Sexologie

Des raisons pour faire l’amour

CHRONIQUE / Faire l’amour ou pas? Parce que la vie est faite de questions existentielles, il y a lieu de se poser aussi celle-ci! Entre avoir un rapport sexuel ou s’abstenir, certains y verront un grand débat. Des raisons pour s’en passer, j’en ai entendu. Rares sont les confidences en l’autre sens. Pourtant!

Si vous êtes de ceux ayant un partenaire sexuel sous la main, quel qu’il soit, et que vous cherchez de ces arguments pour faire « la chose », en voulez-vous? En voilà! Exit grands fondements justificatifs, revenons aux sources avec cette pointe d’humour rabrouant possiblement le dernier des amants.

Sexologie

Trop fatiguée pour avoir de la libido

CHRONIQUE / Bonjour à vous, possible superwoman! Comme pour plus d’une, est-ce que je me trompe en supposant que vous êtes du type multifonctionnel, efficace, productif, voire même performant? Une réponse par l’affirmative me confirmerait possiblement cette sensation de déjà-vu meublant les quatre murs de mon bureau, mais aussi votre niveau de fatigue. Je vous comprends!

Dans ce cas, pas étonnant que le corps abdique en commençant par remercier cette libido qui, disons-le, n’est pas essentielle à votre survie ici et maintenant.

Sexologie

Briser la monotonie au lit

CHRONIQUE / Amenez-en du piquant ! Parce qu’il devient difficile pour le commun des sexués de réinventer la roue, de la nouveauté, vous êtes nombreux à m’en demander. La monotonie charnelle, l’ennemi juré du couple, reste certainement celle à évincer pour une vie sexuelle, et conjugale, en santé. Exit le scénario où seuls pénis et vagin sont acteurs.

Sortir des sentiers battus, une réalité que plusieurs semblent attribuer à ces jeunots, ces romantiques, ces victimes du « tout-nouveau-tout-beau ». Pourtant, ce « modernisme » se verrait certainement davantage attribué aux vétérans. Pour ceux qui veulent coucher autrement et par le fait même, redorer un tant soit peu leur blason, voyons-y.

Sexologie

Les gens heureux n’ont pas d’histoire...

CHRONIQUE / C’est ce que disait du moins le roman ! Vrai ou faux que cette affirmation dans un contexte amoureux, relationnel, voire sexuel ? Certes difficile à croire si l’on se fie à l’entourage, aux cancans, aux médias carburant à grandes pompes qu’aux annales négatives, aux récits rocambolesques, aux évènements chaotiques ou encore aux fastes chicaniers.

Exit, orgueil mal placé. Qui, d’entre vous, n’éprouve pas ce malin plaisir à visionner ces téléréalités, programmées ou pas, où bisbille se verra assurée ? Qui ne se délecte pas de ses revues à potins cherchant à savoir si notre chanteuse internationale préférée couche enfin avec son danseur ? Qui ne savoure pas une petite coupe entre camarades histoire de se mettre à jour sur tel ou telle ?

Sexologie

Le sexe oral, ça te parle?

CHRONIQUE / L’union de la bouche aux organes génitaux, tantôt pratiqué, tantôt repoussé. Trop ou encore pas assez, ces baisers mitigés peuvent prendre l’apanage du préliminaire ou pourquoi pas, de la relation sexuelle dans sa totalité. Parfois teinté de magie, d’autres fois d’usualité, est-ce une pratique vers laquelle vous vous tournez les soirs de grandes veillées ?

Intimité

Bien que quelquefois banalisé, quoique pour exercer l’art du cunnilingus, de la fellation ou encore de l’anulingus, un brin d’intimité est minimalement suggéré.

Sexologie

Les excuses au masculin

CHRONIQUE / « Pas ce soir, mon trésor, j’ai mal à la tête… »

Ce prétexte pour ne pas faire l’amour n’est pas seulement l’alibi des femmes. Des hommes qui n’ont pas envie de la « chose », qui fuient les yeux couleur de désir, qui espacent les rendez-vous doux, qui limitent les marques d’affection de peur de décoller la machine, il y en a aussi. Le saviez-vous ?

