Sexologie

Une vie sans jouir

CHRONIQUE / « Ce n’est que trop tard que j’ai compris que le sexe pouvait rimer avec plaisir physique, mais ça ne m’intéressait plus vraiment, ces affaires-là… »

Voici ce qu’une octogénaire avancée m’a expliqué récemment. Telle une place au soleil jamais réclamée, c’est avec ce qui m’a semblé être une pointe de regret, voire pas du tout, que cette dernière m’a parlé de sa sexualité « non consommée ».

Sexologie

Une question de libido

COURRIER DU LECTEUR / Bonjour Myriam, J’ai 18 ans. Ça fait quatre mois que je suis en couple avec mon chum. Au début, on faisait l’amour trois à quatre fois par jour, mais là, depuis un bout de temps, ça ne me tente plus vraiment. On dirait que je perds ma libido…

CHRONIQUE / Bonjour à toi, belle jeunesse ! Tu me permets de t’appeler ainsi pour situer nos lecteurs qui eux, n’ont pas eu la chance de voir cette éclatante jeune fille que tu es via les réseaux sociaux ? Avant même de se soucier de perte de libido, réalité ô combien exagérée dans bien des cas, voyons un peu la nature de tes rapports sexuels, mais aussi de ta relation amoureuse.

Sexologie

Parce qu’il y a aussi du positif

COURRIER D'UN LECTEUR / Allô Myriam! Moi, je voudrais voir plus d’histoires de gens qui vont bien ! Je parle de couples qui s’aiment sans que ce soit compliqué. Des gens qui ont des enfants sans être à bout. De ceux qui font l’amour sans que ce soit une corvée, qui ont du plaisir à deux et en famille! Avec tous les couples qui se séparent autour de moi, me semble que ça remonterait le moral des troupes ! Est-ce que ça existe encore, des gens comme ça? Dites-le moi!

2019, et si les pages de ton calendrier ne présentaient que du beau ?

Louable que cette requête reçue via ma boîte Facebook. Les médias, quels qu’ils soient, exposent effectivement plus souvent qu’autrement cette représentation de tout ce qui va mal ! Réalité certainement plus vendeuse qu’une madame heureuse pour qui la vie sourit ou ce monsieur ô combien satisfait de finalement pas grand-chose. Le bonheur des autres n’intéresse personne, c’est à croire !

Sexologie

« Donne un bisou à ta tante »

CHRONIQUE / « Fais un câlin à parrain. » « Sois gentil, donne un bisou à tante Jocelyne. » « Embrasse tes grands-parents avant d’aller au lit. » « Allez ! Prends la main de ta cousine. »

Noël, Jour de l’An, fête des Rois ! Qui dit temps des Fêtes, dit regroupement, rassemblement de famille, échange de cadeaux, mais aussi rapprochements et proximité, avouons-le, parfois, plus ou moins espérés. Les enfants ne sont pas en reste. Fréquemment l’expression d’une grande fierté des parents, ce moment de l’année se voit l’occasion de prouver gentillesse, politesse, courtoisie, bienséance et complaisance. Nos petits amours…

Sexologie

Pas la peine de s’emporter

CHRONIQUE / Les grandes déceptions! Parce que dans la vie comme dans le lit, il y a de ces moments où l’imprévu peut aussi se pointer. Érection ramollie, éjaculation-surprise ou en mode tortue, Messieurs, savez-vous gérer émotionnellement ces situations, qui sont la plupart du temps anodines, à mon sens?

Vivement Internet! L’autodiagnostic du trouble érectile, de l’éjaculation précoce ou de l’éjaculation tardive m’étant fréquemment annoncé dans l’anonymat des quatre murs de mon bureau, vient aujourd’hui le temps de dédramatiser la chose. L’indulgence se voit aujourd’hui de mise, histoire d’anticiper la sexualité masculine avec un grain de sel.

Sexologie

De quidam à pressenti

CHRONIQUE / En l’espace d’un moment, cette personne connue depuis toujours, aux allures quelconques et au profil bas, vous est apparue autrement. Telle une révélation. Aussi banale elle vous semblait encore hier, aussi attractive elle vous apparaît aujourd’hui. Sans trop savoir pourquoi, aussi soudain qu’improbable, plus rien n’est pareil.

