on en parle autrement. Merci à vous, Madame.

Sexologie

Miroir, miroir, c’est moi la plus belle!

CHRONIQUE / Pas assez belles pour faire l’amour. Non pas aux yeux de leur entourage ou des étrangers, et encore moins à ceux de leur partenaire. Ces femmes ne sont pas assez belles pour faire l’amour... selon elles-mêmes !

Plusieurs femmes que j’évalue se disent incapables de se donner à l’autre, de s’accorder du plaisir et de vivre en harmonie avec leur corps. Elles me consultent en prétextant une problématique sexuelle, mais rapidement, je me rends compte que c’est d’amour propre, de reconnaissance, d’estime ou de confiance personnelle dont elles manquent. Elles ne s’aiment pas, se trouvent laides.

Sexologie

La discordance du répertoire sexuel

CHRONIQUE / Comment décririez-vous votre répertoire d’activités sexuelles? Plein? Moyen? Restreint? Je parle, bien entendu, de ces pratiques coquines à laquelle vous avez habituellement recours, encore et encore, histoire de satisfaire vos besoins sexologiques.

Les préliminaires sont encombrants. Ils gravitent autour de ces quelques becquetages déposés ici et là, ces frugaux effleurements, ces trois ou quatre positions sexuelles et, pour les soirs de grandes veillées, ces probables contacts oraux.