Sexologie

Le besoin de liberté

CHRONIQUE / « À force de rester célibataire, on tombe amoureux de sa liberté ! »

Voilà ce que scandait cette page française affichant, jour après jour, ces affirmations plus ou moins réflectives sur mes réseaux sociaux. Vrai ou faux ? Y voyant l’opportunité d’éclaircir le phénomène dudit célibat, je vous ai demandé, chers abonnés, s’il y avait lieu effectivement de croire davantage en l’amour de la liberté qu’en celui de la complémentarité.

Sexologie

Fini les plans B, C et D!

CHRONIQUE / Êtes-vous « on the back burner » ou « relégué en second plan », pour les amoureux de la langue française ? Ce phénomène, la plupart des aspirants à la vie à deux le redoutent plus que tout.

Celui, bien entendu, de se sentir entiché plus, plus, plus de cette personne qui, de son côté, vous entretien tel son plan B. Bien intentionné malgré tout ou égoïste à la puissance dix, ce bougre, voire bougresse, entretient votre flamme à son avantage, histoire de ne pas se retrouver le bec à l’eau. Comme « en cas de », on a vu mieux !

Sexologie

Quelles sont les limites de la porno?

COURRIER DU LECTEUR / Bonjour, Est-ce que vous avez déjà publié quelque chose sur les hommes qui regardent de la pornographie en disant que c’est normal ? Mon conjoint ne cesse de recevoir et d’envoyer des photos et/ou de courtes vidéos avec des filles pas mal cochonnes… Il a beau me dire que je suis belle, qu’il aime mon corps, qu’il est toujours prêt pour du sexe en ma compagnie, je me sens quand même menacée par ces images. Et je pense que c’est un cercle vicieux. On dirait que ça l’excite de plus en plus. C’est un homme très porté sur le sexe. Il est ici trois jours par semaine et, selon lui, il faut en profiter au maximum. Même mes amies trouvent qu’il parle beaucoup de sexe. On dirait que c’est ça sa vie. Ai-je raison d’être inquiète ? Bien que je lui en parle souvent, j’avoue que je ne comprends pas le cerveau de mon homme…

Bonjour à vous, madame, pour qui l’inquiétude est louable ! Votre questionnement du jour comporte plus d’un volet pouvant expliquer votre état d’âme. Commençons du début.

Pornographie

J’expliquais, il n’y a pas longtemps dans une autre chronique dans ce même journal, que la pornographie est faite pour le monde. Une pornographie propre, juste et appropriée, conçue selon les règles de l’art et destinée à un public adulte en quête d’amusement, ça existe. C’est en fait ce qu’on appelle du divertissement.

Sexologie

Je suis asexuelle

COURRIER DU LECTEUR / Bonjour, Je me suis toujours sentie différente des autres côté relations sexuelles. Bien que j’aie de l’attirance pour la gent masculine, jamais je n’ai ressenti de « réels » besoins en termes de relations sexuelles. Cependant, évoluant dans une société hypersexualisée où il est socialement important de combiner sexe et amour, je me suis fondue à la masse. J’ai eu plusieurs fréquentations, toujours décevantes. On m’a également quittée en me disant que j’étais frigide ou n’aimais pas assez le sexe. Un jour, j’ai rencontré mon conjoint actuel. Ce fut un coup de foudre (…). Bien qu’au début nous faisions l’amour pratiquement tous les jours, jamais ce fameux désir n’est venu au rendez-vous. Après 10 ans de vie de couple, notre vie sexuelle est plutôt terne. Lui, il a des besoins quotidiens, moi, jamais (…). En fouillant sur le net, j’ai ainsi découvert le terme « asexualité » et j’ai compris que je n’étais pas anormale ou frigide. (…) Toute ma vie, j’ai essayé d’être quelqu’un d’autre, d’agir selon les conventions sociales. Mais toute ma vie, je me suis sentie triste et esseulée dans mes relations. Maintenant, je sais qui je suis, une personne asexuelle (…). J’ai fait mon coming out hier soir à mon conjoint (…). Nous explorons les pistes de solutions et essayons de peindre ce nouveau tableau blanc qui se présente devant nous. Je ne crois pas que ce sera toujours facile et j’aimerais avoir une boule de cristal pour lire l’avenir. À suivre…

CHRONIQUE / Bravissimo ! Que de courage découlant de ce témoignage. Toutes mes félicitations madame. D’abord pour cette prise de conscience demandant un regard sur soi ô combien difficile. Deuxièmement, pour votre prise de position et votre volonté d’être enfin celle que vous êtes. Chapeau !

