Remisez les graines dans un sachet de papier pour l’hiver.

Récoltez vos propres semences

Le mois d’août est le grand mois de la récolte dans le potager. Tomates, haricots, courgettes : il ne se passe pas une journée sans qu’un légume délicieux ne soit prêt à être dégusté. Mais avez-vous déjà pensé à récolter des semences de vos légumes pour semer l’an prochain?

D’abord, c’est très rentable : il y aura moins de semences à payer la prochaine saison. D’ailleurs, habituellement les graines sont bonnes pour au moins 3 ans! Mais c’est aussi très facile. Une fois que vous aurez tenté l’expérience de récolter des semences une première fois, vous vous demanderez pourquoi vous ne l’avez pas toujours fait! 

Quand récolter?

Les graines sont mûres quand la capsule ou le fruit est mûr. Pour les annuelles et les vivaces, c’est facile. Après la floraison, vous ne supprimez pas la fleur et habituellement une capsule se forme à sa place, donc à l’extrémité de la tige florale, où la fleur était. 

Pour les légumes, ce n’est pas aussi évident, car habituellement, on cueille les légumes pour la table avant leur pleine maturité. Par exemple, on récolte les pois et les haricots mange-tout quand leur cosse est mince et encore humide, mais à ce moment les graines ne seront pas encore mûres. Pour cela, il faut choisir une plante et laisser ses graines grossir, s’épaissir et s’assécher. 

C’est la même chose pour les concombres, qui sont orange ou jaunes à maturité, et non  verts comme au moment où on les mange, et les courgettes, qui perdent leur sveltesse pour devenir coriaces et grosses comme une batte de baseball à maturité. La tomate, avec le poivron rouge, est un de rares légumes qu’on cueille vraiment à pleine maturité. 

Voilà ce qui en est pour les légumes fruitiers. On mange les légumes-racines et les légumes-feuilles, comme la laitue, le radis et les épinards, avant même qu’ils aient fleuri et, bien sûr, la production de semences se fait après la floraison. Il faut alors les laisser «monter en graines» si l’on veut des semences! En fait, il suffit de laisser une seule plante monter en graines : il produira assez de semences pour plusieurs années de semis!

Et que dire des légumes qui ne semblent jamais fleurir, comme la carotte, l’oignon et la betterave? Ce sont des bisannuelles et on les récolte pour la table la première année de leur cycle de deux ans. Si vous voulez obtenir des semences, il faut laisser une plante dans le jardin tout l’hiver. Il fleurira et produira des semences la deuxième année. 

Technique de récolte

Chaque plante a sa propre façon de porter des graines. 

Si la plante produit des capsules, comme les pois, les radis et les haricots, la récolte est particulièrement facile. Il s’agit d’attendre que la capsule brunisse, signe qu’elle est mûre, et de l’ouvrir avec vos doigts afin d’extraire les graines. Ainsi, vous les mettez dans une enveloppe. Rien de plus facile!

Certaines graines sèches portent des aigrettes (le pissenlit est l’exemple le mieux connu) et partent rapidement au vent dès leur mûrissement; d’autres capsules éclatent à maturité et lancent les graines au loin (l’impatiente, par exemple). Pour ces graines «volatiles» qui risquent de disparaître dans la nature avant que vous n’ayez le temps de les récolter, il est sage de recouvrir la fleur fanée d’un sac en filet pour ne pas perdre les graines. Notez que pour les graines à aigrette, c’est une bonne idée aussi d’enlever l’aigrette au moment de l’ensachage, car sinon elles s’envolent facilement même dans la maison, au moment de faire les semis!

Dans le cas des fruits humides (tomates, courges, concombres, etc.), ouvrez le fruit et prélevez les graines, puis lavez-les de toute trace de chair et faites-les sécher au soleil pendant quelques jours avant de les ensacher, toujours dans une enveloppe de papier.

Enfin, il est toujours sage d’identifier l’enveloppe du nom de la plante (notez aussi l’année) au moment de la récolte. Sinon, comment vous rappellerez-vous au printemps laquelle est laquelle?

Remisez les graines dans un endroit sec à la température de la pièce ou plus frais. Puis, au printemps, semez ce que vous avez récolté. 

Vous verrez : récolter les semen­ces est un vrai jeu d’enfants!

***

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Jeunes plants de chêne à protéger?

