Fini les plans B, C et D!

CHRONIQUE / Êtes-vous « on the back burner » ou « relégué en second plan », pour les amoureux de la langue française ? Ce phénomène, la plupart des aspirants à la vie à deux le redoutent plus que tout.

Celui, bien entendu, de se sentir entiché plus, plus, plus de cette personne qui, de son côté, vous entretien tel son plan B. Bien intentionné malgré tout ou égoïste à la puissance dix, ce bougre, voire bougresse, entretient votre flamme à son avantage, histoire de ne pas se retrouver le bec à l’eau. Comme « en cas de », on a vu mieux !

Cette technique du « rond de poêle », tel que l’illustre avec brio l’imminente sexologue Laurence Desjardins, a pour principe de donner du temps, de l’attention, de l’affection et du sexe à un tiers afin de le garder au « réchaud », au cas où notre statut changerait. On ne sait jamais...

Deux vitesses, deux messages

Le but de cette stratégie discutable, disons-le, est le maintien d’un contact. La possibilité que cette personne vous choisisse se voit encore sous forme hypothétique ; vous êtes en attente d’un retour, qu’elle ne soit plus incertaine, qu’elle décide si vous êtes un plan A, B, C ou D, ou même l’amour de sa vie. Cela dit, vous restez dans les éventualités. Seul l’avenir saura dire...

Afin de ne pas perdre l’être au potentiel incontestable que vous êtes, monsieur ou madame Votre-Kick vous envoie divers messages aux intentions plus que contradictoires.

Un jour, à fond Léon sur la pédale à gaz, c’est ensemble que vous levez les voiles vers une liaison digne du roman Harlequin. L’autre jour, vous êtes confronté à un coup de théâtre. Hésitations, remaniements, réflexions, ambivalences ; le frein à main se voit levé pour des raisons d’apparence plus que nébuleuses. À vous de savoir sur quel pied danser !

Quoi faire ?

Souffrance ! Doutiez-vous qu’il puisse être effectivement envisageable de souffrir dans de pareilles circonstances ? Qu’y a-t-il à comprendre devant de tels agissements qui ont pour effet de placer votre petit coeur aux extrémités du continuum du sentiment amoureux ?

Obnubilé par ce ou cette chéri (e), vous voilà désormais à sa merci ! Aux aguets de la sonnerie du téléphone, à cheval sur les réseaux sociaux, aux faits de son emploi du temps, peut-être êtes-vous désormais devenu celui ou celle pour qui la vie consiste à attendre un signe de vie ? À ceci, je crie : « DANGER ! »

Danger d’être blessé, danger de ne pas être respecté, danger de ne pas être considéré, danger d’être manipulé, danger d’être exploité ; des dangers, en voulez-vous, en voilà ! Le hic dans ce contexte est souvent de faire les constats une fois que le mal est fait et que les marques de dépendance sont entamées. Être le ou la préféré (e), c’est tout ce que vous méritez !

Prévention

Puisque vous ne pouvez plus tolérer l’étiquette du partenaire pratico-pratique, il devient grand temps de vous prioriser ! Être le second choix sans blessure ni meurtrissure, c’est difficile, et ce, encore plus s’il s’agit d’un éternel recommencement, un pattern.

Parce que les semblants de relation, ça fera. C’est à vous, maintenant, de vous mettre en première place en déterminant dès les balbutiements ce à quoi vous vous attendez. Vos exigences minimales, basées sur des limites claires, vous dicteront quand vous retirer et mettre fin à l’obsolescence programmée de ce pseudo-couple.

Dire « Ciao, bye ! », couper les ponts ; c’est aussi une solution digne de sa préservation.

À vous de n’être rien de moins que le plan A !