Le Parque Nacional de Los Cordones (des cactus), un univers aride, mais dont les couleurs et l'immensité émerveillent.

Oublier l’hiver en Argentine

On m’avait dit que l’Argentine était le plus européen des pays de l’Amérique du Sud. Je m’attendais donc à quelques rues ou quartiers sous influence européenne, mais pas à cette réalité : la capitale Buenos Aires a toutes les allures d’une grande ville européenne avec sa population d’origine espagnole et italienne, avec ses grandes artères et une architecture qui vous transportent immédiatement outre Atlantique. Buenos Aires est une belle ville.

Mais à moins de manquer de temps, on ne va pas en Argentine uniquement pour sa capitale. Il faut visiter ce pays du nord au sud, sur quelque 3700 kilomètres, pour constater la beauté de ses paysages, la variété de ses climats, et l’accueil chaleureux de sa population.

Nous avons commencé par le nord. Tout le monde nous avait dit que les chutes d’Iguazu étaient incontournables. C’est vrai, c’est spectaculaire, mais ça demeure des chutes, même si elles comptent parmi les plus belles au monde. On y passe une journée et c’est suffisant. Si on vous dit qu’il faut aller les voir du côté brésilien, n’en faites pas une obligation. J’ai trouvé que c’est du côté argentin qu’on a la vue la plus complète sur ces jeux d’eau gigantesque.

La vue du côté brésilien des chutes d’Iguazu, à partir du côté argentin, est particulièrement spectaculaire.

La visite d’Iguazu nous a menés à prendre une autre journée pour voir les ruines de la mission des Jésuites de San Ignacio. Je ne suis pas un amateur de vieilles pierres, mais j’aime l’histoire. Celle de San Ignacio vous transporte dans l’incroyable aventure des Jésuites qui ont bâti et maintenus là pendant près d’un siècle, une communauté bien structurée avec les Indiens guarani. N’eut été de la méfiance du Vatican et des autorités espagnoles et portugaises, ces missions dont on a trouvé des traces dans les pays voisins, auraient probablement permis aux Guarani de bâtir des sociétés influentes et bien organisées. Mais les Jésuites dérangeaient, ils étaient trop puissants et ils ont été évincés. Les Guarani sont retournés dans leurs forêts.

On pourrait croire à une peinture abstraite, tellement c’est beau! Les montagnes du nord-ouest sont incomparables.

Salta et le nord-ouest

Le nord de l’Argentine m’a plu, mais c’est le nord-ouest, moins célébré dans les brochures touristiques, qui m’a le plus surpris et impressionné. Le nord-ouest, c’est tout d’abord la ville de Salta, où les vols intérieurs vous déposent pour partir à la découverte des populations andines. Il faut y visiter le Museo de Arqueologia de Alta Montana, où sont conservés les corps de trois enfants sacrifiés par les Incas, et retrouvés intacts en 1999 sur l’un des plus hauts sommets du pays, à la frontière avec le Chili.

Les routes sont parfois sinueuses, mais quel coup d’œil!

De Salta, quel que soit votre itinéraire, vous serez ravis de la beauté des paysages et des villes. Oubliez l’Argentine à l’européenne, vous êtes en territoire andin avec des populations d’origine autochtone. Nous y avions réservé un guide avec un véhicule utilitaire. Ce n’est pas un luxe, parce que les pluies soudaines en provenance de la montagne peuvent transformer rapidement la route en torrents infranchissables. Nous avons dû changer notre parcours à cause de ces pluies. Mais plus encore, la connaissance du territoire, de son histoire et de sa population que notre guide a démontrés nous a impressionnés. Nous avons passé cinq jours en sa compagnie. C’est dire à quel point cette grande région est riche en découvertes touristiques.

C’est dans le nord-ouest que l’on retrouve les communautés autochtones du pays et leurs communautés riches en traditions.

***

MES COUPS DE COEUR

› Purmamarca, un très joli village entouré d’une formation montagneuse spectaculaire et colorée. C’est une destination touristique très recherchée. Assurez-vous de réserver un hôtel si vous projetez d’y aller pendant son carnaval annuel.

› Salinas Grandes, une vaste plaine saline de 525 km carrés, qui vous donnera l’impression de marcher sur l’eau si vous y allez après une pluie. Vous en reviendrez avec de très belles photos.

Salinas Grandes, un paysage hors du commun qui mérite le détour.

› Le Parque Nacional Los Cordones, un parc de cactus qui abrite le cactus candélabre qui peut atteindre jusqu’à 10 mètres de haut.

› Le bœuf et le vin… L’Argentine est réputée pour sa viande et ses vins. Dans un cas comme dans l’autre, c’est vrai. Un séjour à Cafayate, la deuxième région viticole du pays, vous en convaincra. Mais si vous avez déjà visité des vignobles ailleurs dans le monde, ceux de Cayafate ne vous surprendront pas. Si c’était à refaire, je survolerais cette portion du territoire argentin pour consacrer plus de temps à la Patagonie. C’est d’ailleurs là que je vous amène dans ces pages en fin de semaine prochaine : El Calafate, et El Chalten, la Mecque du trekking, et Bariloche.