Il y a bien sûr de ces enfants qui sont un peu, beaucoup, trop ou aucunement intéressés à la sexualité.

L'éducation sexuelle, un beau défi!

SEXOLOGIE / Être éducateur sexuel pour son enfant, ce n’est pas si facile que ça. Bien qu’il s’agisse d’un mandat faisant officiellement partie des rôles parentaux, vous n’êtes pas la seule à vous questionner. Quand, comment, par quel moyen, de quelle façon, explique-t-on à son bébé d’amour comment se font les enfants ? Un défi en soi !

COURRIER D'UNE LECTRICE

Bonjour Mme Bouchard, 

J’ai une petite question et je me tourne vers vous. Vous pouvez sûrement m’éclairer. 

Ma fille a 9 ans. Très allumée et mature, elle connaît une foule de choses et a beaucoup d’amies. On a une belle relation, et la communication est facile. 

Par contre, elle ne m’a pas encore demandé comment se font les bébés. Personnellement, je ne veux rien brusquer. Je me dis qu’elle le demandera lorsqu’elle sera prête, mais mon inquiétude, c’est qu’elle fasse rire d’elle à l’école. Devrais-je m’en inquiéter ? 

Devrais-je laisser des livres Ma sexualité sur son bureau ? Ouvrir une discussion ?

Merci beaucoup et bonne journée !

Parent = enseignant ! 

De prime abord, il est primordial de dissocier les besoins de votre petit et les vôtres. Peut-être n’est-ce pas votre cas, mais comprenez-moi bien, plus d’une mère ou d’un père se complaisent en attendant ces fameux questionnements qui ne viennent jamais, sous prétexte d’être eux-mêmes embarrassés de traiter de la réponse. Manquer le bateau, c’est une erreur majeure ! 

Où en es-tu ? 

Ne pas manquer le bateau ne consiste pas à « garrocher » du contenu sexuel sur un sujet par lequel votre chérubin n’est pas encore concerné. Il s’agit plutôt de l’interroger de façon à comprendre son niveau d’intérêt par rapport à ce sujet, histoire d’adapter votre éducation à ses attentes, ici et maintenant. 

« Mon amour, t’es-tu déjà demandé comment les adultes font des bébés ? Es-tu au courant de ça, toi ? »

Par ce questionnement, bien que vous soyez encore loin d’expliquer les technicités de la reproduction et les plaisirs de l’accouchement, vous obtiendrez assurément l’ébauche du stade de réceptivité de votre enfant. 

« Oui, Kiki me l’a expliqué à la récré. »

« Non, je vais jouer dehors. Bye. »

« Je pense que oui, mais je ne suis pas sûr. »

Toutes ces réponses sont envisageables. Elles varient d’un enfant à l’autre, peu importe sa maturité. À 9 ans, bien que la plupart des jeunes soient en période de latence en termes de développement sexuel, il y a bien sûr de ces enfants qui sont un peu, beaucoup, trop ou aucunement intéressés à la sexualité. D’où l’importance, en tant que parents, de s’enquérir de leur curiosité et de leur faire comprendre que vous êtes disponibles pour ça. 

Ces livres à la Jocelyne Robert, sexologue et auteure, laissés ici et là, s’avèrent assurément une excellente façon de semer des graines, pour ensuite mieux les récolter. Intime et privée, la lecture de salle de bain est toujours ma recommandation. À vous de garnir le porte-revues ! 

Jamais mieux servi que par soi-même

Un enfant qui veut savoir s’organise pour savoir. Il est donc inutile de vous préciser que mieux vaut les éduquer par vous-même qu’en laissant la petite voisine, un ami plus vieux, un adulte véreux, l’ordinateur ou la télévision s’en charger, avec les moyens du bord ou pire encore. Un contrôle parental permet aussi la transmission des valeurs. 

Il n’y a rien d’inquiétant dans le fait que votre enfant ne sache pas comment faire un bébé à 9 ans.

À vous maintenant de jouer.