Tel que défini par l’Association pour la visibilité asexuelle, l’asexualité est une orientation sexuelle caractérisée par le fait qu’une personne asexuelle ne ressent pas d’attirance sexuelle pour quiconque. De cette même source, une personne sur cent serait asexuelle et, de ce nombre, un peu plus de la moitié serait des femmes.

Sexologie

De Passe-Partout, j’en veux plus !

CHRONIQUE / Cachou Coucou ! Le voilà enfin, ce bébé tant attendu. Fan finie de la première mouture de Passe-Partout, ceux qui me connaissent savent pertinemment qu’il y a maintenant quasi trois décennies que je suis sur ma faim. Celle bien entendu de connaître l’origine du nouveau-né de Madame Coucou ! Venu de nulle part, sans explication ni rien, ce mystère entourant la provenance de ladite noix aux allures d’enfant a certainement bousculé mon développement psychosexuel. Tant de non-dits qu’entretenaient ces années 80…

De ce fait, ma cadette de 11 ans moins un mois paie le prix de ce « traumatisme ». Obligée d’écouter cette presque-quotidienne-remaniée, ce n’est que tout dernièrement que j’ai enfin pu lui donner congé. Cachou Coucou s’est pointé sans flafla avec un seul mot pour m’éclairer : mamans au pluriel !

Sexologie

Vous avez dit bicurieux?

CHRONIQUE / Bicurieux, l’êtes-vous ? Oui, comme dans cet adjectif désignant toute personne qui ne s’identifie pas comme bisexuelle, mais qui ressent le désir d’avoir des relations affectives et/ou sexuelles avec un individu du genre opposé à celui avec qui elle entretient habituellement des relations (Fondation Émergence). Ouf ! Laissez-moi vous aider à y voir plus clair.

À titre d’exemple, prenons Roger, hétérosexuel par affirmation, qui s’adonne ici et là à un rapport génital avec Jean qu’il aime bien. Ah bon !

Sexologie

3000 relations sexuelles, mais une seule première fois

CHRONIQUE / À vos calculettes ! J’ai fait mes devoirs. En supposant que vous avez eu votre première relation sexuelle avec pénétration à l’âge de 17 ans, moyenne québécoise établie par l’Institut national de la santé publique, et que vous maintenez une fréquence hebdomadaire de cette activité tout au long de votre vie active sexuellement, parions que vous ferez l’amour autour de 3000 fois ! Pas mal du tout ! Une page de votre histoire que vous n’aviez possiblement pas explorée de façon aussi cartésienne.

De ce chiffre, représentatif ou non de votre réalité, la plupart de ces relations sexuelles seront reléguées aux oubliettes. La mémoire étant une faculté qui oublie, vous vous souviendrez que de ces fois dignes d’être retenues, positivement ou négativement. Ceci dit, remarquable ou pas, une seule restera à tout jamais gravée en tête. Je parle, bien entendu, de cette première fois.

Sexologie

Des relations intimes malaisantes

COURRIER DU LECTEUR / Bonjour Mme Bouchard, Venant d’une famille où l’intimité est importante, je fais face à une situation inconfortable depuis que mes enfants sont ados et reçoivent de la visite à dormir. Celle-ci concerne les rapports intimes que ces derniers ont dans ma demeure. Personnellement, je dois préciser que je n’ai aucun problème lorsque cela reste dans leur chambre respective [...]. Cependant, devrais-je accepter de laisser mes enfants prendre des bains ou encore des douches avec leur copine lorsque nous sommes présents dans la maison ? Il est à noter que la salle de bain est adjacente à ma chambre. Je vois cela comme un manque de respect ce qui me met en colère. J’ai de la misère à concevoir que le jugement de mes enfants n’est pas suffisamment grand pour comprendre que certaines situations soient inacceptables. Après avoir discuté avec ma conjointe, je me suis rendu compte que j’étais le seul dérangé par la situation. Alors, accepteriez-vous que votre ado fasse l’amour dans la salle de bain voisine pendant que vous êtes tranquille dans votre chambre à regarder un film ?

CHRONIQUE / Les grands questionnements ! Merci de votre témoignage interpellant certainement plus d’un parent de « grands enfants ».

Il y a effectivement de ceux qui se voient dérangés, pour ne pas dire outrés, devant l’indifférence des notions d’intimité de leur progéniture.

