Pour une relâche qui a du goût

CHRONIQUE / Mars à nos portes annonce un moment de répit pour les écoliers de la province. L’attendue semaine de relâche suppose du temps en famille, des activités extérieures pour goûter les derniers (on l’espère!) soubresauts de l’hiver et des moments de farniente à ne presque rien faire. Ensemble. En vrac, voici quelques idées gourmandes pour agrémenter le traditionnel congé. Des trucs simples qui se préparent bien avec la marmaille et qui savent contenter les papilles des petites comme des grandes fourchettes.

POUR COMBLER LE GARGANTUESQUE APPÉTIT QUI SUIT L’APRÈS-SKI (OU LA RAQUETTE, LE PATIN, LA GLISSADE, ALOUETTE!)

CHIC FONDUE

Convivial souper par excellence après une journée passée en plein air, la fondue au fromage fait le bonheur de tous. On peut la traficoter soi-même à partir de fromages québécois savamment choisis, ou bien on peut opter pour un raccourci et se gâter en essayant l’une des nombreuses préparations toutes prêtes proposées par différentes fromageries de la province qui ont mis en marché leur interprétation du classique suisse. Le truc de mon amie So pour terminer le fromagé souper sur une savoureuse note sucrée : plonger une datte Medjool dans le caquelon. 

Vous avez opté pour une diète végétalienne? C’est possible de bricoler une fondue savoyarde au fauxmage à base de cajous, parfois de carottes cuites, de levure alimentaire et d’un savant amalgame d’épices choisies. Avec du vin et du kirsch, ça va de soi. Les propositions de recettes ne manquent pas, il suffit d’interroger Google pour trouver celle qui vous inspire. 

BRILLANT BRIE CHAUD      

Autre classique hivernal hautement fromagé qui couronne bien une sortie extérieure, le brie fondant se patente en moins de deux, avec des fruits séchés ou des noix rôties, ça dépend de nos envies. Les enfants craquent pour le mélange tomates séchées, basilic, échalotes françaises et vinaigre balsamique. Les figues fraîches qu’on a fait caraméliser avec un soupçon de sirop d’érable ont ma préférence, surtout si on y ajoute pacanes et amandes torréfiées avant d’en coiffer la meule et de la glisser sous le gril, une dizaine de minutes. 

CHAUD, LE CHOCOLAT

C’est l’incontournable des sorties d’hiver. On l’apporte dans le thermos, ou bien on le savoure au retour d’une activité extérieure. Le chocolat chaud a toujours la cote et se prépare en moins de cinq minutes. Deux parts de cacao pour environ une part de sucre dans le lait chaud de son choix (végétal ou non) et c’est réglé. Pour plus d’onctuosité, j’y fais fondre des carrés de chocolat noir. Vous pourriez préférer des pastilles de chocolat au lait, moins amères. Et ajouter de la cannelle pour une variante mexicaine. Votre tasse aura un petit air de fête, on le coiffe chez nous d’un nuage de crème fouettée maison. Encore mieux : on parfume ladite crème avec un peu de chocolat blanc.

DÉLICES SUCRÉS POUR LA ROUTE OU POUR LA RANDONNÉE

Il y a les petites barres maison et les convenus mélanges du randonneur qu’on peut glisser dans le sac à dos, mais les boules d’énergie sont franchement plus amusantes à confectionner et présentent l’avantage non négligeable de ne pas nécessiter de séjour au four. Un robot culinaire et des volontaires pour former des petites planètes de pâte, c’est tout ce que ça prend pour réaliser une soutenante collation. Le web recèle de déclinaisons variées, mais voici une base que vous pouvez réinterpréter à l’envi, selon vos goûts et ce qui se trouve dans votre garde-manger : 

Au robot culinaire, hacher finement 1/2 t. de noix ou de graines de tournesol, 7 dattes Medjool, 1/4 t. de cerises ou de canneberges séchées. Ajouter deux c. à table d’un beurre d’arachides, de noix ou de tournesol, au choix ainsi que deux éléments choisis parmi les suivants : 1/2 t. de noix de coco non sucrée, 1 c. à table de cacao, 1 c. à table de graines de chia, 1 c. à table de cannelle moulue, 2 c. à table de pommes séchées ou de chocolat râpé. Au robot culinaire toujours, mélanger jusqu’à l’obtention d’une pâte. Façonner des boules que vous roulerez dans ce qui vous plaît, par exemple du cacao, des graines de sésame, de la noix de coco râpée, des noix hachées, etc. C’est tout. 