Q Ma voisine m’a donné deux jeunes pousses de chêne, un de 15 cm et un de 50 cm. Si je les plante à l’extérieur, c’est sûr qu’ils seront cassés l’an prochain! Comment pourrais-je les conserver à l’abri plusieurs hivers et quels soins leur donner dans la cave ou dans un cabanon? Par exemple : température, lumière, etc. — Clément Boily

Pourquoi êtes-vous si certain que ces petits chênes seront brisés l’hiver? Habituellement, les glands de chêne germent là où les écureuils les ont plantés et poussent assez rapidement. Rarement sont-ils endommagés par la neige ou le vent. Si vous craignez que la neige les brise, posez-leur un tuteur à la fin de l’automne, mais enlevez-le dès le printemps, car les jeunes arbres doivent pouvoir bouger au vent (cela aide à former un tronc solide) et un tuteur leur est donc nuisible. 

Si vous voulez insister pour tenter leur culture à l’intérieur, un cabanon serait un meilleur choix qu’une cave, car il y fait plus froid. Retardez leur entrée jusqu’à ce qu’ils aient perdu leurs feuilles. La lumière n’aura pas d’importance l’hiver, car ils seront dormants. Idéalement, la température dans le cabanon restera sous zéro tout l’hiver. Par contre, la terre doit toujours être au moins un peu humide. Au printemps, dès que possible, placez les pots à l’extérieur dans un emplacement ensoleillé. Il ne faut pas laisser les plants dans un pot trop longtemps, sinon leurs racines commenceront à tourner en rond dans le pot, ce qui nuira à leur développement futur.

Engrais démarreurs

Q Dans votre article du 21 juillet sur les rosiers rustiques, vous avez écrit qu’aucun engrais de transplantation n’est nécessaire pour la plantation de rosiers. Cela m’intrigue, on m’a toujours dit d’utiliser un tel engrais lorsque je transplante les végétaux. Les rosiers sont-ils différents des autres plantes? — Clovis

En fait, les engrais de transplantation, aussi appelés engrais transplanteurs, engrais ravigoteurs, engrais de démarrage, démarreurs, etc. ne sont pas utiles aux plantes. Les commerces en vendent puisque le public les demande, mais c’est de la poudre de perlimpinpin: ces engrais n’offrent aucun effet bénéfique notable aux végétaux. La croyance qu’un engrais de transplantation spécifique était nécessaire date des années 1940-50, quand des études ont démontré que, en l’absence de phosphore, les racines ne peuvent pas se développer. Aussitôt, les producteurs de fertilisants ont lancé des engrais très riches en phosphore, habituellement avec un NPK de 10-52-10 (le chiffre du milieu est le phosphore). Mais les résultats avec ces engrais d’enracinement n’ont jamais été à la hauteur des attentes : typiquement, les plantes s’enracinaient aussi bien sans engrais transplanteur qu’avec! 

Aujourd’hui, on sait qu’il ne faut qu’une infime quantité de phosphore pour stimuler l’enracinement, moins de 1 % et certainement pas 52 %! Pire encore : tout ce phosphore finit dans les lacs et les rivières, provoquant de la pollution! Dans nos régions, les sols sont presque toujours assez riches en phosphore pour stimuler un bon enracinement. Si vous insistez pour appliquer un engrais, préférez un engrais tout usage, comme le 5-3-2. Le terme «tout usage» dit tout : ces engrais conviennent à toutes les plantes!

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à 

Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

***

CALENDRIER HORTICOLE

Bassins et jeux d’eau

Le samedi 4 août à 10h, il y aura une conférence gratuite intitulée Bassins et jeux d’eau : construction et défis à relever avec Charles Thomassin chez Floralies Jouvence, 2020, avenue Jules-Verne, Québec. Info : horti-centre@floraliesjouvence.ca.

Entrée gratuite au Domaine Joly-De Lotbinière

Le Domaine Joly-De Lotbinière offre l’accès gratuit au site et au Centre d’interprétation le premier dimanche de chaque mois, dont le 1er août. Info : 418 926-2462 ou www.domainejoly.com.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

***

Entretien horticole à faire cette semaine

› Appliquez du paillis après avoir désherbé pour empêcher la germination de mauvaises herbes.

› Plutôt que de sarcler les mauvaises herbes à racines traçantes, ce qui ne fait que les aider à s’étendre, coupez-les au sol. Puis coupez encore chaque fois qu’il y a une repousse.

› En arrosant vos plantes, essayez de ne pas mouiller le feuillage, car cela crée un milieu propice pour le développement des maladies.

› Si vous trouvez une potée très asséchée, plongez-la dans un seau d’eau pendant une heure. Cela l’aidera à reprendre.