Sexologie

Je t’aime... moi non plus

CHRONIQUE / Véritable ver d’oreille, Je t’aime... moi non plus, cette balade de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, me revient en boucle chaque fois que je les vois, ces deux-là. Quand ce n’est pas un, c’est l’autre. Pourtant amoureux, quand elle l’approche, il boycotte. Quand il l’adore, elle l’ignore. Quand elle se manifeste, il proteste. Quand il s’affranchit, elle déguerpit. À quoi rime cette contradiction, de s’aimer pour ensuite mieux se détester? En tant que couple, est-ce possible de régner dans ce paradoxe sentimental apportant à la fois son lot de bonheur et de malheur? Voyons-y.

Montagnes russes

Tel ce manège digne du carnaval, il y a des gens qui carburent aux sensations fortes. À l’image des montées et des descentes turbulentes, ce type de relation « amoureuse » apporte son amalgame d’émotions intenses. L’un en confiance dans ce minichariot, l’autre en position douteuse, l’euphorie, expliquée, de manière cartésienne, par l’effet hormonal, promet certainement ses bénéfices. D’où la tolérance à vivre ainsi, du moins pour un temps.

Sexologie

L’univers masturbatoire

COURRIER D'UNE LECTRICE / Bonjour, Lorsque le temps vous le permettra, j’aimerais avoir votre point de vue sur ce que mon conjoint m’a dit. [...] Il m’a informé qu’il se masturbait chaque soir dans le salon devant de la pornographie. Puisque nous faisons déjà l’amour de deux à quatre fois les jours de semaine et de quatre à cinq fois ceux du week-end, dites-moi si je m’en fais pour rien ? Les avis sur le Web divergeant énormément. Je suis mal avec tout ça et je ne sais pas trop comment réagir. Est-ce normal, abusif, addictif ?

CHRONIQUE / Cette question vient à point pour boucler ma série d’articles traitant de la pornographie. Merci à vous, Madame !

Pourquoi ? J’en conviendrai, votre état d’âme est fort louable devant cette confidence digne d’un jardin plus que secret. L’univers masturbatoire étant l’une des sphères individuelles des plus privées, ma première réflexion tend certainement à comprendre ce à quoi rime cette révélation. Pourquoi le dire ? Était-ce un aveu ? Une transmission banale d’informations ? Un cri d’alarme ? Une réponse à une question ?

Sexologie

Mon conjoint a de la difficulté à éjaculer

COURRIER D'UNE LECTRICE / J’ai un nouveau conjoint et sexuellement, je n’ai rien à dire. Par contre, lors de nos ébats sexuels, je dirais que trois fois sur quatre, il a de la « difficulté » à éjaculer. Pourtant [...], il est amplement capable de le faire lorsqu’il se masturbe. Il arrive quelquefois qu’après avoir eu mon orgasme, il soit tout près d’avoir le sien bien qu’il ne réussisse pas à jouir. Il me dit qu’il ne s’agit pas de moi, que ça lui est toujours arrivé. Nous avons quand même de belles relations sexuelles, mais je dois avouer que ça me perturbe un peu...

CHRONIQUE / Bonjour à vous, madame. D’être « perturbée un peu », pour reprendre vos mots, en voici une réalité plus que probable lorsqu’un ou une partenaire présente quelques difficultés que ce soit d’ordre sexuel.

Pas responsable

La remise en question risque sans doute d’être l’un des premiers réflexes pour la plupart. Dans ce présent cas, bien qu’il soit louable que vous portiez un regard sur vous comme étant potentiellement « responsable-un-tant-soit-peu » de cette éjaculation qui tarde à venir – ou pas –, sachez que vous êtes dans l’erreur ! C’est d’ailleurs ce que votre gentleman vous dit et redira. Vous ne faites pas partie de l’équation, madame !

Sexologie

Parler de sexualité avec son enfant

CHRONIQUE / Parce que ceci vient également avec le mandat de père et mère, je vous le demande : offrez-vous de l’éducation à la sexualité à votre progéniture ? La grande question ! Bien que « monsieur-madame-les-enseignants-infirmiers-travailleurs-sociaux » assurent depuis l’automne 2018 des contenus dans le cadre scolaire, vous restez certainement les premiers concernés. De ce fait, remplissez-vous, chers parents, le rôle qui vous est attribué, soit d’apprendre à vos enfants les notions relatives à ce sujet ô combien anguleux pour plus d’un ? Quoi dire ? Comment s’y prendre ? Quel sujet aborder ? Quand commencer ? Toutes des interrogations louables pour le commun des mortels qui ne sont pas sexologues. Ceci dit, puisque je vous déclare aujourd’hui principal « pédagogue sexologique » pour vos petits et grands, voici quelques pistes à suivre.