MAÏS SOUFFLÉ POUR SOIRÉE CINÉ

Si vous avez envie de déclasser les sacs qui poppent au micro-ondes, faites votre propre maïs soufflé à la casserole, sur le feu de votre cuisinière et sachez l’assaisonner avec panache. Certains vont ajouter de la levure alimentaire, du paprika, de la poudre d’oignon et d’autres épices savamment choisies, voire un mélange tout caramel pour une version sucrée. Je suis de la vieille école : à toutes ces variantes, je préfère encore le classique beurre et sel. Et à ce chapitre, le petit truc qui change tout, c’est la finesse du sel. Plus il sera fin, plus il adhérera au beurre fondu que vous aurez au préalable versé sur votre bol. Vous pouvez moudre le sel de votre choix ou faire comme moi et emprunter un raccourci saupoudrant votre maïs de poudreux sel Herbamare aux fines herbes.

IDÉES FUTÉES POUR PIQUE-NIQUER AU SALON
CROÛTONS MIGNONS 

C’était pendant les belles années du Cheez Whiz. Quand le fromage en pot fluo était à ce point populaire qu’il se tartinait sur tout, même sur les billots de céleri. Je soupçonne que ça avait un peu à voir avec le fait qu’il se mariait bien à la palette chromatique de l’époque, où la tapisserie fleurie et les tapis shaggy se paraient de toutes les nuances de brun, d’orange et de vert terreux. Dans ce temps-là de ma prime jeunesse, donc, le nec plus ultra du chic, c’était les croûtons que ma mère bricolait à partir de trois ingrédients soigneusement assortis. Pain blanc tranché - Cheez Whiz - bacon. Elle en concoctait en quantité sur une grande plaque parcheminée. Un tour sous l’élément du four et le snack de fin de soirée était réglé. J’insiste sur le « fin de soirée ». C’était une collation qui appartenait à la nuit tombée. Et qui allait de pair avec des films comme Les dents de la mer, Le choc des titans, Willow et autres bobines aux inégales qualités cinématographiques. Parce que ce hors-d’œuvre vintage se conjugue assez mal avec notre alimentation végétarienne, je n’ai jamais repris ce grand classique à la maison. Mais je le tiens pour responsable de mon amour profond pour le pain qui craque sous la dent et qui se déguste au salon. Les traditions sont faites pour être réinterprétées. Nos tardifs pique-niques au salon sont aujourd’hui faits de crostinis et de bruschettas variés, réinventés selon le contenu du frigo. Champignons rôtis à l’ail, fromage de chèvre, jus de citron et persil forment un mariage assez réussi sur une miche maison. 

Tomates en dés, origan séché, vinaigre balsamique, herbes fines et olives Kalamata ne donnent pas non plus leur place. 

MUCHOS NACHOS

Une avalanche de nachos au four, ça transforme n’importe quel jour un peu gris en fiesta mexicaine, surtout si on n’a pas la main légère sur les condiments qui agrémentent les croustilles de maïs. Salsa relevée, piments forts, mini-poivrons doux, olives tranchées et fromages variés couronnent invariablement nos platées, sur lesquelles on peut aussi ajouter frijoles ou sans viande hachée pour un souper dit « complet ». Dans tous les cas, crème sure et guacamole sont des accompagnements parfaits. 

CUISINER DES GNOCCHIS COMME EN ITALIE 

Quand le quotidien n’est rythmé par aucune obligation, c’est le parfait moment pour se lancer en gang dans le projet d’un souper un peu plus élaboré et inspiré des cuisines d’ailleurs. J’aime particulièrement mettre l’Inde au menu avec une sélection de plats parfumés qui se marient invariablement au riz biryani, au chutney de mangues, à un dhal aux lentilles et à une montagne de pain naan maison. Vous n’êtes pas trop portés sur le garam masala? La confection de pâtes italiennes est un autre beau projet d’après-midi. Pour s’éviter de perdre patience lors de la (parfois) collante étape du laminage de la pâte, ou simplement pour faire changement, on peut opter pour la fabrication de gnocchis, qui se cuisinent à base de pommes de terre et de farine. 

En cuisine fera relâche la semaine prochaine. Je vous souhaite de succulents moments en famille et je vous retrouve ici le 14 mars.