Rien n’a pourtant changé. Ni une révision des verres de vos lunettes ni toutes fluctuations de l’image ou de la personnalité ne peuvent expliquer ce bouleversement impromptu. De quidam à pressenti, voici la promotion obtenue par cette personne qui, depuis toujours, ne suscitait chez vous que l’indifférence. Que s’est-il passé ?

Sexologie

Envies gourmandes... et sexuelles

CHRONIQUE / Parce que tous les enfants vous le diront. Qui dit premier décembre, dit calendrier de l’Avent ! Avez-vous le vôtre ? Non à cette planche cartonnée dans laquelle vous dégusterez, jour après jour, ces friandises chocolatées au goût des cierges de ma grand-mère ! Exit au produit vedette du magasin à (feu) un dollar ! Je vote plutôt pour une version adulte. Pour le calendrier dont les amoureux profiteront, histoire de patienter jusqu’au réveillon. Pour celui qui, une fois découvert, changera peut-être votre vie à deux ! Allons savoir !

C’est l’amie et collègue sexologue Véronique Larivière, fière partenaire du bonheur amoureux, qui suggère cette version réinventée du calendrier de l’Avent. Proposé aux couples, il s’agit en fait de réaliser un défi quotidien, histoire de réinventer, de bonifier ou de retrouver cettedite intimité conjugale parfois ô combien malmenée par les rouages du quotidien.

Sexologie

Des lettres et des sexes

CHRONIQUE / Certains me récitent l’alphabet au grand complet. D’autres la confondent avec toutes sortes d’acronymes. Quelques-uns s’essaient en vain. Tous témoignent par contre cette même curiosité. Celle bien entendu d’en connaître un peu plus sur la signification des fameuses lettres LGBTQ + ou pour les niveaux supérieurs LGBTTIQQ2SAA. Puisque rien n’a d’égal à l’éducation à la sexualité, avant d’aimer, dénoncer, juger, détester cette communauté, lisez ceci!

Cours 101

Préalablement, chacun se doit de comprendre, ne serait-ce que pour lui-même, les fondements de l’entité humaine à commencer par l’identité de genre.

Sexologie

L’art du célibat

CHRONIQUE / «Célibataire, tant qu’à l’être, j’en profite pis pas à peu près ! »

Vous l’aurez compris, cette personne jouit bel et bien de son nouveau statut matrimonial. Victime, ou pas, d’une séparation qu’elle avait plus ou moins vue venir, celle-ci s’adonne maintenant à une nouvelle réalité. Liée par l’amour ou en couple depuis l’âge du jeune adulte, la voici maintenant, plus de deux décennies plus tard, libre comme l’air, et ce, encore plus concrètement une semaine sur deux. Faute de mieux ou par forfait, comme elle minimise, rationalise ou justifie possiblement sa peine d’amour, elle m’explique s’en donner à cœur joie dans l’art nouveau du célibat. Est-ce votre cas ?

Sexologie

Des orgasmes ralentis par la maladie

LE COURRIER DES LECTEURS / Bonjour Mme Bouchard, Jamais je n’aurais cru énoncer cette affirmation qui me fait tant souffrir. Du courage? Non. Du désir de vouloir trouver une solution même si je ne suis pas certaine qu’il y en a une? Oui. J’ai toujours aimé le sexe et mon partenaire, mon amoureux, mon mari, est un amant extraordinaire. Le hic, et il est gros, est que je suis atteinte de la sclérose en plaques. Le sexe, ça fait mal. Tous l’ignorent, mais les gens souffrants le savent, eux. Mon corps me fait mal de partout. Difficile alors de se laisser aller. Je fume une puff, ou deux, ou trois avant, mais les sensations sont diffuses. Au moins, je souffre moins. J’arrive à avoir un peu de plaisir. D’ailleurs, les orgasmes sont minimes, si ce n’est qu’absents. Autre particularité de la sclérose que l’on n’entend pas souvent parler. Dommage, car avant tout, je suis une femme qui aime faire l’amour avec mon amoureux. Celui-ci me fait sentir tellement sexy même dans mon corps qui m’est étranger. Merci

CHRONIQUE / Ce témoignage est révélateur de la réalité sexuelle de ces individus victimes de ce mal lancinant, hypothéquant, impossible à oublier, mais surtout, installé pour rester. La douleur chronique, il est grand temps qu’on en parle autrement. Merci à vous, Madame.