Un bon modèle

Aussi simple que cela puisse paraître, voici la fonction minimale que je vous attribue. Être un bon modèle, c’est plus difficile que vous pourriez le croire. La sexualité étant davantage ce que l’individu est, et non ce qu’il fait le samedi soir dans sa chambre à coucher, soyez une référence positive. Vos faits et gestes, attitudes, propos, valeurs, croyances et convictions indiquent, consciemment ou non, les normes que votre enfant emmagasine tel un gage de vérité absolue.

Sexologie

Pornographie magnifiée

CHRONIQUE/ Je l’ai souvent dit ! Bien que « faite pour le monde », divertissante les soirs de grande veillée, pratique pour réveiller les libidos endormies ou encore utile comme support visuel occasionnel, la pornographie comporte son lot d’oublis et de supercheries, pour ne pas dire de menteries. Le saviez-vous ?

Avec son apanage de scénarios utopiques, d’acteurs aux allures quasi caricaturales, de prouesses surhumaines, d’orgasmes fracassants au simple effleurement, de femmes détrempées et de mâles alpha, comprenez qu’à force de visionnements répétitifs, certains ont fini par y croire dur comme fer – sans mauvais jeu de mots.

Sexologie

Un week-end avec ou sans sexe

CHRONIQUE / À vous le week-end! Exit les obligations, la famille et les guenilles; ces trois jours sont pour vous. Carpe diem! Hôtel, magasinage, resto, massage; la vie vous appartient, histoire enfin de faire le plein. Ceci dit, qui dit vendredi, samedi et dimanche entre amoureux dit parfois aussi souci.

Oui! Comme celui de vouloir, voire de prévoir, des rapprochements. Devant cette réalité me vient l’envie de vous demander si vous êtes de ceux qui, à l’idée même de traverser le Parc ou pourquoi pas le continent, sentez cette pression, cette nécessité et cette responsabilité d’avoir à faire l’amour avec votre bien-aimé?

Sexologie

Êtes-vous un bon parti?

CHRONIQUE / Qui fait bien l’amour ? Oui, je vous demande si vous êtes l’une de ces personnes que l’on peut qualifier de bon amant ou encore de bonne maîtresse. Je suis de l’école voulant que chaque individu soit responsable de sa propre satisfaction sexuelle, qu’il suffit de demander, de nommer et d’enseigner pour l’obtention de ses volontés. Mais je me dois de m’ajuster. Il semblerait qu’effectivement, il y ait des magiciens, des meilleurs que d’autres pour transmettre les vertus qu’exigent ces fameux rapports sexuels. Est-ce de vous qu’il est question ?

« Ce mec baise comme un Dieu ! »

Sexologie

Pornographie nécessaire

CHRONIQUE / «Bonjour, je suis anxieuse à mes heures et j’ai aussi un trouble obsessif. Depuis mon diagnostic, en 2010, je suis médicamentée. D’abord, c’était un peu, puis afin de stabiliser le tout, la recette a doublé. Ces précieux médicaments, je ne voudrais plus m’en passer. Ma vie est si simple depuis.

«Mais, puisqu’il y a toujours deux côtés à une médaille, ma tête va bien, mais mon vagin un peu moins! Un des effets secondaires de mon médicament est de diminuer ma lubrification, tout en m’empêchant de vivre l’orgasme. Rien de très agréable. [...]  

Avec le temps, mon conjoint et moi avons trouvé une solution: la pornographie. [...] 

Le sacrilège!

Chaque fois qu’on fait l’amour, je questionne mon homme à savoir si ça le dérange d’écouter un «petit film », comme on les appelle. Je me sens coupable! Mon amoureux est tellement beau, patient, affectueux. Je n’ai aucune raison de ne pas avoir envie, ou de ne pas être capable d’avoir d’orgasme sincèrement, si ce n’est que d’une pilule rose et grise! 

Je me demande alors pourquoi mon rapport à la pornographie est si négatif?

Je m’appelle Johanne, j’ai 41 ans et j’aime la pornographie. Dans les faits, si j’avais le choix, est-ce que j’en consommerais? Peut-être bien que oui. […] Est-ce si grave? »

Sexologie

En amour sans libido

CHRONIQUE / « Ce n’est pas que je n’ai pas de libido en général. C’est plutôt que je n’ai pas de libido pour toi, mon amour ! »

La voici, cette douche froide que certains tardent à reconnaître, dans une position comme dans l’autre. Il y a effectivement des couples où tout va bien. Oui, tout va pour le mieux, et pas seulement qu’en apparence. Ils s’entendent à merveille. Le temps passé ensemble est fabuleux. Les atomes sont crochus. Les intérêts sont partagés. Le plaisir n’est plus à obtenir. La famille fourmille.

Sexologie

La monogamie en série

CHRONIQUE / Le mariage ad vitam aeternam, non merci!

«S’accoter» pour «faire comme si» pendant des décennies, non merci!

Sexologie

Au diable la conformité!

LA QUESTION / Bonjour Myriam. Je parcours régulièrement vos articles sur la sexualité qui m’éclairent sur beaucoup de sujets. Pourriez-vous aborder le cas des hommes qui aiment porter de la lingerie féminine ou qui sont attirés par cet accessoire de séduction, mais qui n’osent pas franchir le pas ? Cordialement, Monsieur.

LA RÉPONSE /

Bonjour à vous, Monsieur.

Cette année 2019 où l’on ne se laisse plus rien imposer en termes de sexualité m’amène d’emblée à vous poser cette grande question. Cette préférence que vous me nommez, est-elle une problématique en soi ?

Sexologie

Rompre avec classe

CHRONIQUE / F-I-FI, N-I-NI, F-I-N-I ! Votre relation amoureuse est terminée. C’est aussi limpide que de l’eau de roche ; il n’y a rien à ajouter. C’est aujourd’hui que doit s’achever non pas ce paragraphe de votre vie, mais plutôt ce livre tout entier. Vous devez vous pousser. Juste en venir à cette certitude, c’est une quête en soi que vous avez surmontée. Il reste désormais à l’annoncer, ce qui est parfois tout un dossier…

Savez-vous comment laisser l’autre ? Puisque dans la rupture, il y a aussi un code civique informel à suivre. Laissez-moi donc vous venir en aide.

Sexologie

La lettre de madame Propre

COURRIER D'UNE LECTRICE / Bonjour Myriam, Ma première question parle des premiers contacts amoureux. Aujourd’hui, l’heure est souvent à la baise et à toutes sortes de jeux érotiques inimaginables. Est-ce normal, en 2019, qu’un homme, ou bien une femme, ne se soigne pas à 100 % ? Je parle de sentir bon, de porter des vêtements et des sous-vêtements propres ? Que le corps soit propre et que jamais une odeur ne vienne déranger les envies ? Chez moi, nous sommes du monde propre, même un peu trop des fois. Alors, quand je soupçonne une odeur, le gars est foutu… Madame Propre

CHRONIQUE / L’hygiène est une notion ô combien sensible, pour ne pas dire névralgique. Sans lancer de débat, je vous dirais qu’il est bien vrai qu’en 2019, madame Propre, il est souvent plus aisé de plonger le nez et/ou la bouche dans les sous-vêtements de l’étranger, sans pour autant briser le tabou de l’hygiène, en s’informant préalablement sur son dernier bain ! Une histoire de gêne mal placée ou de priorité, allons savoir ? 

Propreté, qui es-tu ? 

Se laver, c’est quasi un enjeu philosophique, en ce qui a trait à la fréquence. Certains recommandent la douche quotidienne, alors que d’autres valorisent les vertus du cleansing reduction, qui, selon Isabelle Burgun, de l’Agence Science-Presse, se caractérise par un « retour au naturel », soit à une époque avant celle où l’hygiène avait pris la place qu’elle occupe aujourd’hui dans la société.

Sexologie

Le frigo à la rescousse de votre vie sexuelle

CHRONIQUE / Le frigo, cet allié. Exit Ricardo, soeur Angèle ou l’homme de la cabane à sucre. C’est bel et bien moi, votre sexologue, qui vous précise qu’effectivement, le réfrigérateur de votre cuisine peut venir à la rescousse de certaines tensions sexuelles. Étiez-vous au courant ?

Entreprendre les rapports sexuels, c’est souvent une source de litige pour certains couples, du moins pour celui du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui s’est aventuré dans mon bureau.